Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

réponse à un abbé psychiatre....

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2014
Messages: 319
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Mar 18 Fév - 19:46 (2014)    Sujet du message: réponse à un abbé psychiatre.... Répondre en citant

Axel Thienpont me communique la réponse suivante à Monsieur l'abbé Gainche, pour sa lettre sur "les hommes de principe disent-ils??"

intitulée: GARE à la contagion!

Réponse ci-après publiée avec l'accord de l'auteur:


Axel Thienpont Réponse ouverte à Monsieur l'abbé Gainche le 18 février 2014




Gare à la contagion – bis!






Cher Monsieur l'abbé,




Puisqu'un prêtre peut se permettre de prendre son balai non pour balayer devant sa porte et encore moins dans son propre presbytère, mais pour envoyer une volée de boisvert à des fidèles qu'il semble reprocher à Dieu d'être des malades mentaux, permettez à un de vos anciens paroissiens de vous renvoyer le balai dans les pieds.


D'autres liront cette lettre à votre place, car comme décidé vous ne lirez pas cette lettre, de la part d'un de vos anciens paroissiens de Reims, qui ne conteste absolument pas être l'un des malades que vous stygmatisez de vos sarcasmes anonymes autant qu'hypocritement orientés.


D'abord vous vous gardez bien de citer quiconque, tout en condamnant l'anonymat des pseudos d'internet. Vous parlez d'homme social, mais vous faites, vous, abstraction totale de la société civile que vous supposez a priori sans danger pour les âmes. Pie XII lui-même n'a pour vous jamais parlé d'une société qu'hélas le catholique sera amené à fuir! Vos fidèles vous ont payé vos chapelles et vos prieurés, mais tranquillement assis devant vos tabernacles, vous crachez sur eux quand ils sont exposés directement à cette société dont le moins que l'on puisse dire est qu'elle leur est d'une hostilité et d'une dangerosité mortelle. D'après de multiples prophéties, notre temps est celui des hommes qui se bouchent les oreilles à la vérité. Votre charité s'exerce abondamment pour ces hommes-là, y compris les plus pervers de l'église conciliaire, mais pas pour ceux qui faisant l'effort de vous écouter, se saignent les veines pour malgré tout écouter non seulement vos saintes paroles, mais aussi vos sarcasmes: "Ah ces fidèles, Seigneur!", "ces raisins sont trop verts". Et quand par malheur ils ne comprennent plus le changement de direction du navire qu'ils ont embarqué pour la Rome de toujours, et que manifestement ce navire reprend la route de Manhattan pour y adorer sa statue de la nouvelle lux mundi, vous traitez ces fidèles de malades mentaux. Il ne vous vient même pas à l'idée que vos fidèles, exposés comme tout homme aux tentations devenues "modus vivendi" de l'adultère et de la famille recomposée, sont par nécessité contraints de refonder des familles pour l'Eglise? Et qu'est-ce que l'église conciliaire sinon une église recomposée, avec laquelle vous n'excluez pas du tout un "accord"? Ne voyez-vous pas ces enfants et petits-enfants qui sont "ecclesias domesticas" pour demain? Pourquoi tirer sur les plantes pour les faire grandir? Ou vouloir les transplanter en milieu empoisonné? Ne savez-vous pas qu'autour de nos maisons, même si l'on ne vient pas encore dans nos chapelles, on nous regarde avec admiration, envie même probablement, et que si "médiatiquement" nous sommes vilipendés, partout on nous "copie" jusqu'aux slogans des manifs pour tous? Mais voilà pour le chapitre 2012, le verre est "encore trop" à moitié vide! Il faut le remplir du vin conciliaire, tant pis pour l'arsenic, même à 5% seulement, alors qu'il est à 95%!!!!


Vous condamnez Internet mais pas DICI, ni La Porte Latine, et bien sûr certainement pas "cretinus caritati" et autres sites du même triste sire, apôtre typique d'une église médiatique (Meinvielle) et d'un Mgr Lefebvre en pain d'épice et sucre d'orge (caritas sine veritas), et qui passe son temps et son venin à nous faire croire que Mgr Lefebvre a fondé la FSSPX pour.... l'église conciliaire! Il ne vous vient pas à l'esprit que Internet est une occasion de refaire des communautés de destin entre familles unies par une même pensée, opposée à la pravda d'autorités officielles y compris la néo-FSSPX de 2012, dans un monde où la télévision est monopolisée par le démon, alors qu'internet ne l'est pas encore, et où les familles sont matériellement éloignées les unes des autres. Condamnerez-vous Gutemberg parce que son invention a au moins autant profité aux écrits erasmiens ou protestants que catholiques? Quand à la zizanie dans vos paroisses, vos fidèles n'y sont pour rien! Son auteur principal n'est autre que Mgr Fellay cuvée fin 2011, et "son" chapitre manipulé de 2012! Bien sûr, il vous est bien utile de maintenir vos fidèles dans l'ignorance des buts des "étages supérieurs", comme dans la maçonnerie! Comme en Urss, ceux qui réfléchissent trop sont des malades psychiatriques?


Vous me ressortez votre obsession car c'en est une, chez tous les "accordistes" du chapitre 2012, traître à Mgr Lefebvre et apostat de principe, du sédévacantisme supposé de vos malades. Qui veut tuer son chien l'accuse de la rage. Il échappe complètement à vos capacités intellectuelles pourtant au dessus de la moyenne, comme pour l'abbé Pfluger, que ce n'est pas parce que les papes conciliaires se font chefs d'une église recomposée, qu'ils ne sont pas aussi papes de Notre Eglise, "dans la mesure où ils ne sont pas papes de l'église conciliaire". Comment des cerveaux tels que les vôtres ne peuvent-ils pas admettre qu'un père d'une famille recomposée est toujours le père d'une famille légitime "dans la mesure où" dirait Mgr Lefebvre, il n'est pas ou cesse d'être le père de la famille recomposée? Idem pour chaque évêque, qui n'obéit au pape que contre nous! La solidarité des démons quoi...


Quant à "l'ecclésio-vacantisme" dont l'abbé Pfluger accuse Mgr Tissier, nouvelle cible après Mgr Williamson, il n'est logique que si Mgr Tissier identifie strictement l'église conciliaire en continuité totale, sans aucune rupture d'avec l'Eglise catholique, et que l'église conciliaire n'existe pas sauf à être la nôtre! Le tort de Mgr Tissier serait donc d'affirmer que Notre Eglise étant devenue conciliaire, Elle aurait donc nécessairement disparu! Or jusqu'en 2010, toute la FSSPX était d'accord pour un pape pour deux églises, la nôtre et une contre-église, en rupture de la nôtre, même si matériellement seul le pape catholique (et non conciliaire!) peut et doit d'ailleurs juger de ces limites. Quant à Mgr Lefebvre, il existe une Rome nouvelle, c'est-à-dire une juridiction nouvelle opposée au moins depuis le nouveau droit canon à la juridiction ordinaire légitime de notre Eglise. Pendant toutes ces années, pas une seule accusation de sédévacantisme, ni d'ecclésiovacantisme. A contrario, tous les "sédévacs" du temps de Mgr Lefebvre sont devenus conciliaires sans exception. Depuis 2012, tous les exclus pour sédé ou ecclésio-vacantisme sont "plus lefebvristes que Mgr Lefebvre": il y a un problème de logique ou plutôt de simple bon sens, non?! Je suis malade? Oui et comment ne pas l'être à lire autant de contradictions internes et de fausses accusations chez tant d'abbés qui falsifient Mgr Lefebvre: accuser de sédévacantisme ceux pour qui aucun accord n'est possible entre la Rome de toujours et la Rome conciliaire, et cela dès 1974 pour Mgr Lefebvre. L'abbé Pfluger ne nous dit-il pas être revenu avant 1974? Qui est "rétro", lui ou moi? Qui gomme les sacres et leur justification véritable, pour les déclarer seulement "circonstanciels" et non structurels? Qui est en retard d'une guerre, voire d'une apocalypse? Qui est le clown, l'abbé Rioult dit-il, ou le pape à la boule rouge sur le pif ou au ballon de foot sur l'autel de Sainte Marie Majeure? L'abbé Pfluger n'a-t-il pas dit aux frères de Flavigny: "Ne pas se scandaliser des canonisations de Jean XXIII et JPII, c'est un nouveau concept de sainteté"? Qui est le plus malade de lui ou de moi? Est-il plus grave d'être malade du coeur comme moi, pauvre fidèle, ou de la tête comme lui, premier assistant toujours bien en place, pour "purifier" dit-il la FSSPX de ceux qui trouvent dangereux pour la Frat de passer de l'autre côté de la ligne de crête, déjà bien à gauche depuis 2012?


Vous avez dit "ghettos"? Mais qui parle de ghettos sinon Urs von Balthazar pour les détruire? Jean XXIII pour les quitter et faire son aggiornamento? Nos évêques français qui ont trompé tous les parents catholiques de 1984 contre le projet de loi Savary? Dom Gérard après les sacres qui n'a pas voulu que ses bénédictins restent dans un "ghetto" hors de l'église conciliaire? L'abbé Aulagnier qui écrit dès août 1998 dans un St Jean Eudes qu'il y a vraiment danger de schisme à rester dans ce que "nos évêques conciliaires appellent un ghetto" (on notera l'oreille attentive aux scrupules suggérés par le malin)? Qu'avons-nous fait ensemble à Prunay? Un ghetto? Un bastion? Pourquoi cette querelle de mots? Mes enfants seraient-ils ce qu'ils sont sans être passés par ce que vous appelez vous un ghetto, mais un fortin du Père Calmel? Que lis-je dans les Mystères du Royaume de la Grâce? "L'appareil des modernistes est un pandemonium de l'antéchrist" et encore "On doit d'abord reconnaître que l'Eglise est sainte. Mais on trahit pratiquement cette vérité fondamentale si l'on méconnait les conditions d'humilité dans lesquelles ces vérités se réalisent. En dénonçant le rêve luciférien de mettre sur pied je ne sais quelle "église prestigieuse" qui serait délivrée enfin de la nécessité toute terrestre d'avoir des remparts et des protections, en dénonçant ces erreurs, nous ne nous éloignons pas de la méditation sur la dignité de la Mère de Dieu, si grande mais toujours l'humble Vierge de Nazareth. Pour la Sainte Eglise comme pour la Mère de Dieu, et comme pour le Fils de Dieu incarné rédempteur, la dignité la plus sublime est inséparable de fait d'un état d'humilité confondant."(fin de citation).


Vous vous croyez "réalistes" et "pleins de foi" en prétendant d'une part que "le pape ne peut s'endormir moderniste et se réveiller catholique", et "que l'on ne peut attendre". Je cite ici toujours l'abbé Pfluger aux frères, et qui n'est pas à une contradiction près: "Athanase a été pendant 60 ans excommunié 7 fois!" dit-il lui- même. Par contre nous, dans une société bien plus apocalyptique que celle d'Athanase, nous ne pouvons pas attendre ni d'être accusés 7 fois, mais même pas d'attendre 2022 (60 + 1962, année du basculement papal pour Bea contre Ottaviani)! Peut-être même 2043 = 60 + 1983, année du nouveau droit canon, canonisant à la fois la "constitution conciliaire du clergé" et le nouveau "concept de sainteté"! Bravo la logique.


Quant à la foi, Dieu ne peut pas réveiller catholique un pape moderniste...Impossible à Dieu, vous dis-je! Avec un telle "foi", on comprend le mot de Jésus: "Le Fils de l'homme trouvera-t-il encore la foi sur la terre?". Evidemment, c'est plus facile d'aller à Rome sans conditions doctrinales, le bouclier de la foi foulé aux pieds devant ce que Mgr Lefebvre appelait une contre-façon d'Eglise, la seconde contre-église sortie de la terre romaine, et qui exige selon l'Ecriture d'adorer la première, sortie des eaux de la Tamise en 1717.... Mais bien sûr j'oubliais le nec plus ultra! Quand on sera dedans, on ressortira les armes, nous serons le "fer de lance" de la Tradition dans l'Eglise, la Nôtre! Nous ferons la contre révolution, la réforme de la réforme!


Comme c'est curieux: l'abbé Pfluger me traiterait volontiers de ... Luther! Une dame s'en est chargé à sa place après ma réponse à sa conférence de Reims. Contre l'autorité, "son" autorité: "Il faut obéir à Dieu, aux supérieurs" dit-il aux frères, en un raccourci de Saint Benoit à ses moines. Bien sûr, pour obéir à Dieu, St Michel n'a pas combattu son chef, St Paul n'a jamais réprimandé son chef, Athanase n'a pas combattu son pape Libère le bien nommé, Ste Jeanne d'Arc n'a pas résisté à l'évêque Cauchon, mais a finalement recherché un "accord" avec l'Anglais, elle n'a pas dit "De l'Eglise et de NSJC, c'est tout un", mais elle aurait dit "De l'Eglise et du pape c'est tout un".... etc...., etc.... Mais au fait quel est notre super grand Réformateur de l'Eglise devant l'Eternel?? C'est en toutes lettres dans la conférence de l'abbé Pfluger, à chaque ligne: Excellences Mgrs Fellay, Tissier, de Galaretta, messieurs les abbés "maurassiens" de Cacqueray et Cie, les obsédés du ralliement, de l'action française, écoutez-MÔAA: "Ne soyez pas ridicules! avec François et moi abbé Pfluger, nous réformerons l'Eglise!"


Votre lettre parle d'hommes de principes "disent-ils". Elle s'attaque notamment au Père Jean de Morgon. Oh certes, vous parlez de principes moraux, pas de foi: vous fustigez ceux qui ne vivent pas des principes dont ils se réclament. Votre charité ne va pas jusqu'à invoquer la faiblesse, voire le découragement de vos fidèles d'entendre de fausses accusations. Vous condamnez les scrupules, mais vous les entretenez savamment, voire pharisaïquement, là où Mgr Lefebvre savait toujours redonner courage aux petits et aux faibles! Lui était un père, reste à vous à le devenir et dans les deux sens, celui de la protection et de la défense de ses enfants, et celui de l'encouragement et non du sarcasme. Ensuite, vous ne dites rien des principes de foi, ceux dont le Père Jean parle, non négociables ceux-là. Les principes moraux eux dépendent des circonstances, à fortiori en cas de nécessité, surtout à quoi obéir! Ceux de foi, jamais!


Nierez-vous que le chapitre 2012 est en rupture sur ce point de celui de 2006? Prouvez-moi que ce chapitre n'a pas le même langage que celui de Dom Gérard du Barroux après les sacres, et que s'il n'y a pas d'accord, c'est uniquement parce que Rome attend que vous pourissiez la FSSPX à leur place? Car c'est ce que vous faites au sommet avec ceux qui ont pris le pouvoir de la FSSPX fin 2011! Pouvez-vous me dire pourquoi, si l'église conciliaire est Notre Eglise, d'une part elle ne veut pas de nous, et d'autre part pourquoi vous et vos semblables ne l'avez pas encore rejointe??? J'attends vos réponses écrites très cher Monsieur l'abbé!,,,


Enfin, vous nous accusez de mépriser le "sacerdoce", le confondant avec le cléricalisme. Ignorez-vous donc que si tant de fidèles catholiques ont quitté les églises ou suivi l'église conciliaire et la révolution, c'est par obéissance à un clergé libéral, moderniste ou gauchiste? Partout où le respect du prêtre était "la foi du charbonnier", est arrivé ce que St Pie X prévoyait avec angoisse: les fidèles seront perdus à cause de leurs mauvais prêtres, ceux qui auront "négocié" les vérités de foi, où abandonné les principes de la foi! Lorsque nous avons quitté nos prêtres modernes pour l'abbé de Bazeilles (c'était vous), nos prêtres modernes nous ont affirmé que nous allions en enfer! Et vous qui voulez maintenant retourner dans "cette église-là", c'est tout juste si vous ne dites pas la même chose à mots couverts?!?! Par conséquent, tout catholique formé doit demander et obtenir de ses prêtres des explications claires sur ce qu'il pense de l'Eglise. Non que l'on demande une Eglise "moralement" parfaite, ce n'est absolument pas cela que nous attendons, mais inerrante dans la doctrine! Mgr Lefebvre a toujours dit que ce qui nous séparait de Rome est la doctrine, et par conséquent bien sûr la messe comme véhicule et fortification de la foi. Mais jamais l'inverse! Si vous pensez convertir avec la messe d'abord, en relativisant la doctrine, vous n'aurez peut-être plus vos catholiques malades, mais vous aurez des conciliaires et charismatiques en pleine santé à la place: j'ai déjà connu, non merci! Chez certains ralliés, par respect pour des conciliaires fraichement convertis, on tolère la communion dans la main, rien que pour eux! Ben voyons, ce ne serait pas charitable sinon! Quant aux évêques que vous dites docteurs de la foi, l'abbé Pfluger est le premier à affirmer qu'aucun n'est d'accord: dont acte, je relis Mgr Lefebvre chez l'abbé Pivert, que je diffuse! Quant à renoncer à me convertir, si c'est pour l'église conciliaire, je vous l'accorde, renoncez!


Je vous ai suffisamment agacé, mais sachez que le chapitre de 2012 est en train d'agacer et d'énerver toute l'Eglise, depuis ceux que vous accusez faussement de sédévacs uniquement pour vous auto-justifier, jusqu'à y compris Rome elle-même qui ne vous ouvrira les bras que lorsque vous serez suffisamment mûrs.... pour ne plus les agacer du tout, tellement vous serez réformés par ce bon abbé Pfluger!


Comme tous les exclus ou baillonnés depuis 2012, j'ai tenté de vous montrer la lune. Je prie pour que vous la regardiez, au lieu de regarder mon doigt, trop sale pour vous, puis moi et ma tête de malade mental... Quant à la contagion, à chacun la sienne, la vôtre est celle du Barroux.... Ni plus ni moins. Alors du balai!


A vous lire, soyez assuré de mes prières in Christo veritati per Mariam,


Axel Thienpont, déjà excommunié par des conciliaires, et prêt à l'être plus de 7 fois, même par des "tradis regrettant d'être non ralliés conciliaires" !




Louis Veuillot: "Si les libéraux réclament tant la charité, c'est qu'ils n'aiment pas la vérité! Notre temps n'aime pas la vérité, et dans le petit nombre de ceux qui aiment la vérité, beaucoup n'aiment pas ceux qui se mettent en avant pour la défendre. On les dit indiscrets, importuns, inopportuns".


Saint Grégoire VII: "S'il en est quelques-uns qui, pour l'amour de la loi chrétienne, osent résister en face des impies, ils ne trouvent pas d'appui chez leurs fères, mais aussi on les taxe d'impudence, on les traite de fous.".
_________________
credidimus veritati


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 18 Fév - 19:46 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
EN COLERE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Fév 2014
Messages: 2

MessagePosté le: Mer 19 Fév - 00:42 (2014)    Sujet du message: réponse à un abbé psychiatre.... Répondre en citant

 


    Pouvez vous en dire plus sur la lettre de l'Abbé Gainche?
Est elle publique?
Est elle officielle c'est à dire publiée dans un organe de presse de la Fsspx?


  Merci


Revenir en haut
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2014
Messages: 319
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Mer 19 Fév - 12:48 (2014)    Sujet du message: réponse à un abbé psychiatre.... Répondre en citant

Non, cette lettre circule pour le moment par boites mail.

Mais il est possible qu'elle soit "semi-publique" par réseaux entre paroisses, puisque des fidèles la font circuler... ce qui est le but évident de son auteur.
Elle a le mérite d'être signée.

J'essaie de la récupérer sans les cookies, et vous la communiquerais,


 
_________________
credidimus veritati


Revenir en haut
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2014
Messages: 319
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Mer 19 Fév - 13:03 (2014)    Sujet du message: réponse à un abbé psychiatre.... Répondre en citant

voici la lettre de l'abbé Gainche du 5 février 2014
_________________
credidimus veritati


Revenir en haut
Avila


Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2013
Messages: 168
Localisation: France

MessagePosté le: Mer 19 Fév - 14:38 (2014)    Sujet du message: réponse à un abbé psychiatre.... Répondre en citant

Parvelus,

Serait-il possible d'avoir une copie sur notre messagerie du forum ?
Si oui, merci d'avance.


Revenir en haut
Occam


Hors ligne

Inscrit le: 13 Déc 2013
Messages: 25
Localisation: Marseille

MessagePosté le: Mer 19 Fév - 16:33 (2014)    Sujet du message: réponse à un abbé psychiatre.... Répondre en citant

Quelle tristesse immense ! je pensais que cet abbé était un espoir pour nous !

Prions pour qu'il se convertisse !


Revenir en haut
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2014
Messages: 319
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Jeu 20 Fév - 12:15 (2014)    Sujet du message: voici la lettre de l'abbé Gainche Répondre en citant

Gare à la contagion !
Il a sans doute existé de tout temps ou au moins aux époques de crise grave de la société une espèce d’humains qui n’ont au fond qu’un principe premier : la vie morale n’est possible qu’en se coupant le plus possible de tout ; qu’en se constituant en ghettos ou bastions hérissés de défenses et autant que possible autonomes, au spirituel comme au temporel ; qu’en faisant abstraction de la nature sociale de l’homme, de son appartenance normale à des sociétés civile et spirituelle, voire même à sa propre famille. Pourquoi ? Parce que tout le monde civil et spirituel serait tellement corrompu qu’il serait devenu absolument infréquentable et qu’il ne faudrait même plus chercher à directement (mais que par la prière et les sacrifices) le convertir, sous peine de mettre nécessairement et gravement son âme en danger.
Pour ne prendre un exemple que dans le passé relativement récent, celui des années 1980, n’est ce pas ce principe qui a (au moins implicitement) fait naître ce qu’on a appelé le « sedevacantisme » ? Lequel, non content de se couper totalement de Rome (corrompue dans sa foi), a fait un devoir de se couper aussi de tout prêtre traditionaliste qui n’est pas « non una cum », pour en arriver ensuite à se couper les uns des autres entre « sedevacantistes » pour l’on ne sait quelle autre futilité, au point qu’aujourd’hui, après à peine plus de 30 ans, bien malin qui peut dire combien de groupuscules autonomes constituent cette nébuleuse qui en est venu à ressembler, comme il se doit, à celle des sectes protestantes (plutôt tendance puritaine ou rigoriste), sinon à en faire finalement ou vraiment partie de fait!
C’est au fond un mal similaire qui a touché le monde de la Tradition groupé autour de la Fraternité St-Pie X et qui est en train en ce moment de faire en lui des ravages … Depuis quand ? Depuis probablement des années de façon très marginale ou latente. Et avec une rapidité d’expansion impressionnante, notamment depuis la généralisation relativement récente d’internet dans les foyers… Quel est-il, au juste, ce mal? Le principe énoncé plus haut ne repose pas sur une constatation objective, paisible et équilibrée de la raison mais sur du volontarisme ou plus précisément sur la crainte qui est une passion (non paisible par nature) ; et une passion devenue ici déchaînée car obsessionnelle, voire maladive, par rapport à toute influence venant de ce monde corrrompu. Elle a donc pour effet d’aveugler l’intelligence et de la rendre incapable de raisonner justement. Ainsi tous ses discours sonnent faux, exagérés, déconnectés du réel, sont des tissus de sophismes ou de contradictions dont elle ne se rend même plus compte. Et elle a aussi pour effet de rendre incapable de comprendre d’autres raisonnements que ceux qui émanent d’elle ou qui lui ressemblent. C’est donc peine perdue de s’efforcer de les démonter car l’intelligence est devenue comme un prisme qui déforme gravement tout ce qui passe par elle; et est donc vraiment incapable de le comprendre comme il faut. C’est un mal très profond et très persistant (non sans analogie avec le scrupule grave)!
Il est grand temps de réagir énergiquement au moins au niveau individuel et familial! Car force est de constater que, dans nos milieux certainement plus disposés que d’autres, le mal est aussi, à l’évidence, très contagieux, comme celui qui fait disparaître en peu de temps certaines espèces d’arbres ! C’est un véritable poison dont il faut donc se garder comme de la peste ; et il est d’autant plus dangereux qu’il émane de bouches qui sont ou se disent amies… Si l’on veut en être épargné, le seul vrai remède est donc le cordon, le couloir ou le vide sanitaire, en attendant que ce mal s’éloigne de la façon que la Providence voudra ! Il est donc urgent de ne plus aller sur certains sites internet (ou de se débarrasser même d’internet si l’on ne peut y résister…), de ne plus répondre à certains courriers (électroniques ou non), de ne plus même les lire, de ne plus fréquenter ces pauvres malades (en laissant ce soin aux « médecins » spécialistes ou aux personnes immunisées…), de ne plus se rendre dans des lieux de messe où l’on vous assènerait ce genre de discours empoisonnés (et qui plus est assommants !) etc.
C’est à la lumière de ce diagnostic pathologique qu’il faut comprendre le prétendu principe intangible, érigé en dogme de foi (alors qu’il n’est que circonstanciel ; ou prudentiel en fonction de circonstances précises mais par nature changeantes), de ces malades: « pas de réintégration officielle dans l’Eglise sans avoir d’abord résolu tous les désaccords graves sur la doctrine ». Il est évident qu’il procède du précédent, tout autant exagéré ou manquant de réalisme. Cette obsession maladive est, d’ailleurs, d’autant plus manifeste que cette réintégration semble bien loin d’être à l’ordre du jour depuis le nouveau pape !
Un autre symptôme de leur terrible mal est qu’ils sont tout sauf les hommes de principe qu’ils croient être. Puisque le premier de tous les principes est celui de non-contradiction : une chose ne peut pas en même temps et sous le même rapport être et ne pas être. Or ils disent ce qu’il faut faire et ils font exactement le contraire !
Par exemple, ils disent vouloir être « en paix avec tout le monde » (Ep. aux Romains) en tapant sur autrui d’un bout à l’autre de leur discours ; en cherchant à répandre le plus possible leur venin de la zizanie ; et en troublant ainsi le repos dominical des fidèles (en les privant de la sainte nourriture de l’évangile du jour) sans la moindre nécessité ou urgence objectives.
Ils disent être de farouches défenseurs du principe d’autorité en semant le trouble dans les esprits des fidèles quant à la grande estime qu’ils doivent avoir pour les vrais docteurs de la foi que sont leurs évêques ; en sapant l’autorité dans la Tradition ou en détruisant la confiance envers le sacerdoce, en général.
Ils disent « nul ne peut servir deux maîtres » (opposés et en même temps) et ils refusent de choisir (soi disant, sinon cela révèle une mentalité pacifiste ou œcuméniste ; ou prouve qu’ils n’ont depuis longtemps pour maîtres qu’eux-mêmes) leur camp ou leur maître.
En conclusion, ce sont plutôt eux-mêmes qui semblent devenus absolument infréquentables et qu’il ne faudrait peut être même plus chercher à directement (mais que par la prière et les sacrifices) convertir, sous peine de mettre nécessairement et gravement son âme en danger ?


Pierre-Marie Gainche + , le 5 février 2014
_________________
credidimus veritati


Revenir en haut
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2014
Messages: 319
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Jeu 20 Fév - 12:21 (2014)    Sujet du message: réponse à un abbé psychiatre.... Répondre en citant

le texte ci-dessus est à mettre en citation.

il n'a rien à voir avec la mention: credidimus veritati...
_________________
credidimus veritati


Revenir en haut
Paulus
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 20 Fév - 12:45 (2014)    Sujet du message: réponse à un abbé psychiatre.... Répondre en citant

incroyable !


Sur quelle colonne de la vérité ou de l'autorité s'est-il installé pour stigmatiser ainsi les fidèles ? Peut-être a-t'il un apostolat qui lui incombe trop et dont il veut s'exonérer ? Les fidèles sont aussi comme les prêtres les instruisent. 
C'est vrai qu'on est aujourd'hui dans un monde d'irresponsables... Pour info : Notre Seigneur n'a t-il pas dit qu'Il apportait la division ? et non la paix humaine.


"cette réintégration semble bien loin d’être à l’ordre du jour depuis le nouveau pape !" 


Bel aveu mais qui ne nous dit pas comment notre Abbé à lutté pour ne pas être incorporé dans un conglomérat de doctrines.


Revenir en haut
Avila


Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2013
Messages: 168
Localisation: France

MessagePosté le: Jeu 20 Fév - 13:26 (2014)    Sujet du message: réponse à un abbé psychiatre.... Répondre en citant

Parvelus,

Merci pour ces deux lettres si explicites !

Que la lettre de l'abbé Gainche est haineuse, je ne trouve pas d'autres mots !Mais où est passé la charité dans la Fraternité ? Pas un instant le Père Jean si violemment attaqué par l’abbé Gainche, ne s'est permis de tels dérapages verbaux et de tels sarcasmes. Si nous avons besoin parfois de nous rassurer sur nos choix dans cette crise si grave de la Fraternité, la lecture de cette lettre et l'écoute du Père Jean suffisent à nous convaincre : là où est la charité, la vraie, celle qui est indissociable de la vérité tout en étant pleine de miséricorde pour l'autre, là est le vrai combat pour la foi, là est notre place, du côté du Père Jean incontestablement.

Prions bien pour ces prêtres qui nous abandonnent si méchamment pour les brebis conciliaires.

Je fais mienne la lettre de monsieur Theinpont dont j'ai particulièrement apprécié ce passage :
.
Citation:
. Bien sûr, pour obéir à Dieu, St Michel n'a pas combattu son chef, St Paul n'a jamais réprimandé son chef, Athanase n'a pas combattu son pape Libère le bien nommé, Ste Jeanne d'Arc n'a pas résisté à l'évêque Cauchon, mais a finalement recherché un "accord" avec l'Anglais, elle n'a pas dit "De l'Eglise et de NSJC, c'est tout un", mais elle aurait dit "De l'Eglise et du pape c'est tout un".... etc...., etc...


Revenir en haut
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2014
Messages: 319
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Jeu 20 Fév - 15:03 (2014)    Sujet du message: réponse à un abbé psychiatre.... Répondre en citant

grand merci Avila de la part de Mr Thienpont:

il me dit avoir oublié le grand dernier docteur et confesseur de l'Eglise, qui a aussi désobéi à ses chefs pour obéir à Dieu: Mgr Lefebvre, sans oublier Mgr de Castro Meyer, qui selon lui préfigurent peut-être le retour sur terre d'Elie et d'Hennoch???? Qui sait?

Mais les lecteurs auront complété d'eux-mêmes.
_________________
credidimus veritati


Revenir en haut
Archet de Jeanne


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2014
Messages: 147

MessagePosté le: Jeu 20 Fév - 15:27 (2014)    Sujet du message: réponse à un abbé psychiatre.... Répondre en citant

Quelle déception de lire Monsieur l’abbé Gainche! Un abbé ferme sur les principes, dur en apparence, mais plein de délicatesse et de charitable attention: voici l’abbé que nous avons connu!

Cet abbé veillait jalousement sur ses ouailles, de la jalousie de Dieu! A Versailles, il se démenait pour trouver un palliatif aux soirées mondaines du samedi soir, et il s’en est expliqué en donnant la raison majeure: éviter les mariages avec les ralliés, très présents dans ces rencontres! Il conseillait de s’exiler à la campagne, pour fuir les miasmes morbides de notre société actuelle…

Quel retournement! C’est nous qu’il faut fuir maintenant.

Monsieur l’abbé, n’exagérez pas par passion ou obsession de la contagion. Nous n’avons jamais dit vouloir être en paix avec tout le monde. C’est le Père Jean, de Morgon, que vous avez écouté ou lu, qui nous rappelle cette exhortation de saint Paul dans l’épître du jour. Aussi, nous tâcherons de rester en paix avec vous, autant qu’il est possible. Voyez comme le Père Jean est bon: il corrige ceux que vous considérez irrécupérables directement. Directement par vous, c’est possible, mais laissez donc faire le bon Père! D’autre part, vous ne pouvez lui reprocher de n’avoir pas parlé de l’évangile dominical car il s’est attardé sur l’exhortation de saint Paul!

La réintégration de la FSSPX est loin d’être à l’ordre du jour depuis le nouveau pape, dites-vous. Quel aveu en effet! De plus, des observateurs divers ne partagent pas cet avis, car le nouveau pape est imprévisible.


Vous relevez une contradiction chez ceux que vous condamnez: le fait de ne pas choisir. C’est une invitation à quitter ou à obéir. Le Père Jean le présente effectivement comme un cas de conscience. Mais comme il est plus modéré que vous, il dit que vous êtes fréquentable tant que vous n’avez pas signé, accepté la signature.

Vous dites que nos actions sont mues par la passion de la crainte. Est-ce anormal? Les pasteurs ne savent-ils pas que les brebis sont craintives? Ne savent-ils pas que leur odorat est souvent plus développé que le leur?
Si la crainte d’une réintégration (dans, disons, la juridiction normale de l’Eglise) avant la conversion de Rome est infondée, il serait simple pour le Supérieur de la dissiper: une parole et maintenant quelques actes ... probants. Mais ce ne sera pas le cas puisque ce principe d’action n’est plus respecté étant donné qu'il est considéré irréaliste (la foi ne déplace plus les montagnes…). Nous aimerions donc vous entendre sur le vide sanitaire que vous ferez alors (en tout illogisme avec l’acceptation) ou que vous ne ferez pas (en tout illogisme avec la prudence affectée par le Supérieur).

Allez, Monsieur l’abbé, encore une fois du zèle! Montrez comment vous protégerez vos ouailles!

Avec toute ma prière à Notre-Dame de l’Espérance.


Revenir en haut
Avila


Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2013
Messages: 168
Localisation: France

MessagePosté le: Jeu 20 Fév - 15:49 (2014)    Sujet du message: réponse à un abbé psychiatre.... Répondre en citant

J'ai oublié de souhaiter à l’abbé Gainche, après qu'il aura bien mis en place le cordon sanitaire autour de nous pauvres malades mentaux que nous sommes, une fructueuse et salutaire immersion, totale de préférence puisque monsieur l'abbé n'est pas craintif, dans la société si normale qui nous entoure peuplée d'invertis, de pervertis, de transhumanistes quand ils ne sont pas "trans" d'autre chose, divorcés-remarié une, deux fois voire plus mais bientôt en pleine communion avec Rome, de futurs euthanasiers consentent ou pas, qu'importe, de théoriciens de toutes les folies sataniques, ces gens-là sont de toute façon plus fréquentables et convertissables que nous, pauvres "tradis" pathologiques et malades obsessionnels accrochés à un "principe" qui n'en est pas et voués à l’hôpital psychiatrique.

Bon, dans notre folie nous avons eu de grands précurseurs, Mgr Lefebvre en tout premier, Mgr Fellay jusque il y a un temps, l’abbé Gainche lui-même semble-t-il. Aussi nous ne sommes peut-être pas aussi irrécupérables que ça... sauf, bien sûr, si nous nous accrochons à Mgr Lefebvre !


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:37 (2016)    Sujet du message: réponse à un abbé psychiatre....

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com