Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

"Le leurre et l'imposture " selon l'abbé Gleize
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Maunoir


Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2014
Messages: 427
Localisation: France

MessagePosté le: Ven 8 Mai - 08:55 (2015)    Sujet du message: "Le leurre et l'imposture " selon l'abbé Gleize Répondre en citant

Un article de l'abbé Gleize  est paru dernièrement sur La Porte Latine http://laportelatine.org/vatican/sanctions_indults_discussions/021_mars_2015/15_04_entrer_dans_l_eglise_gleize.php).


Dans cet article assez touffu, M. l'abbé Gleize semble se donner la peine de vouloir contredire la déclaration de Mgr Pozzo : "Le pape attend que la FSSPX décide d'entrer dans l'Eglise".  Intention louable en soi tant il vrai que la FSSPX est (était ) une oeuvre pleinement et intégralement catholique. 


Le ton de l'article, les arguments invoqués et même la finale de l'article (apparemment très catégorique) pourraient rassurer le lecteur inquiet de la dérive actuelle de la FSSPX ("Mais on ne se moque pas de Dieu. Ni de son vicaire. La « pleine communion » souhaitée par le secrétaire d’Ecclesia Dei est un leurre et une imposture, elle s’inscrit dans une ecclésiologie étrangère au dogme catholique. Nous n’en voulons pour rien au monde, car on ne se moque pas de Dieu ni de son Eglise. C’est pourquoi, tant que ces idées, contraires à la foi catholique, feront l’objet de l’exigence du pape et de son représentant, la Fraternité ne pourra s’y résoudre.")  


Mais une réflexion et une analyse plus sérieuse de cet article nous amènent finalement à penser l'inverse : cet article de l'abbé Gleize sert admirablement la politique accordiste de Menzingen.


En effet, il est vrai que les propos de Mgr Pozzo sont proprement scandaleux et on peut s'étonner que la maison générale de la FSSPX n'ait pas réagi de suite à ces propos prononcés il y a plus d'un mois. Peur de contredire la Rome avec laquelle on est en train de pourparler ? Probablement. Et bizarrement l'article apparemment musclé de M. l'abbé Gleize est publié sur La Porte Latine  mais pas sur le site officiel de la FSSPX (dici.org) ou d'autres sites étrangers. La résistance étant très forte en France, il était peut-être nécessaire pour la maison générale de sortir ce type de document pour rassurer l'aile "droite" de la Tradition.


Mais cet article est tout sauf rassurant.


1° Il y a tout d'abord cette phrase qui inquiète: "C’est pourquoi, tant que ces idées, contraires à la foi catholique, feront l’objet de l’exigence du pape et de son représentant, la Fraternité ne pourra s’y résoudre". Est-ce qu'il entend par là que si le Pape ou Mgr Pozzo n'exige rien de tel, la Fraternité accepterait une reconnaissance? Autrement dit, si Rome demande à la Fraternité de collaborer sans abandonner explicitement la bonne doctrine (ce que Mgr Pozzo a dit par ailleurs), la Fraternité l'accepterait ?
Cette très grave  ambiguïté  laisse la porte grande ouverte à une reconnaissance mutuelle dans la mesure où Rome laisserait à la FSSPX la liberté de critiquer le concile (notez que l'abbé Gleize ne parle pas de critiquer le pape mais seulement le concile : comme si les idées conciliaires se véhiculaient toutes seules !). C'est d'ailleurs ce qui a été demandé par le chapitre de 2012 : l'abbé Gleize obéit bien à Mgr Fellay.




2° La plus grave erreur me semble être l'idée sous-jacente que l'église officielle reste belle et bien l'Eglise Catholique. L'abbé Gleize revendique légitiment le droit pour la FSSPX d'être d'Eglise et récuse par conséquent l'idée des modernistes  de faire "rentrer la FSSPX  dans l'Eglise" puisque la FSSPX fait bien partie de l'Eglise. Ici nous sommes bien d'accord avec lui. 



Le gros problème, c'est qu'il continue à nier l'existence d'une église conciliaire (telle que Mgr Tissier l'a bien définie dans Le Sel de la terre n°85) : remarquez que l'abbé Gleize n'en parle pas une seule fois dans son document (l'abbé parle du Vatican, de Rome mais jamais de l'église conciliaire) ! 


Dans le premier paragraphe M. l'abbé JM Gleize dit en effet ceci "Pour Mgr Pozzo et pour le pape, la FSSPX ne fait pas encore partie de l'Eglise".  En bon théologien thomiste, l'abbé aurait dû au moins faire une distinction : il aurait dû dire "la FSSPX ne fait pas partie de l'église conciliaire : je concède. La FSSPX ne fait pas partie de l'Eglise Catholique : je ne suis pas d'accord".   Pourquoi ne veut-il pas faire cette distinction fondamentale qui aurait permis à son article d'être cohérent ?  Parce que l'abbé ne semble voir que des erreurs intellectuelles dans l'église officielle  et non pas une structure organisée de façon révolutionnaire pour la destruction de la Foi catholique . Dans tout l'article, l'abbé ne parle que des erreurs véhiculées par un nouveau magistère mais jamais d'une structure conciliaire qui descend du pape et va jusqu'au dernier des fidèles pour contraindre les fidèles à adhérer à cette nouvelle religion.  Il y a au fond une forme d'intellectualisme (d'angélisme) propre à un théologien en chambre dans cette manière d'aborder la crise de l'église. 
 Il faut certes condamner les erreurs ( c'est le premier rôle du pasteur) mais le second rôle du pasteur n'est-il pas d' éloigner en PRATIQUE les fidèles des erreurs  et des fauteurs d'erreurs, ou de l'occasion de perdre la Foi ?  (en côtoyant ou en recevant des autorités modernistes ...même à Ecône, n'est-ce pas M. l'abbé ?) .


 La politique diplomatique de Menzingen cherche à tout prix une sorte de modus vivendi avec cette structure conciliaire sous apparence de bien et il faut hélas reconnaître que l'abbé Gleize, par cette très grave omission, cautionne cette politique suicidaire.


Tout l'inverse de Mgr Lefebvre qui avait  bien compris le mécanisme conciliaire :  il était en ce sens le BON PASTEUR.  Il a en effet d'abord combattu les erreurs conciliaires avec force pendant le concile ( aidé en cela de nombreux autres évêques)  mais il a ensuite compris qu'il fallait s'éloigner progressivement de cette structure diabolique qui faisait perdre la Foi.  Et c'est à ce moment-là qu'il s'est retrouvé seul, très seul (comme les résistants aujourd'hui).  C'est pourquoi dans les trois dernières années de sa vie, il n'a cessé de mettre en garde les prêtres et les fidèles contre la tentation de rallier cette "église conciliaire" (documents sciemment censurés par les libéraux de la FSSPX). Lisez le Fideliter de juillet 1988, vous verrez que Mgr Lefebvre ne cesse de parler de cette "église conciliaire".


Or Menzingen fait exactement le travail inverse : habituer les fidèles, les prêtres à entretenir des rapports amicaux, cordiaux avec cette église. L'abbé Gleize récuse certes quelques erreurs conciliaires mais il ne récuse pas cette "praxis" bien dangereuse et périlleuse pour la Foi des fidèles. 


La théologie et la pastorale  de M.l'abbé Gleize s'éloignent  très dangereusement de ce qu'affirmait le RP Calmel en 1971 : "La fausse Église qui se montre parmi nous depuis le curieux concile de Vati­can II, s’écarte sensiblement, d’année en année, de l’Église fondée par Jésus-Christ. La fausse Église post-conciliaire se contredivise de plus en plus à la sainte Église qui sauve les âmes depuis vingt siècles (et par surcroît illumine et soutient la cité). La pseudo-Église en construction se contredivise de plus en plus à l’Église vraie, à la seule Eglise du Christ, par les innovations les plus étran­ges tant dans la constitution hiérarchique que dans l’enseignement et les mœurs"  ( in "Autorité et sainteté dans l'Eglise"). 

Reste à savoir qui, entre Mgr Pozzo et Menzingen,  est dans le leurre et l’imposture … Nous laissons ici le choix au lecteur. 



Dernière édition par Maunoir le Ven 8 Mai - 18:01 (2015); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 8 Mai - 08:55 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
PvS


Hors ligne

Inscrit le: 08 Mai 2015
Messages: 9

MessagePosté le: Ven 8 Mai - 10:50 (2015)    Sujet du message: "Le leurre et l'imposture " selon l'abbé Gleize Répondre en citant

Bonjour à tous, je suis nouveau sur ce forum.
Il y a un élément de votre analyse que j'ai du mal à comprendre, c'est cette notion d'église concilaire distincte de l'Eglise catholique. A quel moment s'est elle instituée, et par qui? Ne peut on pas considérer plus simplement que ce sont de mauvais papes et de mauvais hiérarques qui prennent de mauvaises décisions? Des cas de gouvernement désastreux on existé dans l'histoire, qui vit par exemple se juxtaposer plusieurs papes et antipapes.


Revenir en haut
Muriel


Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2015
Messages: 18

MessagePosté le: Ven 8 Mai - 10:52 (2015)    Sujet du message: Re: "Le leurre et l'imposture " selon l'abbé Gleize Répondre en citant

Maunoir a écrit:
 Il faut certes condamner les erreurs ( c'est le premier rôle du pasteur) mais le second rôle du pasteur n'est-il pas d' éloigner en PRATIQUE les fidèles des erreurs  et des fauteurs d'erreurs, ou de l'occasion de perdre la Foi ?  (en côtoyant ou en recevant des autorités modernistes ...même à Ecône n'est-ce pas M. l'abbé ?) .

Y a-t-il eu des visites de prélats à Ecône comme à Flavigny etc.?

Revenir en haut
Paulus
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 8 Mai - 12:21 (2015)    Sujet du message: "Le leurre et l'imposture " selon l'abbé Gleize Répondre en citant

Il n'y a pas que le pape qui est mauvais. Depuis le concile VII s'est installé, une nouvelle doctrine radicalement opposée à la tradition bimillénaire de l'Eglise. Ce libéralisme et modernisme qui siège à Rome est une secte, un courant de pensée uniforme. Les "Romains" parlent et respirent comme les francs-maçons. C'est pourquoi ils sont amis et ne se contredisent que rarement et sur des chosent sans importance immédiate. L'église moderne est une institution, elle a détruit la tradition (Messe, enseignement, livres, martyrologe...) 


Une personne seule, sans idéal maçonnique ne pouvait pas détruire autant. 


l'église conciliaire est une institution nouvelle qui a envahi et détruit Rome. De la Rome éternelle il ne reste que les pierres.


Revenir en haut
Shamus
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 123
Localisation: France

MessagePosté le: Ven 8 Mai - 12:44 (2015)    Sujet du message: "Le leurre et l'imposture " selon l'abbé Gleize Répondre en citant

Bienvenu PvS.
PvS a écrit:

Il y a un élément de votre analyse que j'ai du mal à comprendre, c'est cette notion d'église conciliaire distincte de l’Église catholique.

L'abbé Gleize aussi!


Revenir en haut
Dies Iræ


Hors ligne

Inscrit le: 14 Déc 2013
Messages: 109

MessagePosté le: Ven 8 Mai - 14:30 (2015)    Sujet du message: "Le leurre et l'imposture " selon l'abbé Gleize Répondre en citant

Méfiez-vous Paulus, VII signifie 7, et les "églises des 7 conciles", c'est à dire les orthodoxes, comprendront immédiatement à votre lecture que c'est de cela que vous parlez. Écrivez V.II ou V2 ou en toutes lettres mais évitez VII!


Bienvenu PvS.


Si vous prenez le temps de lire les nombreux fils de ce site, vous verrez que Parvulus a magnifiquement expliqué ce qu'est l'église conciliaire, expression provenant de prélats conciliaires! Il également parfaitement exposé le lien entre la hiérarchie pécheresse, dont la papauté, ou plutôt par la papauté, et les deux églises : l'Église, une, sainte, catholique et apostolique (et persécutée), et l'église conciliaire, sa caricature maçonnique. Cette église conciliaire est la prostituée avec laquelle vit la hiérarchie qui a abandonné son foyer, l'Église, au profit de la séductrice et en persécutant ses enfants. Rien de nouveau sous le soleil! Abraham, Sarah, Agar, Isaac et Ismaël en sont déjà l'exemple.
_________________
justitia Dei est ab æterno, Sum. Theol. 2a-2ae, qu. 58, art.2


Revenir en haut
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2014
Messages: 319
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Ven 8 Mai - 15:35 (2015)    Sujet du message: "Le leurre et l'imposture " selon l'abbé Gleize Répondre en citant

Dommage que même Mgr Tissier dans le Sel de la Terre N°85 n'ose pas aller jusqu'au bout de la logique, et conclut à une secte dans l'Eglise.


Une secte? 
D'accord, mais le pape en fait-il partie?
S'il s'agit de la Contre-Eglise occulte dévoilée par les papes du 19e et Crétineau Joly, non, pas besoin d'ailleurs, mieux vaut des prélats non encartés, mais acquis à leurs idées de puis le lait maternel.....




Que l'Eglise soit malade de la secte n'est pas nouveau, ce qui est nouveau c'est le mot INSTITUTION qui ne figure dans aucune analyse:
- l'Eglise est une INSTITUTION dont la tête "au Ciel" est NSJC, et des papes soumis à NSJC dans Son Esprit, Esprit de vérité, et à Sa juridiction objective, la Tradition,


- l'église conciliaire est, depuis le codex 1983, une INSTITUTION humaine, dont la tête "sortant de l'enfer" est le Concile, et des papes soumis à ce Concile, et sa juridiction objective, la Révolution.


Toute société a un Père fondateur, qui édicte des dogmes et règles (canons),  qui traduisent l'esprit du fondateur, et donnent une âme à la dite société: le corps de cette société se "forme" par obéissance à cette âme, et à la juridiction objective originelle qui en est la traduction.


Dommage donc que nos ecclésiologistes patentés négligent ces arguments "institution" et "juridiction" subjective et objective, qui éclairent magnifiquement tout l'héritage de Mgr Lefebvre. 
Il y a là comme un abandon, une forme subtile d'apostasie....




Kyrie eleison
Ipsa te conteret
_________________
credidimus veritati


Revenir en haut
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2014
Messages: 319
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Ven 8 Mai - 15:44 (2015)    Sujet du message: "Le leurre et l'imposture " selon l'abbé Gleize Répondre en citant

Addendum:
L'importance du concept Institution réside dans le fait que par la Révolution, Satan détruit les "bastions", id est les institutions chrétiennes. C'est ce qu'il réusit à faire dans la néo-FSSPX!


Le concept Juridiction tire son importance dans le fait que Mgr Lefebvre a sacré hors juridiction ordinaire, subjective conciliare, mais pas hors jridiction objective catholique, celle de suppléance!


Ecclesia supplet, oui, mais à quoi? 
La Tradition, juridiction objective? certainement pas!
Une juridiction subjective, des sujets convertis à la Révolution? Voilà, la bonne réponse!
_________________
credidimus veritati


Revenir en haut
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2014
Messages: 319
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Ven 8 Mai - 16:10 (2015)    Sujet du message: "Le leurre et l'imposture " selon l'abbé Gleize Répondre en citant

La question de PVS reste pertinente!


Tous les catholiques conciliaires, notamment ralliés, appartiennent "de corps" à l'église sous juridiction actuelle conciliaire, sans obéir forcément à son âme, la Révolution.
Cela d'ailleurs peut aussi s'appliquer à de nombreux prélats!


Là encore Mgr Lefebvre répond, avec Pie XII d'ailleurs auparavant: "Ce sont les supérieurs qui font les inférieurs", et "De la forme de la société dépend le salut des âmes".


Ce qui signifie que d'une part des hiérarques même non révolutionnaires "dans l'âme", participent "de corps" à transmettre l'âme de la société dont ils se disent appartenir, et d'autre part que se mettre "de corps" dans une société, c'est en adopter l'esprit, s'y soumettre et s'y convertir de plus en plus:  
à force de ne pas vivre comme l'on pense, on finit par penser comme l'on vit....


Par conséquent, de mauvais papes comme dit PSV sont au moins favens heresiae, surtout quand en plus ils croient transformer l'Eglise en une autre.


C'est rigoureusement impossible, et c'est pourquoi d'ailleurs il y a deux églises, l'Eglise qui ne sera jamais l'église conciliaire, et l'église conciliaire qui ne sera jamais l'Eglise!
Les hiérarques de l'Eglise l'ont quittée pour une autre.
l'Eglise souffre , est malade de l'absence de hiérarques autres que de suppléance.
La plupart des catholiques sont entraînés par leurs chefs dans l'autre église, sans pour autant que tous soient personnellement responsables de leurs erreurs, et donc "perdus"... Dieu juge le for interne, et Il est miséricordieux, infiniment!


Mais quand on a les lumières suffisantes pour voir clair, on évite les précipices ou les sables mouvants qui vont vous engloutir!
On "sort" de l'église conciliaire, et ensuite pas question d'y retourner!


Hélas, de jeunes clercs ont une telle foi de se croire "réformateurs de l'Eglise" , qu'ils veulent "rentrer dans le lard" de cette "église", sans craindre qu'ils vont s'y faire phagocyter....


Kyrie eleison
Ipsa te conteret
_________________
credidimus veritati


Revenir en haut
PvS


Hors ligne

Inscrit le: 08 Mai 2015
Messages: 9

MessagePosté le: Ven 8 Mai - 18:19 (2015)    Sujet du message: "Le leurre et l'imposture " selon l'abbé Gleize Répondre en citant

Il y a un élément qui me gène dans cette distinction, si tant est que je l'aie bien comprise: le pape et les hiérarques seraient à la fois membres de l'Eglise et membres de "l'église conciliaire".Seraient ils conscients de cette double obédience? Si oui,  ils sont schizophrènes, sinon comment leur faire prendre conscience de cet état? Qui pourrait juger de cet état si ce n'est les autorités légitimes? En tout état de cause les fidèles que nous sommes ne pouvons juger,  puisque nous ne sommes que des fidèles, faute de quoi nous risquerions de sombrer dans l'examen critique protestant. En revanche si nous ne pouvons juger les personnes nous pouvons comparer le magistère actuel à l'aune du magistère constant. Si les deux s'affrontent, la voix de la sagesse consiste à rejeter la nouveauté. Il me semble que c'est une posture étayée par les théologiens solides, en cas de doute.
De surcroît cette construction théorique de deux institutions se juxtaposant me paraît un peu artificielle. En effet, si nous prenons des épisodes peu glorieux de l'histoire de l'Eglise (par exemple le Grand Schisme d'occident), nous constatons que des décisions furent prises par les différentes hiérarchies opposées ( hiérarchies validées a posteriori par le concile de Constance) qui méprisèrent à la fois la Foi et la charité. Elles demeurèrent toutes membres de l'Eglise malgré ces décisions fautives.


Revenir en haut
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2014
Messages: 319
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Ven 8 Mai - 18:53 (2015)    Sujet du message: "Le leurre et l'imposture " selon l'abbé Gleize Répondre en citant

Non PvS,


pas schyzophrènes, sauf analyse médicale qui pourrait le prouver pour beaucoup, surtout les ralliés!


Tout homme peut appartenir à plusieurs sociétés, ce n'est pas une nouveauté!


Un catholique "peut" se faire membre de la FM.
Un FM peut se faire membre de l'Eglise, du moins comme je l'ai distingué, "de corps"!
Et même dans la FSSPX, j'insiste!


Mais aucun des deux n'appartient à l'âme de l'Eglise. 
Pourquoi?
Parce que l'âme de l'Eglise s'appelle d'abord esprit de vérité, aussi bien au for interne que seul Dieu juge, qu'au for externe que juge précisément la juridiction de l'Eglise, même au confessionnal: le confesseur catholique a le pouvoir de juger avant d'absoudre, mais même dans ce jugement "secret" il ne peut juger que le for externe du pénitent, sa sincérité prouvée en actes extérieurs, jamais sa sincérité au plus profond que seul Dieu juge.


Les hiérarques de l'église conciliaire sont d'abord des hommes qui reçoivent des grâces d'état auxquelles tout homme doit CORRESPONDRE.
Ils ont des grâces d'état correspondantes à leurs fonctions dans l'Eglise: enseigner, sanctifier, gouverner.


Enseigner? Ils enseignent les "dogmes conciliaires" opposés ou condamnés aux dogmes catholiques.
Ils sont donc partie d'une "église enseignante" autre que l'Eglise enseignante qui enseigne la Tradition.
1ère conclusion: les docteurs de l'Eglise que sont nos évêques, y compris celui de Rome, ne correspondent pas aux grâces reçues pour enseigner les vérités de foi, mais les "vérités" du Concile: en cela ils se font membres "de corps et d'esprit" d'une autre "église" que la catholique. 


Sanctifier? Leurs sacrements sont tous douteux, et donc ils se font aussi membres d'une autre église que l'Eglise dont les sacrements sont certains de foi!


Gouverner? leur "droit canon" change toute l'orientation du droit de l'Eglise , jusqu'à interdire, et condamner comme excommunié (Dieu merci de leur église!), les catholiques fidèles!


En clair, il faut considérer les personnes physiques que sont papes et évêques conciliaires, comme nos "pères" ayant changé de famille!


Dieu a INSTITUE deux sociétés de constitution divine sur terre: la famille, naturelle, imparfaite,  l'Eglise, surnaturelle, parfaite.


Les papes conciliaires ne sont que des "pères" qui se sont cru pouvoir RECOMPOSER l'Eglise, comme des pères de "famille" recomposent leur famille.


Passe encore que certains fils légitimes veulent re-cohabiter avec maman dans la nouvelle famille recomposée, quoique seule la moralité soit en cause!


Mais quand c'est la foi qui est en cause, c'est tout simplement trahir Dieu, la foi!


Dieu demandera des comptes aux "pères" qui ont ainsi corrompu non seulement la morale, mais la foi de leurs enfants!
_________________
credidimus veritati


Revenir en haut
Dies Iræ


Hors ligne

Inscrit le: 14 Déc 2013
Messages: 109

MessagePosté le: Ven 8 Mai - 19:21 (2015)    Sujet du message: "Le leurre et l'imposture " selon l'abbé Gleize Répondre en citant

PvS, vous avez raison, nous n'avons pas à juger ce qui motive les hiérarques de l'Église dans leur comportement déviant, la maladie, la cécité spirituelle, la traîtrise, la terreur, ou tout autre raison qui pourrait passer à la portée de mon cerveau fatigué.


Nous avons à juger des actes de ces hiérarques en tant que ce qui est leur devoir dans la protection et la transmission du dépôt sacré de la foi, des sacrements et de la chrétienté comme société. Il est clair qu'ils ne remplissent pas leurs devoirs. Mais à l'encontre des hiérarques corrompus des siècles passés ils ont constitué une organisation avec son propre système administratif (la collégialité), juridique (le code de droit canonique de 1983), philosophique et théologique, destructeur de ce qu'est l'Église, et volontairement destructeur. Cette organisation ils l’appellent l'église conciliaire. Et ils rejettent violemment tout ce qui est de l'Église (la vraie) en revanche ils accueillent tout le reste.


Pour continuer avec le grand schisme d'occident, au moment où il y avait "trois papes" plus ou moins "douteux" tous les trois, ils ne se gênaient pas pour créer des cardinaux. Lorsqu'il a été décidé de les "démissionner" tous les trois, le plus âgé d'entre eux a eu cette remarque que dans ce cas seuls les cardinaux d'avant le schisme étaient légitimes, et que par conséquent eux seuls pouvaient élire le nouveau pape. Il ne restait qu'un seul cardinal d'avant le schisme, lui-même! Le stratagème était trop gros et il fût écarté comme les deux autres. Là où cela devient intéressant c'est qu'il s'est imaginé avoir eu le dernier mot avec ce mot là, et qu'il est resté sur son trône qui de douteux est devenu certainement invalide et illégitime. Or tous les cardinaux qu'il avait créés avant ce basculement ont été considérés comme des cardinaux légitimes et ont participé aux élections suivantes, mais ceux qu'il a créés ensuite n'ont pas été considérés autrement que comme des pantins.


En d'autres termes, la continuité du principe ne revient pas à la sainteté de la personne qui use des pouvoirs d'organisation même s'il en mésuse, mais à la légitimité de l'usage de ces pouvoirs. Or la seule légitimité du pape réside dans la légalité et la régularité de son élection, et lorsqu'il y a doute, c'est le bien de l'Église qui sert de critère de choix. En effet, comme le dit Cajétan, l'hérésie du pape, même manifeste, ne peut être jugée que par un supérieur, et le seul supérieur du pape est le Christ.


En conclusion :
  • Les hiérarques légitimes de l'Église ont constitué une contre-église qu'ils appellent eux-même l'église conciliaire
  • Ils usent de cette secte comme moyen de se "rapprocher" du monde (entendez pécher avec)
  • Leur plus grand péché est la persécution de l'Église et par là la trahison de leur mission
  • Il n'en reste pas moins qu'ils constituent la seule source légitime de hiérarchie dans l'Église voulue monarchique par Notre Seigneur

_________________
justitia Dei est ab æterno, Sum. Theol. 2a-2ae, qu. 58, art.2


Revenir en haut
PvS


Hors ligne

Inscrit le: 08 Mai 2015
Messages: 9

MessagePosté le: Ven 8 Mai - 21:31 (2015)    Sujet du message: "Le leurre et l'imposture " selon l'abbé Gleize Répondre en citant

Je comprends mieux cette idée et vous remercie pour ces explications. Je pense que parler d' église conciliaire relève d'une commodité de langage, faute de mieux. L'erreur tient à la nature corrompue de l'homme, qui n'a pas échappé à saint Pierre lui même ayant renié trois fois.
Si l'on considère néanmoins cette hiérarchie légitime quoique n'exerçant pas légitimement ses fonctions, comment faire pour qu'elle puisse prendre conscience de ses responsabilités devant les hommes? On ne peut par principe ni lui être subordonné, ni la rejeter .  à elle, c'est perdre De surcroît affirmer que nous ne devons avoir aucun lien ( nulla partem) c'est contrevenir à cet impératif de révérence, se soumettre à elle, c'est perdre le moyen d'agir ici et maintenant. La porte est étroite . 


Je ne crois pas non plus à l'idée qu'il faudrait se soumettre quand Rome sera revenue à sa nature profonde. Comment en juger? Et les va et viens dans l'histoire sont légion.


Revenir en haut
Dies Iræ


Hors ligne

Inscrit le: 14 Déc 2013
Messages: 109

MessagePosté le: Ven 8 Mai - 22:02 (2015)    Sujet du message: "Le leurre et l'imposture " selon l'abbé Gleize Répondre en citant

Certes, le futur n'est pas facile à imaginer, mais c'est au présent que je suis appelé à me sanctifier! Et nous ne sommes pas à l'abri de la survenue d’événements exceptionnels voire extraordinaires. En particulier voilà 70 ans que la guerre rôde autour de nos soldats sans discontinuer, elle finira bien par nous atteindre directement, dans toute l'Europe.


Imaginons une guerre où la Vérité est interdite d'un côté et où la vérité est défendue de l'autre (je parle de vérité des faits observés pas plus) et que cette opposition soit la cause ou le prétexte du déclenchement de la guerre. Où se placeraient nos hiérarques?


Voyez, si vous lisez l'anglais, pourquoi je parle de cela : http://www.paulcraigroberts.org/2015/04/21/truth-washingtons-enemy-paul-cra…


Je vous rappelle que les États-Unis sont un pays officiellement franc-maçon comme leurs symboles le montre. et que l'église conciliaire a déclaré de nombreuses fois que la franc maçonnerie n'était pas à condamner et qu'il convenait de travailler avec la franc maçonnerie parce qu'ils partageaient les idéaux blabla...


Pensez-vous que les hiérarques dans leur vaste majorité ne préféreraient pas apostasier plutôt que de perdre leur part des plaisirs du péché?


Tout ce que j'écris là n'est pas une prédiction, c'est la simple observation de ce qui se passe en ce moment même en Europe, et partout dans le monde. Voyez comment l'Ukraine réécrit l'histoire, et comment le clergé uniate d'Ukraine se comporte, voyez comment les chefs d'état de l'union européenne manipulent l'histoire pour montrer leur soumission aux USA...
_________________
justitia Dei est ab æterno, Sum. Theol. 2a-2ae, qu. 58, art.2


Revenir en haut
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2014
Messages: 319
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Ven 8 Mai - 22:30 (2015)    Sujet du message: "Le leurre et l'imposture " selon l'abbé Gleize Répondre en citant

PvS,


le Nullam partem  s'adresse à l'église conciliaire en tant que société, une personne morale, 
Pas au pape en tant que personne physique, chef réel de l'Eglise, mais aussi chef "apparent" de l'église conciliaire!


C'est justement parce que le pape se fait chef apparent de l'église conciliaire que cette église a "l'apparence" que recherche Satan pour copier l'Eglise, attirer les catholiques dans une contre-façon de l'Eglise.


Mgr Lefebvre a donc passé sa vie à deux choses:
- exiger du pape comme chef de l'Eglise à donner un droit à la FSSPX conforme à l'Eglise, mais non conforme à l'église conciliaire,
- refuser absolument d'appartenir ni de corps, ni encore moins d'âme à l'église conciliaire, nouvelle "église" humaine qui n'a rien de divin ni de surnaturel! 


Or Mgr Fellay et Cie ont tout simplement gommé le Nullam partem à l'église conciliaire en tant que nouvelle église, quitte à faire croire qu'ils obtiendront de Rome une "exemption" à obéir en tout à cette église conciliaire...., au pape qui leur aura donné cette "exemption privilégiée"....


Quand on recherche un privilège dans l'église ou l'Eglise, qu'espère-t-on?
_________________
credidimus veritati


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:36 (2016)    Sujet du message: "Le leurre et l'imposture " selon l'abbé Gleize

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com