Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Fraternité Saint-Pie-X – Mgr Guido Pozzo : « Rome n'entend pas imposer une capitulation »

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cristera


Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 30
Localisation: Mexique

MessagePosté le: Mer 22 Oct - 01:27 (2014)    Sujet du message: Fraternité Saint-Pie-X – Mgr Guido Pozzo : « Rome n'entend pas imposer une capitulation » Répondre en citant

Famille Chrétienne vient de publier cette article:


http://www.famillechretienne.fr/agir/vie-de-l-eglise/fraternite-saint-pie-x-mgr-guido-pozzo-rome-n-entend-pas-imposer-une-capitulation-152837


Quelqu'un at-il abonnement, de sorte que nous pouvons le lire? il semble intéressant.


Merci.
_________________
¡Viva Cristo Rey!


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur ICQ AIM Yahoo Messenger MSN GTalk/Jabber Skype
Publicité






MessagePosté le: Mer 22 Oct - 01:27 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Shamus
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 123
Localisation: France

MessagePosté le: Mer 22 Oct - 08:02 (2014)    Sujet du message: Fraternité Saint-Pie-X – Mgr Guido Pozzo : « Rome n'entend pas imposer une capitulation » Répondre en citant

Il n'est pas nécessaire d'avoir un abonnement à Famille Chrétienne. On trouve l'article, sans complexe, sur La Porte Latine :

Fraternité Saint-Pie X – Mgr Guido Pozzo : «Rome n'entend pas imposer une capitulation» - 20 octobre 2014


Revenir en haut
Avila


Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2013
Messages: 168
Localisation: France

MessagePosté le: Mer 22 Oct - 13:14 (2014)    Sujet du message: Fraternité Saint-Pie-X – Mgr Guido Pozzo : « Rome n'entend pas imposer une capitulation » Répondre en citant

Très intéressant.
On y apprend que :


 
Citation:


Quel est l’état des relations entre Rome et la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie-X ?

Mgr Pozzo : [...]

Ces relations et ces échanges se poursuivent depuis l’élection du pape François. Ils aident à clarifier les positions respectives sur les sujets controversés, pour éviter les incompréhensions et les malentendus, en maintenant vif l’espoir que les ­difficultés empêchant encore d’atteindre la pleine réconciliation et la pleine communion avec le Siège apostolique puissent être dépassées.


Les discussions entre Rome et la Fraternité ont-elles récemment repris, ou bien n’ont-elles jamais cessé ?



Mgr Pozzo : En réalité, elles n’ont jamais cessé. L’interruption provisoire des rencontres a simplement été due à la nomination d’un nouveau préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi et à l’élection du nouveau souverain pontife en avril 2013. Le chemin du dialogue a donc repris à l’automne 2013 avec une série de rencontres informelles, jusqu’à l’entretien du 23 septembre dernier entre le cardinal Gerhard Müller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, et le supérieur de la FSSPX, Mgr Bernard Fellay, entretien dont le communiqué de presse du Saint-Siège a rendu compte.



Pourtant ne nous a-t-on pas rabâcher, sur tous les tons, que NON et puis NON il n'y a plus eu de relations depuis l’élection du pape François !

Citation:



 "Le Rocher : Y a-t-il eu une approche officielle de Rome pour reprendre contact avec vous depuis l’élection du pape François ?
Mgr Fellay : Il y a eu une approche « non officielle » de Rome pour reprendre contact avec nous, mais rien de plus et je n’ai pas sollicité d’audience comme j’avais pu le faire après l’élection de Benoît XVI. Pour moi actuellement les choses sont très simples : on reste comme on est. Certains ont conclu des contacts rapprochés de 2012 que je posais comme principe suprême la nécessité d’une reconnaissance canonique. La conservation de la foi et de notre identité catholique traditionnelle est primordiale et reste notre principe premier. " Source : FSSPX/Suisse – DICI n° 294 du 11/04/14




Alors qui est le menteur, menteur et demi : si c'est Mgr Pozzo comment peut-on alors discuter avec un menteur : cela devrait être impossible car il ne peut y avoir de confiance possible. Mais si ce n'est pas Mgr Pozzo le menteur, alors voici une raison de plus, et une grosse, de considérer Mgr Fellay comme un menteur à qui il est impossible de faire confiance. Aucune diplomatie ne peut autoriser l'usage du mensonge. Ce n'est pas par ces moyens si humains que l'Eglise se redressera et que l'apostolat de la Fraternité sera fécond !

Autre point intéressant et révélateur :

 
Citation:


 Quel est alors le point « non négociable » ?

Ce qui est essentiel, ce à quoi on ne peut pas renoncer, c’est l’adhésion à la Professio fidei (3) et au principe selon lequel c’est au seul magistère de l’Église qu’a été confiée par le Seigneur la faculté d’interpréter authentiquement, c’est-à-dire avec l’autorité du Christ, la parole de Dieu écrite et transmise. C’est la doctrine catholique, rappelée par le concile Vatican II (Dei Verbum, 10), mais déjà expressément enseignée par Pie XII dans l’encyclique Humani generis. Cela signifie que le Magistère, s’il n’est certes pas au-dessus de l’Écriture et de la Tradition, est néanmoins l’instance authentique qui juge des interprétations sur l’Écriture et la Tradition, de quelque part qu’elles émanent.

Par conséquent, s’il existe différents degrés d’autorité et d’adhésion des fidèles à ses enseignements – comme le déclare la constitution dogmatique Lumen gentium (25) du concile Vatican II –, nul ne peut se mettre au-dessus du Magistère. Je pense et j’espère vivement que dans ce cadre doctrinal que je viens d’évoquer, nous pourrons trouver le point de convergence et d’entente commune, car ce sujet précis est un point de doctrine appartenant à la foi catholique, et non à une légitime discussion théologique ou à des critères pastoraux.




Un point capital, mais en même temps clairement délimité…

Il n’est pas vrai de dire que le Saint-Siège entend imposer une capitulation à la FSSPX. Bien au contraire, il l’invite à se retrouver à ses côtés dans un même cadre de principes doctrinaux nécessaires pour garantir la même adhésion à la foi et à la doctrine catholique sur le Magistère et la Tradition, en laissant dans le même temps au champ de l’étude et de l’approfondissement les réserves qu’elle a soulevées sur certains aspects et formulations des documents du concile Vatican II, et sur certaines réformes dont il a été suivi, mais qui ne concernent pas des matières dogmatiques ou doctrinalement indiscutables.

Il n’y a aucun doute sur le fait que les enseignements de Vatican II ont un degré d’autorité et un caractère contraignant extrêmement variable en fonction des textes. Ainsi, par exemple, les constitutions Lumen gentium sur l’Église et Dei Verbum sur la Révélation divine ont le caractère d’une déclaration doctrinale, même s’il n’y a pas eu de définitions dogmatiques. Tandis que, pour leur part, les déclarations sur la liberté religieuse, sur les religions non chrétiennes, et le décret sur l’œcuménisme, ont un degré d’autorité et un caractère contraignant différents et inférieurs.




Révélateur car ces points non négociables sont déjà contenus dans la Déclaration Doctrinale du 15 avril 2012 :
 
Citation:


 II. Nous déclarons accepter les enseignements du Magistère de l’Eglise en matière de foi et de morale, en donnant à chaque affirmation doctrinale le degré d’adhésion requis, selon la doctrine contenue dans le n° 25 de la Constitution dogmatique Lumen Gentium du Concile Vatican II (Cf. aussi la nouvelle formule de la Profession de foi et du Serment de fidélité pour assumer une charge exercée au nom de l’Eglise, 1989 ; cf. CIC cann. 749 ; 750, 1et 2 ; 752 ; CCEO cann. 597 ; 598, 1 et 2 ; 599)

III. En particulier :

1. Nous déclarons accepter la doctrine sur le Pontife romain et sur le Collège des évêques, avec son chef, le Pape, enseignée par la Constitution dogmatique Pastor æternus du Concile Vatican I et par la Constitution dogmatique Lumen Gentium du Concile Vatican II, chapitre 3 (De constitutione hierarchica Ecclesiæ et in specie de episcopatu), expliquée et interprétée par la Nota explicativa prævia à ce même chapitre.

2. Nous reconnaissons l’autorité du Magistère auquel seul est confié la tâche d’interpréter authentiquement la Parole de Dieu écrite ou transmise (Cf. Pie XII, encyclique Humani Generis) dans la fidélité à la Tradition, se souvenant que « le Saint Esprit n’a pas été promis aux successeurs de Pierre pour qu’ils fassent connaître, sous sa révélation, une nouvelle doctrine, mais pour qu’avec son assistance ils gardent saintement et expriment fidèlement la révélation transmise par les Apôtres, c’est-à-dire le dépôt de la foi » (Vatican I, Constitution dogmatique, Pastor aeternus, Dz. 3070).

   3. La Tradition est la transmission vivante de la Révélation « usque ad nos » (Concile de Trente, Dz. 1501 : « Toute vérité salutaire et toute règle morale (Mt. XVI, 15) sont contenues dans les livres écrits et dans les traditions non écrites qui, reçues par les Apôtres de la bouche du Christ lui-même ou transmises comme de la main à la main par les Apôtres sous la dictée de l’Esprit Saint, sont parvenues jusqu’à nous. ») et l’Eglise dans sa doctrine, dans sa vie et dans son culte, perpétue et transmet à toutes les générations ce qu’elle est et tout ce qu’elle croit. La Tradition progresse dans l’Eglise avec l’assistance du Saint Esprit (Cf. Concile Vatican II, Constitution dogmatique Dei Verbum, 8 et 9, Denz.4209-4210), non comme une nouveauté contraire. (Vatican I, Constitution dogmatique Dei Filius, Dz. 3020 : « Aussi doit-on toujours retenir le sens des dogmes sacrés que la sainte Mère l’Eglise a déterminé une fois pour toutes, et ne jamais s’en écarter sous le prétexte et au nom d’une intelligence supérieure de ces dogmes. Croissent donc et se multiplient abondamment, dans chacun comme dans tous, chez tous les hommes aussi bien que dans toute l’Eglise, durant le cours des âges et des siècles, l’intelligence, la science et la sagesse ; mais seulement dans le rang qui leur convient, c’est-à-dire dans l’unité du dogme, de sens et de manière de voir (St. Vincent de Lérins, Commonitorium, 28). ») mais par une meilleure compréhension du depositum fidei (Vatican I, Constitution dogmatique Dei Filius, Dz. 3011 ; Serment antimoderniste, nº 4 ; Pie XII, Lettre encyclique Humani Generis, Dz 3886 ; Concile Vatican II, Constitution dogmatique Dei Verbum, 10, Dz. 4213).





Pour se rafraîchir la mémoire sur cette scandaleuse déclaration et tous ces points non négociables mais déjà signés par Mgr Fellay, le commentaire de La Sapinière paru à l'époque.

Comment ne pas voir l'impression que tout est organisé depuis longtemps et qu'ils n'attendent plus, les Romains conciliares et les supérieurs de la Fraternité, que le bon moment pour sceller au grand jour une réconciliation déjà effective dans leurs esprits !


Revenir en haut
Avila


Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2013
Messages: 168
Localisation: France

MessagePosté le: Mer 22 Oct - 13:19 (2014)    Sujet du message: Fraternité Saint-Pie-X – Mgr Guido Pozzo : « Rome n'entend pas imposer une capitulation » Répondre en citant

Ci-dessous une bonne analyse parue sur Boulevard Voltaire qui fait enrager Ennemond, allias JR du Cray, sur le FC  (Le ton est déplacé et exclut tout sens de l'Eglise dit-il sentencieusement ):

Pourquoi la Fraternité Saint-Pie X ne peut ni ne doit se réconcilier avec la Rome actuelle


Revenir en haut
gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2015
Messages: 279

MessagePosté le: Mar 26 Avr - 21:09 (2016)    Sujet du message: Fraternité Saint-Pie-X – Mgr Guido Pozzo : « Rome n'entend pas imposer une capitulation » Répondre en citant

Mêmes méthodes avec les orthodoxes et avec la FSSPX ?

« Je crois qu’avec l’orthodoxie nous sommes en chemin. Ils ont les sacrements, ils ont la succession apostolique… nous sommes en chemin. Que devons-nous attendre ? Que les théologiens se mettent d’accord ? Ce jour n’arrivera jamais, je vous l’assure, je suis sceptique. Ils travaillent bien, les théologiens, mais je me rappelle de ce qu’on disait à propos de ce qu’avait dit Athenagoras à Paul VI : « Nous, avançons seuls ; et mettons tous les théologiens sur une île, qu’ils réfléchissent ! ». Je croyais que ce n’était pas vrai, mais Bartholomée m’a dit : « Non, c’est vrai, il a parlé ainsi ». On ne peut pas attendre : l’unité est un chemin, un chemin que l’on doit faire, que l’on doit faire ensemble. Et c’est cela l’œcuménisme spirituel : prier ensemble, travailler ensemble, il y a beaucoup d’œuvres de charité, beaucoup de travail… Enseigner ensemble… Aller de l’avant ensemble. C’est l’œcuménisme spirituel. »

http://w2.vatican.va/content/francesco/fr/speeches/2014/november/documents/…


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:55 (2016)    Sujet du message: Fraternité Saint-Pie-X – Mgr Guido Pozzo : « Rome n'entend pas imposer une capitulation »

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com