Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Entretien du 20 janvier 2014 avec Mgr Bernard Fellay

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Avila


Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2013
Messages: 168
Localisation: France

MessagePosté le: Sam 5 Avr - 14:42 (2014)    Sujet du message: Entretien du 20 janvier 2014 avec Mgr Bernard Fellay Répondre en citant

http://laportelatine.org/publications/entret/2014/fellay_rocher_140120/fell…

Deux choses marquantes : la désinvolture avec laquelle Mgr Fellay explique son choix désinvolte d'intituler une des intentions de la dernière Croisade du Rosaire qu'il a lancée :« du retour de la tradition dans l’Eglise » (lien qui vous renvoie sur la Porte Latine au tableau de collecte des chapelets où il est écrit "du retour à la Tradition dans l'Eglise " !!!):
Citation:

Le Rocher : Il y en a qui ont compris cette expression de travers.

Mgr Fellay : J’ai parlé selon le sens commun. Il y en a qui disent que l’Eglise ne peut pas être séparée de sa « Tradition » puisque c’est un des fondements, avec l’Ecriture Sainte, de la Révélation ; dire que l’Eglise est séparée de la Tradition, c’est une hérésie. Mais ce n’est pas ce que j’ai dit. D’autres disent que la « Tradition », c’est nous ; alors dire qu’il faut prier pour le retour de la Tradition dans l’Eglise, c’est demander que les œuvres de la tradition retournent dans l’Eglise. Ce n’est pas non plus ce que j’ai dit. Mais à cause d’une mauvaise interprétation, nous avons des prêtres qui nous ont quittés !

Le Rocher : Ils ont pris votre expression au niveau théologique, de manière univoque ?

Mgr Fellay : Un supérieur de district m’a dit que cette formulation allait créer des problèmes. Je lui ai répondu : cher Monsieur l’abbé, si on continue comme cela, dans peu de temps, on va déclarer hérétique la phrase « le soleil se couche », parce que selon les principes de physique et d’astronomie, le soleil ne se couche pas ! Donc si on dit que « le soleil se couche », c’est une erreur, c’est faux. Alors, faut-il arrêter de dire que le soleil se couche ? Cette expression est de l’ordre du langage commun. Restons les pieds sur terre, soyons réalistes. C’est vrai que si on veut parler au niveau théologique, de manière stricte, ça n’a pas de sens de demander le retour de la Tradition dans l’Eglise, je le concède.Mais ce n’est pas ce que j’ai voulu dire. Monseigneur Lefebvre, dans le sermon des sacres épiscopaux de 1988, a déclaré : « quand la Tradition aura retrouvé à Rome tous ses droits ». C’est la même chose que de dire « le printemps est de retour ». Ce sont des expressions du langage commun.

Le Rocher : Dans le fond, la vie est remplie d’analogies, elle n’est pas univoque, c’est-à-dire qu’on utilise des termes de manière diverse.

Mgr Fellay : L’analogie est « in se, diversa, secundum quid unum » : quand on parle d’analogie, on parle de deux choses en soi différentes, mais qui se ressemblent sur un point. Évidemment, il y a plusieurs sens au mot « tradition ». On peut dire que « la tradition c’est nous », oui ; mais on parle aussi de la Tradition selon un mode beaucoup plus ample quand on parle de « la Tradition de l’Eglise ». Et on peut également parler de la « Tradition » comme la partie non écrite de la Révélation. C’est un terme analogique. Si on perd ce sens de l’analogie, on est perdu aujourd’hui, dans cette crise.



Il explique qu'il a parlé selon le sens commun mais ne nous dit pas quel est ce sens commun. Il garde le flou. De même il donne différents sens au mot Tradition mais ne nous dit pas quel sens il lui donne dans son intention. Encore du flou. En conclusion, chacun pourra lui donner le sens qu'il veut et qu'il entend et c'est bien pourquoi les différentes formulations sont employées pour cette intention selon les districts : aucune unité à la mesure du manque d'unité doctrinale qui sévit aujourd'hui dans la Fraternité. Du flou toujours du flou.

Mais ce qui est plus frappant est la désinvolture vraie ou trompeuse qu'il affiche sur cette question du bon emploi des mots sur une matière aussi grave, le sens du mot Tradition, en la reléguant sur le même plan que "le soleil se couche". Alors que cette croisade du Rosaire demande les secours du Ciel et est destinée au pape, Mgr Fellay voudrait nous faire croire qu'il a juste parlé avec un langage commun, sans donner un sens correct, exact, théologique à ses mots, pour s'adresser au Vicaire du Christ : impensable ! Ou alors quel mépris du Ciel, du pape et des fidèles !

D'autre part lorsque Mgr Lefebvre dit « quand la Tradition aura retrouvé à Rome tous ses droits », il a toujours pris le soin, tout au long de son combat, de différencier la Rome moderniste de la Rome éternelle ce que ne fait plus Mgr Fellay. Aussi la phrase de Mgr Lefebvre ne peut être comparée à celle de Mgr Fellay. L'une veut bien dire conversion de Rome là où l'autre laisse soigneusement le flou et ne nous dit pas de quelle Eglise on parle, dans quelle Eglise doit retourner la Tradition, ni d'ailleurs ce qu'est la Tradition tout court : du flou et encore plus de flou. .

L'autre point marquant est l'appréciation sur le pape :
Citation:
Le Rocher : On ne sait vraiment pas où l’on va avec ce pape ?

Mgr Fellay : Il faut faire très attention quand on essaye de porter des jugements sur lui parce qu’il n’entre pas dans nos catégories. Il est hors norme. Il est un pape de praxis : ce qui compte pour lui, c’est l’action, et il veut avoir les coudées franches dans l’action. C’est pour cela que lorsqu’il parle de doctrine, il s’exprime de manière floue, très floue. Il n’y a plus cette cohérence entre la doctrine et l’action. Il y a de tout dans ses sermons.



Cela est très marquant parce que cette appréciation colle comme un gant à Mgr Fellay lui-même : cet entretien flou en est une des nombreuses preuves! Et depuis belles lurettes nous avons compris que chez le Supérieur Général de la Fraternité il n'y a plus de cohérence entre la doctrine qu'il a reçue et l'action qu'il mène.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 5 Avr - 14:42 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com