Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Peut-on parler de sainte Eglise conciliaire?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Archet de Jeanne


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2014
Messages: 147

MessagePosté le: Mer 2 Sep - 09:06 (2015)    Sujet du message: Peut-on parler de sainte Eglise conciliaire? Répondre en citant

Dans son dernier Courrier de Rome, l’abbé Gleize revient sur la question de l’Eglise conciliaire et reformule sa démonstration initiale (un Courrier de Rome antérieur). Avant de la donner, considérons la conclusion: l’Eglise conciliaire ne saurait représenter au sens strict une « autre » Eglise.


Or nous croyons que l’Eglise est sainte: la sainte Eglise catholique. Nous devrions pouvoir dire alors: la sainte Eglise conciliaire.
Qu’en pense le théologien menzigennien? Qu’est-ce qui empêcherait une telle « communication des idiomes »?



Voici maintenant le syllogisme, donné textuellement:
Citation:
1. Celui qui agit selon l’opération propre de l’Eglise ne peut pas faire partie d’une société dont l’opération est opposée à cette opération propre de l’Eglise.
2. Le catholique moderniste étant un hérétique occulte, mais non notoire, agit selon l’opération propre de l’Eglise.
3. Donc le catholique moderniste ne peut pas faire partie d’une Eglise moderniste autre que l’Eglise catholique, au sens où cette « Eglise » serait une société proprement dite, dont l’opération serait opposée à celle de l’Eglise catholique.


Dans son article, le théologien démontre 1 puis 2 chacun en un paragraphe. Le problème est qu’il n’a pas précisé un certain nombre de notions:
- opération propre d’une société
- agir selon l’opération propre
- ne peut faire partie: est-ce une impossibilité ontologique, juridique, morale? Ca change beaucoup de choses!
- hérétique occulte (vs notoire): inconnu (vs public)? inconscient (vs conscient)? ou bien adepte d’une hérésie occulte (vs notoire). Je pense ici qu’il faut dire que l’hérésie moderniste, bien que notoirement dénoncée par saint Pie X, n’est pas actuellement dénoncée par l’autorité et n’est donc pas notoire en ce sens là.
- mais si « l’hérétique occulte » est l’adepte d’une hérésie non notoire, c’est bien parce qu’il pratique les opérations propres à cette hérésie. Que ces adeptes forment une société ou non, ces actes-là ne sont pas ceux de l’Eglise catholique. Nous travaillons dans des directions diamétralement opposées, répondait Mgr Lefebvre. Peut-on suivre une direction diamétralement opposée tout en agissant selon l’opération propre de l’Eglise.


M. l’abbé dit par ailleurs, :
Citation:
« Seule l’hérésie en tant que notoire rompt le lien de l’unité de l’Eglise, et constitue par le fait même une autre Eglise. »




Affirmation péremptoire, ou bien il faut préciser. Comment Mgr Lefebvre a-t-il pu parler d’Eglise schismatique à propos de l’Eglise conciliaire? Certes, cela ne signifie pas qu’elle a reçu le tampon « schismatique », seule chose qui semble préoccuper le chartiste qu'est l'abbé Gleize. Mais cela signifie que les opérations qu’elle promeut rompent le lien de l’unité de l’Eglise, notamment en altérant la foi et en se coupant de l’Eglise de toujours.


Assise, le nouveau code, le novus ordo missæ, la condamnation de la FSSPX: résultat de l’opération propre de l’Eglise?


Ce n’est pas la peine de faire une démonstration pour nous dire que l’Eglise conciliaire se trouve à la même adresse postale vaticane que l’Eglise de toujours: cela, nous le savons bien (n’oubliez toutefois pas que François a déménagé, mais écrivez: Sainte-Marthe-au-petit-déjeuner).


Ce que reconnaît l’abbé Gleize est cependant intéressant, car obligé par saint Pie X qui évoque une association secrète, avec un plan tracé, recherchant et groupant de nouveaux adeptes (Pascendi et Motu proprio à la suite de Pascendi). Mais l’abbé ne daigne accorder que de manière impropre à cette association le terme de société, à cause de sa nature secrète et invisible. C’est dire qu’on ne devrait pas employer le terme de « société secrète »! De plus, peut-on affirmer que les conjurés agissent selon l’opération propre de l’Eglise?


Pour être une autre Eglise, il faudrait qu’elle soit visible, dit-il. C’est limiter notre intelligence à la lecture d’un annuaire téléphonique américain à la page « Church »: nous n’y verrons certes pas « Eglise conciliaire », parmi les innombrables sectes.


Il reprend l’image du cancer généralisé et pourtant l’Eglise pourrait bien être investie par la puissance des ténèbres (dixit l'abbé). Le cancer est une bonne image pour se représenter une corruption de tous les organes par l’intérieur, mais il ne rend pas compte de l’intelligence à l’œuvre dans cette corruption, désignée par la puissance des ténèbres. Aussi, la belle formule de l’abbé Gleize: « les métastases ne feront jamais une hypostase » s’appliquent au cancer mais non à l’investiture par la puissance des ténèbres. Car la puissance des ténèbres est une « hypostase », ou « multi-hypostase », qui n’est pas l’Eglise catholique. 


Par ailleurs, s’il n’y a pas une autre hypostase en l’Eglise conciliaire, alors ne peut-on parler légitimement d’union hypostatique entre l’Eglise catholique et l’Eglise conciliaire et appliquer la communication des idiomes?


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 2 Sep - 09:06 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Archet de Jeanne


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2014
Messages: 147

MessagePosté le: Ven 4 Sep - 08:32 (2015)    Sujet du message: La source Répondre en citant

Le texte se trouve à l'adresse http://www.sendspace.com/file/jgdt9e


A Shamus: je présume de l'accord de son auteur, étant donné qu'à partir du prochain numéro, le Courrier de Rome sera disponible gratuitement sur son site: courrierderome.org


Revenir en haut
DYSMAS 2015


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2015
Messages: 475
Localisation: france

MessagePosté le: Sam 5 Sep - 23:18 (2015)    Sujet du message: Peut-on parler de sainte Eglise conciliaire? Répondre en citant

Archet,


En fait, l'abbé Gleize réagit à Mgr Tissier dans le Sel de la Terre N° 85.


En conclusion, Mgr Tissier a été ambigu: si tout le reste ou presque est en accord avec Mgr Lefebvre, conclure que l'église conciliaire est une "secte dans l'Eglise" n'est pas exact!


En effet, si l'église conciliaire n'est qu'une secte, il faudrait en conclure que papes et évêques sont chefs de cette secte!
Donc ce mot est absolument inadéquat pour deux raisons au moins:
- j'ai donné la première, savoir que réduire papes et évêques "catholiques de droit" à des chefs d'une secte n'est pas conforme à leur état juridique, qui reste être les chefs désignés de l'Eglise, ce que j'appelle juridiction subjective dans les sujets de juridiction de l'Eglise,
- le seconde est qu'une secte est plus ou moins occulte dans sa cause finale: elle cache son but!


L'abbé Gleize a alors trop beau jeu de répondre que l'église conciliaire ne peut être une secte, car selon lui elle serait "occulte", et non notoire!


En réalité l'église conciliaire est notoirement schismatique et hérétique, mais pour l'abbé Gleize l'Eglise ne condamne que ce qui est occulte, et non notoire!
Toujours selon lui, du moment que l'église conciliaire ne condamne pas ce qu'il y a d'occulte en elle, elle est l'Eglise malade de ne pas condamner ce qui doit l'être, la secte qui l'occupe. Mais en aucun cas l'église conciliare ne serait la secte occulte qui l'occupe; CQFD d'après lui!


L'abbé Gleize perd et fait perdre le simple bon sens:


- Dès le paragraphe 6 que vous citez en 1, il exclue d'un revers de main le cas où  celui qui fait partie de l'Eglise n'agit pas selon l'opération propre de l'Eglise! Or c'est la cas des papes partis hors de l'Eglise pour agir selon l'opération propre de l'église conciliaire!


- dès le paragraphe 7 que vous citez en 2, il fait du négationisme historique! Il se place délibérément à l'époque de St Pie X, avant le Concile et sa production, l'église conciliaire! L'Eglise aurait condamné à l'époque seulement le caractère "occulte" du modernisme. Il se fiche du monde! St Pie x a rendu NOTOIRE ce caractère occulte, et ensuite a permis aux catholiques de reconnaître le modernisme même soi-disant occulte selon l'abbé Gleize. 


Mais ce cher abbé perd complètement les pédales quand il confond occulte et non condamné par les papes conciliaires!


Pour lui, du moment que le modernisme dans l'église conciliaire n'est pas condamné par l'église conciliaire, qui serait l'Eglise selon lui, alors ce modernisme est "occulte" et pas "notoire"!


Toujours selon lui, quand "l'église conciliaire qui est l'Eglise" condamnera le modernisme dans l'église conciliaire, alors et seulement alors on pourra dire que "l'église conciliaire qui est l'Eglise" a été gouvernée par une secte "occulte" dans l'Eglise, mais que l'Eglise condamne "notoirement"....


En espérant que vous avez compris le tour de passe-passe!


En fait l'abbé Gleize pour démontrer que l'église conciliaire n'existe pas, est une vue de l'imagination, commence par poser que personne ayant juridiction dans l'Eglise ne peut agir hors ou contre l'Eglise. Plus exactement il évacue la possibilité pour un hiérarque de l'Eglise d'agir contre Elle!


L'abbé Gleize est-il encore sur terre? Connait-il seulement encore l'histoire humaine de l'Eglise? 


Quant au paragraphe 8, l'abbé Gleize le détruit lui-même en concluant faussement: "Tant que cette profession demeure occulte, elle ne s'accomplit pas dans l'indépendance complète de l'Eglise catholique, pas plus que le cancer ne subsiste en dehors de l'organisme". 


Or la profession de foi conciiaire n'est plus occulte mais notoire! 
Evidemment, notoire ici n'a pas le sens de l'abbé Gleize!
Notoire ici a le sens catholique, pas conciliaire, ou gleizien, à savoir que seuls seraient notoires ce que l'église conciliaire condamne: non, le modernisme conciliaire est notoire selon la notoriété catholique!


D'où il suit que l'église conciliaire est bien une autre église, qui empêche d'ailleurs la "notoriété" du modernisme de cette église, du moins à ceux qui veulent rester aveugles et sourds à tout ce que l'Eglise a dévoilé comme notoire de ce qui était occulte!


L'abbé Gleize finira-t-il dans l'occultisme, l'agnosticisme, l'ésotérisme?


Kyrie eleison,
Ipsa conteret,
prions pour lui et les prêtres embobinés par son charabia pseudo-thomiste!
_________________
onlr de Mgr Lefebvre


Revenir en haut
DYSMAS 2015


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2015
Messages: 475
Localisation: france

MessagePosté le: Sam 5 Sep - 23:29 (2015)    Sujet du message: Peut-on parler de sainte Eglise conciliaire? Répondre en citant

Quant au cancer dans l'Eglise, il ne rend pas compte du mal exact qu'est l'église conciliaire. Même le mot Sida utilisé par Mgr Lefebvre ne rend pas compte de toute la réalité.
Alzheimer est plus approprié:
- c'est la tête,
- l'oubli total de la Tradition,
- la folie de comportement défiant la droite raison.


D'où il suit que l'Eglise est malmenée par sa tête d'une part, mais aussi par soumission à un appareil extérieur à l'Eglise, qui est cette église conciliaire constituée juridiquement par le codex 1983, espèce de puce logicielle implantée dans le cerveau de l'Eglise pour la détruire.....


Opération survie? Ne pas se mettre sous juridiction de cette puce et de l'appareil qu'elle commande!  
_________________
onlr de Mgr Lefebvre


Revenir en haut
DYSMAS 2015


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2015
Messages: 475
Localisation: france

MessagePosté le: Sam 5 Sep - 23:44 (2015)    Sujet du message: Peut-on parler de sainte Eglise conciliaire? Répondre en citant

Addendum:
Mgr Tissier devrait conclure avec Mgr Lefebvre que papes et évêques conciliaires sont des papes et évêques de l'Eglise, abusant de leur pouvoir de juridiction dans l'Eglise pour lui imposer une autre "église" HORS de l'Eglise, indépendante de l'Eglise comme le dit l'abbé Gleize, mais comme en chapeau, au-dessus de l'Eglise, en lieu et place de NSJC!


L'église conciliaire est une église "invisible" (imaginée spirituellement mais juridiquement instituée) érigée par des papes et évêques au-dessus d'eux, éclipsant NSJC vraie tête de l'Eglise.


(Il y aura une éclipse à Rome...).
_________________
onlr de Mgr Lefebvre


Revenir en haut
DYSMAS 2015


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2015
Messages: 475
Localisation: france

MessagePosté le: Dim 6 Sep - 00:01 (2015)    Sujet du message: Peut-on parler de sainte Eglise conciliaire? Répondre en citant

Correction: l'église conciliaire est une église non pas invisible, mais ayant l'apparence de l'Eglise, pas la substance. Une contre-façon disait Mgr Lefebvre. Mgr Gaume dirait: "Enlevez-lui son masque, elle vous dira: je ne suis ni Jean XXIII, ni Paul VI, Ni Jean Paul II et les autres. Ces papes sont mes oeuvres, ils ne sont pas moi. Je suis contre toute église qui n'est pas de main d'hommes. Je suis l'Eglise renversée, c'est pourquoi on m'appelle Révolution religieuse...".
_________________
onlr de Mgr Lefebvre


Revenir en haut
gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2015
Messages: 270

MessagePosté le: Mer 6 Jan - 01:59 (2016)    Sujet du message: Peut-on parler de sainte Eglise conciliaire? Répondre en citant

Son argument majeur :
"Celui qui agit selon l'opération propre de l'Eglise ne peut pas faire partie d'une société dont l'opération est opposée à cette opération propre de l'Eglise."

est semblable à celui-ci j'ai vu sous une plume très ouverte au sédévacantiste :
"un pape de la Sainte Eglise ne pourrait à la fois diriger l’Eglise catholique et l’anti-Eglise anticatholique"
(il s'agit du Père Avril en 2011, mais je suis sûr d'avoir vu un autre commentaire sédévacantiste qui ressemblait encore plus à ce qu'écrit l'abbé Gleize)

Tout le monde se souvient que les ralliés et les sédévacantistes raisonnent de la même manière...


Nota : c'est normalement connu dans notre milieu, mais, au cas où ça surprendrais, explicitons cette symétrie de principe entre ralliés et sédévacantistes. C'est léger comme argument par rapport à tout ce qu'il faudrait considérer, ça peut même paraître puéril, mais c'est certainement un argument ad hominem valable envers les deux mouvances, et ça peut quelquefois permettre de se discerner soi-même. Pour les ralliés : puisque l'apocalypse n'est pas là et que l'Eglise est encore bien debout, on obéit, on se laisse gouverner, on critique les nouveautés de Vatican II et on verra bien. Et raisonnement inverse pour la tendance sédévacantiste : l'Eglise n'existe que si elle empêche l'apocalypse, or les hommes d'Eglise nous conduisent à l'apocalypse, donc il n'y a plus de hiérarchie.
Le procédé est le même dans les deux cas, au lieu de discerner dans le Concile ce glissement doctrinal auquel sont exposés les catholiques qui sous-estiment l'action de Dieu dans l'histoire, on l'identifie tout de suite à ses pires conséquences envisageables (religion mondialiste, soumission à la Synagogue, disparition de la papauté, avènement de l'Antéchrist, invalidité des sacrements, ...) ; on veut trop vite globaliser les raisonnements, on se trouve pris à son propre piège, et alors on se met à tout nier, soit dans un sens, soit dans l'autre. Désolé pour cette redite de la "ligne de crête", mais j'aime bien cette thématique : il faut voir ces risques apocalyptiques (avertissements de La Salette), mais il faut encore s'en assurer avant de pouvoir affirmer leur réalisation.


Dernière édition par gillou47 le Mer 6 Jan - 23:30 (2016); édité 3 fois
Revenir en haut
DYSMAS 2015


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2015
Messages: 475
Localisation: france

MessagePosté le: Mer 6 Jan - 08:09 (2016)    Sujet du message: Peut-on parler de sainte Eglise conciliaire? Répondre en citant

Que les choses sont claires avec les bonnes citations de Mgr Lefebvre, et du père Calmel:


1- "l'appareil des modernistes est le pandemonium de l'antéchrist" (père Calmel, les Mystères du Royaume de la Grâce", années 1970) , à l'origine probable de la déclaration de 1974 de Mgr Lefebvre.
Donc l'église conciliaire est un "appareil", juridiction subjective d'hommes d'Eglise, recomposant une nouvelle "église", mais pas à Constantinople, Canterbury ou Augsbourg, mais sur le siège de Pierre lui-même, Rome. D'où aussi une confusion inégalée, celle des deux "Romes" en une seule. Mgr Lefebvre l'a fort bien vue et dénoncée dès novembre 1974, non encore "canonisée". Ici, le schéma du Père Pierre-Marie d'une église SAS entre l'Eglise et la Contre-Eglise fait une "impasse": celle d'une "papauté conciliaire" qui a éliminé "de jure" purement et simplement la papauté selon NSJC. 


Dans la "Rome de toujours" le pape peut exercer la papauté selon NSJC, il lui suffit d'en accepter la croix d'au moins la profession de foi de la Tradition, au seul for externe. Il le peut, signifie qu'il se considère comme vicaire du Christ seul, et non vicaire d'un concile d'hommes révoltés...      


Dans la Rome conciliaire, disons-le maçonnique, le pape est à la fois pape de l'Eglise, mais parti dans une "Rome" révolutionnaire, dont la constitution est une monarchie parlementaire, n'en déplaise à l'abbé Gainche qui tous les 2 février fait un sermon sur la monarchie de droit divin de l'église conciliaire... C'est radio-Nostalgie... Hélas pour lui comme pour tous les catholiques, tant que les papes sont "partis" dans cette "église-là", jamais ils ne pourront revendiquer leur pouvoir de juridiction suprême ... sans mettre au pilon le codex 1983!                         


2- "Ils ont quitté l'Eglise". Mgr Lefebvre parle ici non des fidèles, mais des clercs, évêques et papes! Il distingue d'une part les hommes, personnes physiques, "ils", de l'Eglise, personne morale. Comme personnes physiques, "ils" restent les sujets de juridiction de l'Eglise. D'où le concept de juridiction subjective, sans péjoration, mais faillibles hors de l'âme de l'Eglise, sans assistance du St-Esprit. "Ils" restent également dans le corps de l'Eglise, comme sujets de juridiction subjective, tant qu'une juridiction supérieure ne les en a pas "chassés", ou du moins "repris".... 


Toutefois, "ils" ne sont pas une secte, ni ne forment une secte! "Ils" comme sujets de juridiction subjective, ont concocté un "appareil" qui s'appelle "église conciliaire", et qui tue l'Eglise. Par église conciliaire il faut donc bien entendre cet "appareil" juridique , canonisé en 1983 par un nouveau codex canonique, appareil de droit supérieur à la papauté catholique elle-même. d'où:


3- "Ce code est pire que le nouvel ordo...". Mgr Lefebvre 1983. Même Mgr Fellay l'a encore reconnu en mai 2011, LAB N° 78. Mais soit il ment, soit il est en retard d'une apocalypse lorsqu'il commence par "Nous nous approchons d'une église", etc...  Cette "église" a pour tête la Rome refusée par Mgr Lefebvre dès le 21 Novembre 1974!  9 ans plus tard, cette "tête" a pondu un "corps" constitué , canonisé par un pape. 


Ici, l'abbé Gleize a tout faux dès sa prémisse 1: le pape de l'Eglise n'a pas agi selon l'opération propre de l'Eglise, mais a agi selon l'opération propre de l'église conciliaire, dans laquelle il se situe. L'abbé Gleize est en lévitation, pas Mgr Lefebvre, pour qui les papes conciliaires sont des papes de l'Eglise, mais  partis dans une autre: "ils" font encore partie du corps de l'Eglise et même de sa tête, mais appartiennent aussi à l'autre église, la maçonnique, du moins à son âme propre.


Pour Mgr Lefebvre, rien d'occulte ici, tout est au for externe: c'est au seul for externe que la Tradition, qui est l'expression publique et canonique de l'âme de l'Eglise (l'abbé Coache canoniste écrit: le codex 1917 est NSJC au for externe!), condamne papes et évêques conciliaires dans leur "dhimmitude" à l'âme de la Rome conciliaire.


Pour y "voir clair" comme dirait Dominicus dans ce combat pour le Christ-Roi, qui ne se réduit pas au combat de paix liturgique (la seule messe!), il faut absolument distinguer avec Mgr Lefebvre:
- les conciliaires: du pape au simple fidèle, ils ne sont que la cause matérielle de l'église conciliaire, mais ils ne sont pas "elle", car toute "église" a une âme propre qui n'est pas la somme des âmes de ses membres. 
- le for interne: seul Dieu le connaît, et hors Lui personne n'a le droit de le juger. L'abbé Simoulin perd sa salive, son encre, son temps, et espérons pas son âme...
- le for externe: c'est au seul for externe que toute la Tradition de la papauté infaillible de St Pierre à Pie XII condamne l'église conciliaire, particulièrement sa "tête" comme la "Rome" refusée par Mgr Lefebvre et de Castro-Mayer.
- l'âme (for interne) de toute société (personne morale) s'exprime au for externe par sa juridiction objective, doctrine enseignée et canons de droit.


Ici, la juridiction subjective de l'Eglise (= papes et évêques comme personnes physiques en continuité de juridiction ordinaire dans l'Eglise telle qu'instituée par NSJC), exprime une juridiction objective (doctrine et canons de droit, y compris liturgie et sacrements) en rupture totale avec la juridiction objective au for externe qu'est la Tradition apostolique. 


Dans le schéma du Père Pierre-Marie d'Avrillé ne figure aucune "tête", seulement un "sandwisch" à 3 couches: Eglise-église conciliaire- Contre-Eglise.


C'est faire l'impasse sur les "têtes" qui gouvernent les sociétés, alors que même les FM "copient" la pyramide qu'est l'Eglise. 


Mgr Lefebvre a d'abord vu une "tête" sortir de "Rome"... 
Cette tête a formé un corps, chose naturelle car toute société se forme à partir d'une tête..., comme tout homme naît normalement la tête la première...d'abord.


Cela n'est pas contradictoire avec St Bède le Vénérable!
La Contre-Eglise nait les pieds devant, mais a besoin d'au moins deux têtes!
L'une, c'est la "tête temporelle", politique, un César ou un tsar, un NOM nouvel ordo mundi, ab chaos... ou ad chaos... L'homme est social.


Mais l'homme est aussi religieux, et comme le disait le cardinal Pie: "La question sociale est une question de culte!".
Donc le "César" a besoin de "prêtres", voire de "papes"!
Avec la Rome conciliaire, que peut-il désirer de mieux?
_________________
onlr de Mgr Lefebvre


Revenir en haut
Maunoir


Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2014
Messages: 427
Localisation: France

MessagePosté le: Mer 6 Jan - 14:08 (2016)    Sujet du message: Peut-on parler de sainte Eglise conciliaire? Répondre en citant

Bravo pour la percutante analyse d archet . Nous aimerions lire plus souvent ce type d intervention intelligente et qui vise juste. 

Revenir en haut
Dies Iræ


Hors ligne

Inscrit le: 14 Déc 2013
Messages: 109

MessagePosté le: Mer 6 Jan - 23:11 (2016)    Sujet du message: Peut-on parler de sainte Eglise conciliaire? Répondre en citant

En complément à cet excellent échange je cherche à savoir si l'on peut comparer le "conciliarisme" au "talmudisme".


Le Saint-Esprit est l'auteur de l'Ancien Testament et le Talmud recouvre celui-ci d'un fatras d'immondices qui empêchent les adeptes de la religion talmudiste (dont saint Jean dit qu'ils ne sont pas juifs — apocalypse III verset 9) de pouvoir tirer bénéfice de la révélation ancienne. Ne pourrait-on pas dire que Vatican 2 (et ses suites, dont le nouveau code) recouvre le Nouveau Testament (du même Auteur) et la Tradition (du même Auteur également) d'un fatras d'immondices (le cloaque de toutes les hérésies) de manière à ce qu'à terme les âmes ne puissent plus accéder aux bénéfices de la révélation (entière), à savoir la grâce, et qu'ainsi elles puissent devenir esclaves de ces messieurs (les talmudistes bien entendu).


Puisque cette stratégie a permis au Sanhédrin, dans une première phase, de manipuler les adeptes du talmudisme au point de pouvoir en faire absolument ce qu'ils veulent, ils la reproduisent pour piéger les catholiques.


Qu'en pensez-vous?
_________________
justitia Dei est ab æterno, Sum. Theol. 2a-2ae, qu. 58, art.2


Revenir en haut
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2014
Messages: 319
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Jeu 7 Jan - 12:53 (2016)    Sujet du message: Peut-on parler de sainte Eglise conciliaire? Répondre en citant

Merci à Archet pour son travail de décortication de l'abbé Gleize, travail patient contrairement à celui un peu trop à l'emporte-pièce de Dysmas!


Toutefois:


- je connais nombre de charismatiques qui répondront: "Oui, l'église conciliaire est vraiment sainte! Car grâce au Christ qui révèle l'homme à lui-même, nous sommes tous saints!". 


Que répondre à celà, sinon que le Christ révèle à tout homme qu'il est d'abord pécheur, et que les saints "du passé" se sont eux-mêmes considérés comme pécheurs et non saints? 


Alors vient la réponse: "ça c'est le passé. Aujourd'hui, même le pape nous dit: tout homme est saint, même "inconsciemment"!


Fin du dialogue....


- reste un autre argument: l'Eglise est Une "avant" d'être Sainte. "avant" ici est au sens littéral de notre Credo, sachant que les quatre notes de visibilité l'Eglise sont simultanées: on ne sépare pas la sainteté de Dieu de son essence. 


Ne suffit-il donc pas de dire que l'église conciliaire ne peut être l'Eglise parce qu'elle est d'abord divisée, et non Une?


J'avoue mon "incompréhension radicale" vis-à-vis de tous ceux qui voudraient ne voir dans l'église conciliaire qu'une "réunion" de bonnes intentions de ses membres dans l'erreur, excusable a priori, alors qu'elle a une tête qui est la même que celle de la Contre-Eglise.


Autant excellent est l'article du Père Pierre-Marie sur Roberto de Mattei (Sel de la Terre N°94 page 187), autant je trouve le schéma d'une "église SAS" entre l'Eglise et la Contre-Eglise totalement inadapté à la réalité..., ni même aux distinctions catholiques classiques!


Entre les deux, il n'y a aucun SAS ou no-mans land d'une quelconque neutralité... suisse!
_________________
credidimus veritati


Revenir en haut
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2014
Messages: 319
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Jeu 7 Jan - 13:10 (2016)    Sujet du message: Peut-on parler de sainte Eglise conciliaire? Répondre en citant

article d'autant plus excellent que page 193 (Sel de la Terre N°94) est cité un excellent.... abbé Gleize de 2008!
_________________
credidimus veritati


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:40 (2016)    Sujet du message: Peut-on parler de sainte Eglise conciliaire?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com