Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Deux courants : lequel choisir ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marguerite


Hors ligne

Inscrit le: 04 Mai 2014
Messages: 285

MessagePosté le: Mar 22 Juil - 14:53 (2014)    Sujet du message: Deux courants : lequel choisir ? Répondre en citant

Ce texte a été rédigé par quelqu'un qui n'est pas du tout ami des prêtres de l'Union Sacerdotale.  Son analyse n'en reste pas moins intéressante  en raison de son impartialité.
Il reconnaît la logique de la naissance de l'Union Sacerdotale.  Il remonte à la cause plus lointaine du Motu Proprio, de la diplomatie de Mgr Fellay etc ... 



Citation:
 [Philipilus - Le FC] "La création de ce mouvement devrait permettre de clarifier les choses, de redonner vigueur et cohérence à la FSSPX."


SOURCE - Philipilus - Le Forum Catholique - 19 juillet 2014

Citation:
[Commentaire suite à la création d'une nouvelle union sacerdotale sous l'égide de Mgr Williamson] 
Paradoxalement c'est une excellente nouvelle !


Celà fait trop longtemps que la FSSPX se trouve de fait partagé entre deux courants. Dans l'état actuel de l'Eglise, ces deux courants sont trop éloignés pour être vraiment réconciliables. A titre d'exemple, je me souviens de discussions récentes avec des "Williamsoniens". Clairement, magré bien des choses en commun, nous n'avons pas les mêmes valeurs.


Depuis un moment, les deux courants cohabitent. Pour les uns, une avancée traditionnelle venant de Rome, comme le Motu Proprio est une bonne nouvelle. Pour les autres, il s'agit d'un "piège diabolique" et calculé. Pour les uns la Messe tridentine a une valeur "en soi", "ex opere operato", et quand un prêtre revient ou découvre la messe traditionnelle, il s'agit d'une bonne nouvelle. Pour les autres, il faut juger de la messe à l'aune de la prédication qui l'accompagne, des opinions du prêtre qui la célèbre: " ex opere operantis". Pour les uns, "Les Orandi, lex credendi", le retour à la messe traditionnelle va amener un retour à la doctrine traditionnelle, puisqu'elle la contient. Pour les autres il s'agit au contraire d'un grand danger de dilution: "si le sel s'affadit, avec quoi salera-t-on?". Pour les uns, la diplomatie est une nécessité, pour les autres, il s'agit d'une trahison libérale, etc...


La création de ce mouvement devrait permettre de clarifier les choses, de redonner vigueur et cohérence à la FSSPX. En espérant bien que le futur supérieur du district de France mettra tout en œuvre pour cela.


Philippilus



C'est exactement ce que le RP Thomas d'Aquin avait écrit en septembre 2012 au sujet de l'existence de ces deux courants. Il rappelait le principe qui nous mettra dans le bon courant : la conversion du Pape.




Citation:

Dimanche 2 septembre 2012
Deux courants, par Dom Thomas d'Aquin

Antimodernisme.info

  
Cet article est tiré du supplément du bulletin du monastère de Sainte-Croix au Brésil. Le RP Thomas d’Aquin est un prêtre d’expérience et de terrain; il a connu bien des ralliements ( le Barroux, Campos) : Il nous rappelle tout simplement quand et comment un accord sera réellement envisageable avec Rome.

Deux courants se manifestent aujourd’hui dans la Tradition. Les uns veulent un 
accord, les autres ne le veulent pas.


Les uns disent :
-Il faut rentrer dans l’Église.


Les autres répondent :
-Ceux qui y sont déjà dedans n’ ont pas besoin d’y rentrer.


-Mais nous avons besoin de la légalité, rétorquent les premiers.


-C’est ainsi que sont tombés Le Barroux, Campos et tant d’autres, répondent les seconds.


-Mais nous, nous ne tomberons pas, ce n’est pas possible que Dieu le permette.


-« Que ceux qui sont debout, prennent garde de ne pas tomber », dit saint Paul (I Co 10,12).
Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Si Benoît XVI béatifie celui qui a excommunié Mgr Lefebvre et Mgr Antonio de Castro Mayer, s’il célèbre les 25 ans de la réunion d’Assise, s’il défend le concile Vatican II (disant qu’il est en accord avec la Tradition de l’Église), donc les maux que nous avons vus pendant le pontificat de Jean-Paul II se répéteront avec BenoîtXVI.
Tant que la Rome libérale dominera la Rome éternelle, tant que la plus grande catastrophe de l’histoire de l’Église depuis sa fondation, c’est-à-dire, le concile Vatican II, continuera à être la référence privilégiée des évêques, des cardinaux et du Saint-Père, il n’y aura pas de solution.


-Mais Rome est en train de changer (ses attitudes, sa pensée, etc.), disent les défenseurs des accords.


-En quoi Rome change-t-elle ?


-Rome a permis la messe de toujours et a enlevé les excommunications, répondent les « accordistes ».


-Mais à quoi sert de libérer la messe de toujours si Rome permet encore l’existence de la nouvelle ? Nous lisons dans l’Ancien Testament qu’Abraham a chassé l’esclave Agar et son fils Ismaël, pour qu’Isaac ne reste pas avec le fils de l’esclave car, dit saint Paul : « Celui qui était né, selon la chair persécutait celui qui était né selon l’esprit. »  Et saint Paul ajoute : « II en est encore ainsi maintenant » (Gal 4,29). Abraham a fait cela, malgré lui, pour exaucer une demande de Sara, et le bon Dieu a donné raison à Sara, car celle qui est libre ne devrait pas être mise au même rang que l’esclave. La messe nouvelle, c’est Agar. Elle n’a pas de droits. Elle doit être supprimée. Quant à la levée des excommunications, à quoi cela sert-il si l’on béatifie celui qui les a fulminées ? Bien qu’il y ait un certain bénéfice dans ces deux actes, la libération de la messe (qui n’a jamais été interdite) et la levée des excommunications (qui n’ont jamais été valides), le bénéfice spirituel de chacun d’eux a été compromis par le contexte contradictoire dans lequel ils ont été réalisés. Ou bien Jean-Paul II avait raison, ou bien Mgr Lefebvre. Il n’est pas possible d’exalter Jean-Paul II et d’enlever (si c’est vrai qu’ils l’ont enlevée) l’excommunication de Mgr Lefebvre, les deux ne peuvent pas avoir raison en même temps. Cela est du pur modernisme. Quant à la messe, c’est pareil : si l’on permet les deux messes, le résultat, c’est la contradiction. C’est un principe de dissolution ! Un principe de corruption de la foi catholique.
 


-Mais, diront les « accordistes », Rome ne peut pas mettre fin à cette crise d’un seul coup. Les choses humaines ne peuvent pas être résolues de cette manière. Pour mettre l’ordre au chaos actuel, il faudra beaucoup de temps.


-Oui. Il n’y a aucun doute. Mais le commencement de cet ordre ne viendra que lorsque le pape aura l’intention de l’instaurer. Là, il y a une question qui s’impose : Benoît XVI, veut-il mettre de l’ordre dans l’Église ?


-Certainement, diront quelques uns.


-Rien n’est moins sûr que cela, répondons-nous.  Mettre de l’ordre dans l’Église, ce n’est pas faire comme Napoléon qui a organisé et codifié la Révolution et ainsi l’a perpétuée. Pour semer le désordre, il faut quand même un peu d’ordre, disait Corçâo. Benoît XVI est un homme d’ordre, mais l’ordre qu’il veut n’est pas celui qui provient de la Royauté Sociale de Nôtre-Seigneur : pour lui « Le problème du Concile, ce fut d’assimiler les valeurs de deux siècles de culture libérale » . C’est cela que Benoît XVI semble vouloir faire avec son herméneutique de la continuité.


-Mais, insistent les autres, peu à peu Benoît XVI prend la défense de la Tradition. Il a besoin de nous. Il veut notre aide pour combattre le modernisme.


-Campos, aussi, pensait ainsi. Mais comment Benoît XVI peut-il combattre le modernisme, si lui-même est moderniste ? Il peut combattre certains modernistes, mais combattre le modernisme, il ne pourra le faire que lorsqu’il arrêtera d’être moderniste.
 


-Mais ainsi on ne pourra jamais trouver une solution.


-Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que saint Anselme disait que Dieu n’aime rien en ce monde autant que la liberté de son Église. Mettre la Tradition sous l’autorité des hommes qui ne professent pas l’intégrité de la foi catholique, c’est faire exactement le contraire de ce que Dieu aime le plus.
 


-Mais, dans ce cas, vous identifiez la Tradition avec l’Église ?


-Parfaitement, puisque l’Église est essentiellement traditionnelle et ne peut jamais laisser de l’être.


-Mais qu’est donc Benoît XVI, s’il n’est pas traditionaliste ?


-C’est un pape libéral, qui rend l’Église esclave : imposer son autorité sur la Tradition (c’est-à- dire sur les traditionalistes), sans avoir renié ses
erreurs, c’est mettre Sara sous le joug d’Agar, Isaac sous le joug d’Ismaël. Or, nous sommes fils de la « femme libre », et non pas de « la servante », dont le fils est le concile Vatican II, esclave de deux siècles de culture libérale. Il ne faut pas que le libéralisme ait le dessus, puisqu’il est né de la chair, comme le dit Saint Paul, et qu’il persécute celle qui est née de l’esprit, c’est à dire, l’Eglise.


-Quelle est donc la solution ?


-La conversion du pape, de la curie romaine et des évêques, en un mot, la conversion de la tête.


-Mais comment l’obtenir ?


-En priant et combattant. Dieu ne nous demande pas la victoire, mais plutôt le combat.
Comme disait sainte Jeanne d’Arc : « En nom Dieu, bataillons hardiment, et Dieu donnera la victoire »... par le Coeur Immaculé de Marie.
 

fr. Thomas d’Aquin OSB


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 22 Juil - 14:53 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Faberger


Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2014
Messages: 3

MessagePosté le: Ven 22 Aoû - 14:40 (2014)    Sujet du message: 2 courants : lequel choisir? Répondre en citant

Heu, excusez-moi, mais je comprends pas bien cette histoire de 2 courants.
L'Eglise est UNE, non ?
L'Eglise est UNE parce qu'elle a un Chef unique, Jésus-Christ, qui en est la Tête, et dont le représentant sur terre est le Pape, non ?
Donc tant qu'il y a un pape sur terre, représentant le Christ, l'Eglise est et sera UNE.
C'est quoi alors ces 2 courants ??
Le pape François croit à tous les articles du Credo, il est donc catholique. Il représente la vraie foi du Christ. Où est le problème ?
Quand je lis que le grand saint François avait embrassé un sultan musulman avec sa chaleur et sa flamme habituelles (pour le convertir, paraît-il), je ne vois pas en quoi le pape François est plus libéral ou plus moderniste que saint François. N'est-ce pas d'ailleurs son saint Patron ?
Relisez aussi l'histoire du tapis rouge dessiné de plusieurs croix, et sur lesquelles saint François marcha allègrement pour convertir...ce même sultan, qui se garda bien de faire la même chose pour le motif tout bête que s'il imitait saint François, il était un homme mort. Saint François était-il vraiment inspiré à ce moment-là ? A méditer.
En union de prière en ce qu'il faut ou ne faut pas faire, pour plaire à Dieu,


Revenir en haut
Maunoir


Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2014
Messages: 427
Localisation: France

MessagePosté le: Dim 24 Aoû - 16:04 (2014)    Sujet du message: Deux courants : lequel choisir ? Répondre en citant

Tiens ... un admirateur de l'abbé Gleize !

Revenir en haut
Faberger


Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2014
Messages: 3

MessagePosté le: Dim 24 Aoû - 19:42 (2014)    Sujet du message: Deux courants; lequel choisir? Répondre en citant

Heu... C'est qui cet homme admirable : l'abbé Gleize ?

Revenir en haut
Shamus
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 123
Localisation: France

MessagePosté le: Dim 24 Aoû - 20:19 (2014)    Sujet du message: Deux courants : lequel choisir ? Répondre en citant

Maunoir a écrit:
Tiens ... un admirateur de l'abbé Gleize !
Ou d'un prélat suisse...

Revenir en haut
Faberger


Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2014
Messages: 3

MessagePosté le: Lun 25 Aoû - 10:57 (2014)    Sujet du message: 2 courants : lequel choisir? Répondre en citant

Ah bon?, Mgr Lefebvre est suisse ??? ça alors!, j'aurais jamais cru une chose pareille.

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:39 (2016)    Sujet du message: Deux courants : lequel choisir ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com