Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le Père Valuy va-t-il se faire excommunier par Menzingen ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Maunoir


Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2014
Messages: 428
Localisation: France

MessagePosté le: Mer 2 Juil - 09:11 (2014)    Sujet du message: Le Père Valuy va-t-il se faire excommunier par Menzingen ? Répondre en citant

Le Père Valuy est un prêtre très vénérable connu par de nombreux amateurs de lectures religieuses dans nos milieux de la tradition. Or nous venons de trouver sous sa plume un traité sur le gouvernement des congrégations. Ce docuement est en tout point admirable, spécialement la partie qui traite de la nécessaire prudence du supérieur dans le gouvernement de sa congrégation. Il dénonce en particulier ce qu'il nomme "la politique mondaine". Nul doute que le Père Valuy a en ligne de mire certains ecclésiastiques que nous connaissons  bien. Le rédacteur de ces lignes craint fort que les intéressés ne lui envoient une monition, voir une suspens ad missam ou même une excommunication au vu de ses écrits qui nous apparaissent bien plus sévères encore que la fameuse "lettre de 37" publiée il y a quelques temps.
Comme nous ne pouvons pas mettre tout le traité, nous ne citerons que le passage incriminé et laissons à nos lecteurs le soin de juger sur pièce.

"Le Gouvernement des communautés religieuses" par le Père Valuy.   Livre III.  De la Prudence


Combien le Supérieur doit avoir en horreur In politique mondaine et combien elle serait funeste à son gouvernement.
 
Saint Thomas de Cantorbéry écrivait au pape Alexandre III : « Ce n'est ni la dissimulation, ni l'artifice qui doit présider « au gouvernement de l'Eglise, mais la vérité et la justice. » Certes, les religieux n'ont pas quitté le monde pour être diri­gés par les maximes du monde ; ils n'ont quitté le monde que pour être dirigés par les maximes de Jésus-Christ. Citoyens du ciel, il est juste qu'ils soient conduits selon les lois du ciel, non selon les lois de la terre. Si Jésus-Christ, a établi les Supé­rieurs à sa place et les a investis de son autorité, ce n'est point pour qu'ils gouvernent leur communauté dans un esprit étranger et profane, mais pour qu'ils la gouvernent, dans son propre esprit. De quel droit, d'ailleurs, les Supérieurs exige­raient-ils que leurs inférieurs leur obéissent comme à Dieu même, s'ils n'avaient soin de commander comme Dieu même, en toute droiture et simplicité ?
L'évoque de Belley disait un jour à saint François de Sales : « Je crois que vous eussiez réussi à merveille en politique. » Le Saint répondit : « Les seuls mots de prudence, d'affaires, de   politique, me font peur ; je m'y connais fort peu ou point  du tout, Je vous dirai ce petit mot en ami, à l'oreille, et  encore à l'oreille du cœur : je ne sais ni mentir, ni dissimuler, ni feindre, ce qui pourtant est le maître-ressort en politique et l'art des arts en affaires diplomatiques. J'y vais ce à l'ancienne gauloise, à la bonne foi, et tout simplement.  Ce que j'ai sur les lèvres est justement ce que j'ai dans ma pensée ; je ne saurais parler en un cœur et en un « cœur. » (Ps, XI). Je hais la duplicité comme la mort, sachant que Dieu  a en abomination l'homme trompeur. » (Prov. XII)
« Je ne sais, dit-il dans une autre circonstance, ce que  m'a fait cette pauvre vertu de prudence ; j'ai de la peine à l'aimer, et si je l'aime, ce n'est que par nécessité, d'autant  qu'elle est le sel et le flambeau de la vie. La beauté de la  simplicité me ravit, et je donnerais toujours cent serpents  pour une colombe. Je sais que leur mélange est utile, et que l'Evangile nous le recommande ; mais pourtant il me  parait qu'il faut faire comme en la composition de la thériaque, où, pour un peu de serpent, on met beaucoup  d'autres drogues salutaires. Si la dose de la colombe et du  serpent était égale, je ne m'y voudrais pas fier : le serpent » pourrait tuer la colombe, non la colombe le serpent. On me dit que, dans un siècle aussi rusé, il faut de la prudence, au moins pour s'empêcher d'être surpris ; je ne blâme point cette maxime, mais je crois tout aussi évangélique la maxime qui dit : « C'est une grande sagesse selon de souffrir qu'on nous dévore et qu'on nous dépouille, car nous savons qu'un bien meilleur et plus assure nous attend.  En un mot, un bon chrétien aimera toujours mieux être enclume que marteau, volé que voleur, meurtri que meurtrier, martyr que tyran. »
 
Saint Paul écrivait aux Corinthiens : « Nous avons cette gloire, et notre conscience nous rend ce témoignage , que  nous nous sommes conduits en ce monde, et surtout à votre égard, dans la simplicité de cœur et dans la sincérité de  Dieu ; non avec la sagesse de la chair, mais dans la grâce  de Dieu. » (II Cor. I.)
 
La bénédiction du Ciel et l'obéissance franche et cordiale des inférieurs sont à ce prix.
 
Si la duplicité est odieuse dans un particulier, combien plus dans un Supérieur, qui est le protecteur de la simplicité et de la bonne foi ! Un religieux qui se voit conduit avec droi­ture fait tout avec joie ; s'il entrevoit de la finesse, il se dé­guise, s'enveloppe, fait tout à regret, et ne manque point de s'émanciper dès qu'il en trouve l'occasion. L'artifice, dans un Supérieur, est un défaut qu'on ne lui pardonne point. Ne l'eût-on surpris qu'une fois en flagrant délit, et dit-il désormais pren­dre le Ciel à témoin de sa droiture, nul n'a plus de confiance en lui. Qui voudrait ouvrir son âme à un rusé?
 
Les ruses ne manquent jamais d'embarrasser celui qui s'en sert : « Qui marche droitement, se sauvera ; qui cherche les « voies détournées, tombera dans quelqu'une, » (Prov. XXVIII), II n'y a rien qui se découvre plus tôt que les mauvaises ruses, « Celui qui marche simplement, marche en assurance ; celui « qui pervertit ses voies, sera bientôt découvert. » (Ibid. x). Le trompeur peut, s'attendre à être le premier trompé : « Les «voies du méchant le tromperont ; le trompeur ne gagnera « rien. » Et encore ; « Celui qui creuse une fosse, « tombera dedans ; qui rompt une haie, un serpent le mord. » (Eccl. x.)
Sur ces paroles d'Isaïe : « Le hérisson y a fait sa tanière » (cap. XXXIV), saint Grégoire dit que le hérisson est le symbole des âmes doubles et dissimulées : « Quand on surprend le  hérisson , on voit sa tête, ses pieds et tout son corps , mais  à peine l'a-î-on touché, qu'il se roule, cache ses pieds, sa tête, et disparaît en quelque sorte tout entier entre les mains de celui qui le saisit. » (Past. P. III, cap. 12). C’est ainsi que le Supérieur, surpris dans ses ruses, se dérobe adroi­tement à l'œil qui l'a démasqué, et perce de ses traits la main qui ose le toucher. Ce qu'il y a de funeste pour ces hommes « voués à la ruse, c'est qu'à leurs yeux la conduite tortueuse « qu'ils tiennent passe pour un raffinement de sagesse. »(Ibid.)
« L'homme double d'esprit est inconstant et flottant en  toutes ses voies, disait saint François de Sales ; il se défie de  chacun, et chacun se défie de lui : vrai Ismaël, de qui les «mains sont contre tous, et les mains de tous contre lui. Sa  langue est un rasoir qui tranche des deux côtés ; et lorsqu'il parle de paix, c'est justement alors qu'il couve quelque malignité et médite la guerre. Pour moi, j'estime qu'il  n'y a nulle si bonne et si désirable finesse que la simplicité. »
 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 2 Juil - 09:11 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Paulus
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 3 Juil - 21:39 (2014)    Sujet du message: Le Père Valuy va-t-il se faire excommunier par Menzingen ? Répondre en citant

- Un prêtre de plus ou de moins c'est pas grand chose pour un diplomate. Soit il fera ses valises ou alors on le découragera ! Les exemples sont maintenant trop nombreux dans "cette grande famille ?" qu'est la FSSPX. 
- Au diable les scrupules. Il ne doit pas être question de jugement, seulement de constatations ; et on ne peut constater que malheureusement la gouvernance de la FSSPX ressemble pour beaucoup à  toute gestion de parti politique. 
- C'est vrai que le niveau de la FSSPX est un peu supérieur mais à quoi bon traîner les pieds derrière un corbillard...
- S'il n'y a pas de réforme le dénouement est fatal. Si Dieu existe ce n'est surement pas le Dieu des limaces. 


Seigneur donnez nous des prêtres qui aient quelque chose dans le ventre et qui fassent leur travail : évangéliser ! la Tradition s'est construite avec Mgr Lefebvre et des clercs mais derrière il y avait aussi des laïcs virils. Connaissons nous des prêtres qui évangélisent aujourd'hui ? Des gestionnaires oui ! Des prêtres qui vous disent de ne pas faire de bruit car cela perturbe leur sommeil oui ! Mais des prêtres qui n'ont pas peur d'être différents, des prêtres qui se disputent avec les fidèles qui sont très souvent pénibles... 


Respectons les prêtres et ce n'est pas être révolutionnaire que de demander à ce que les prêtres s'applique à l'Evangile. Beaucoup d'entre-eux se cachent et se taisent, ce n'est à personne de juger mais à eux de se regarder dans un miroir sinon que ce sera demain ?


Heureux sommes nous de voir encore mgr Williamson qui ne se ménage pas et quelques abbés qui l'entoure mais ne sommes nous partis pour une longue apathie ?


Revenir en haut
Martin


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2014
Messages: 15

MessagePosté le: Ven 4 Juil - 07:33 (2014)    Sujet du message: Le Père Valuy va-t-il se faire excommunier par Menzingen ? Répondre en citant

 
Paulus a écrit:
- Un prêtre de plus ou de moins c'est pas grand chose pour un diplomate. Soit il fera ses valises ou alors on le découragera !

L’ouvrage cité par Maunoir est paru à la fin du XIXe siècle : aucun risque que son auteur soit excommunié par Mgr Fellay, si ce n’est post mortem... Wink

M.
 


Revenir en haut
Paulus
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 4 Juil - 08:00 (2014)    Sujet du message: Le Père Valuy va-t-il se faire excommunier par Menzingen ? Répondre en citant

Bien vu

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:07 (2016)    Sujet du message: Le Père Valuy va-t-il se faire excommunier par Menzingen ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com