Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Krah ... dans toute son immoralité

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Maunoir


Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2014
Messages: 427
Localisation: France

MessagePosté le: Mar 20 Oct - 19:43 (2015)    Sujet du message: Krah ... dans toute son immoralité Répondre en citant

Krah tient les cordons de la bourse de la FSSPX. Cette charge relève, en principe, de personnes ayant toutes les garanties de moralité catholique ...
Lisez maintenant ce qu'il dit dans un journal allemand au sujet des tenues vestimentaires et vous comprendrez pourquoi il y a vraiment une crise dans la FSSPX.

En un mot, c'est écœurant.

http://thecathwalk.net/

 
Citation:
Krah et la mode    

 
1.       « Les longues jupes sont immorales parce que haïssables. »  Pourquoi ?  
De nombreux adeptes de cette mode ne se rendent pas compte du caractère repoussant qu’ils confèrent à la religion catholique.  Dans la doctrine catholique, le bien et le beau sont associés, comme l’esthétique, le style et le goût qui sont doués de valeurs positives.  L’inverse est haïssable ; une morale qui appelle un vêtement haïssable est immorale.
 
2.       (…) Les questions pastorales et de goût deviennent dogmatiques (…)  Tout homme s'interrogeant trop sur le vêtement féminin devrait s'en confesser et se chercher une petite amie...
 
3.       (…) Benoît XVI  a déclaré que la religion était raisonnable.  Je dirais même que l’esthétique s’y ajoute.  L’esthétique s’oppose à la vulgarité. (… )  Il est facile de réfuter tous les arguments théologiques en faveur d’un code du vêtement.
 
4.       Les défenseurs d’un moralisme étroit s’appuient toujours sur le droit ecclésial.  Qu’en pensez-vous ?
 
D’après ce droit, la couverture de la tête n’existe même plus depuis les années 50.  A bon droit parce que le christianisme n’est pas une religion de lois, mais d’amour, de raison, de beauté.  Ne perdons pas notre temps avec des coupeurs de cheveux en quatre.
 
5.       (… ) Quiconque se singularise par des questions d’habillement ne fait plus partie de l’Eglise mais d’une secte.  Laissons tomber ces gens.  Si l’homme ne peut considérer sereinement la beauté, qui comporte un certain sex-appeal, qu’il se remette en question parce qu’immature.
 





 
 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 20 Oct - 19:43 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
lys


Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 102

MessagePosté le: Mar 20 Oct - 22:05 (2015)    Sujet du message: Krah ... dans toute son immoralité Répondre en citant

lien direct à l'article :
http://thecathwalk.net/2015/10/08/von-mode-und-moral/


Revenir en haut
Archet de Jeanne


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2014
Messages: 147

MessagePosté le: Mer 21 Oct - 07:59 (2015)    Sujet du message: Krah ... dans toute son immoralité Répondre en citant

Si un germanophone pouvait traduire, car le texte produit par Google est encore plus germanique que l'original... Merci d'avance car je veux Krah sympathisé quand jamais possiblement atteindre.


On apprend quand même que Krah a pour modèle H. Kissinger et son réalisme politique...


Revenir en haut
Catharina T.O.P.


Hors ligne

Inscrit le: 29 Oct 2014
Messages: 262
Localisation: République Tchèque

MessagePosté le: Mer 21 Oct - 10:47 (2015)    Sujet du message: La réponse des Frères Dominicains d'Avrillé Répondre en citant

Les Frères Dominicains d'Avrillé

Règles intemporelles au sujet de la tenue

L'illustration de la mode contemporaine
Source : Internet


Le lien direct pour télécharger l'article : ici (PDF)

Saint Paul veut que les femmes autant que les hommes soient revêtus d’habits bienséants, se parant avec pudeur et sobriété. (l Tm. 2, 9-10)

Saint Augustin : Ne cherchez pas à plaire par vos habits mais par vos mœurs.

Saint Thomas d’Aquin : La modestie dans la mise veut qu’on se contente du nécessaire et qu’on ne s’attache point à la recherche et à l’extraordinaire. Point de vanité, de luxe, ni de recherche dans les habits ; qu’on sache bien qu’ils sont plutôt un signe d’ignominie qu’une marque d’honneur.

Aux ornements du corps, préférons ceux de l’âme. (Traité de l’éducation des princes, livre 5, ch. 17)

Notre Dame de Fatima à Jacinthe en 1917 : L’Église n’a pas de modes ; Notre-Seigneur ne change pas. Les péchés qui conduisent le plus d’âmes en enfer sont les péchés de la chair. Viendront des modes qui offenseront beaucoup Notre-Seigneur.

Que demande l’Église ?
Des règles qui ne pourront jamais changer, même aujourd’hui, et qui sont la dernière limite qu’elle peut concéder, que l’on soit dans la rue, à la maison ou dans une église...

On ne peut pas considérer comme étant décent :

1 – Un vêtement dont le décolleté dépasse la largeur de deux doigts au-dessous de la naissance du cou.
2 – Un vêtement dont les manches ne descendent pas au moins jusqu’au coude.
3 – Un vêtement qui descende à peine au-dessous des genoux.

Directives du Saint-Siège (Lettre du 23 août 1928)

Illustration contemporaine :
Le Padre Pio se mettait en colère quand il voyait des femmes en tenues indécentes. Si cela arrivait dans l’église, il les faisait mettre dehors immédiatement.

Il exigeait que tous, tant les hommes que les femmes, se couvrent les bras à l’église, avec des manches longues, et que les messieurs et jeunes gens portent des pantalons. (Karl Wagner, Padre Pio, 1999, p. 14)

Le Padre Pio avait les minijupes en horreur. Il exigeait que la jupe de ses pénitentes descende jusqu’à 20 cm en dessous des genoux, sinon il ne les confessait pas. En mai 1966, il refusa de recevoir une princesse célèbre qui ne voulait pas appliquer ces règles vestimentaires.

Un jour, une dame de Florence, portait la minijupe chez elle, à la maison, mais avait mis une jupe longue pour se rendre à San Giovanni et se confesser au Padre Pio. Celui-ci la chassa immédiatement en lui disant : « Est-ce que les étoffes sont trop chères pour que vous ne puissiez pas vous habiller comme il faut ? » La dame, étonnée, lui répondit : « Mais, mon Père, ma jupe dépasse les genoux ! » « En effet, » dit le Padre Pio, « mais vous trichez : chez vous, à la maison, vous portez la minijupe et ici vous vous donnez des airs de femmes décentes. Allez-vous en et revenez quand vous aurez allongé vos jupes ! » (Fr Ami Décorte F. C., Padre Pio, Bierbeek, 1976, p. 138.)

En résumé, sont à bannir : les vêtements moulants, transparents, fendus au-dessus des genoux, et tous ceux qui ne tiennent pas compte des exigences citées plus haut.

Au sujet du voile
D’après l’enseignement des Apôtres, de saint Paul (I Cor. 2, 10-16) et de la Tradition, les femmes doivent avoir la tête couverte avant d’entrer dans une église. (Code de Droit canon, 1262, §2)

Saint Charles Borromée : Que les femmes, quels que soient leur état, leur rang et leur condition, sous peine de se voir interdire l’entrée de l’église, y viennent la tête voilée ... L’étoffe, dont elles doivent se voiler la tête à l’église, ne doit pas être légère mais épaisse, il faut qu’elle cache entièrement les cheveux ...

Saint Paul : La femme doit, à cause des anges, avoir sur la tête un signe de sujétion … Si quelqu’un se plaît à contester, nous n’avons pas cette habitude, non plus que les Églises de Dieu. (I Cor. 11, 10-16)

Illustration : Saint Vincent Ferrier o.p. († 1419) fit de nombreux miracles à Gênes, mais rapporte le Génois Taccheti : il y opéra le plus grand prodige qu’il ait peut-être jamais eu, ce fut de déraciner pour toujours l’abus régnant parmi les femmes d’aller à l’église la tête découverte.

Tertullien veut, que par le voile, la femme : revête une armure de pudeur, creuse autour d’elle un fossé de retenue, s’enferme derrière un mur qui ne laisse passer ni ses regards ni ceux des autres...

Au sujet des pantalons
Il est écrit dans la Sainte Écriture que la femme ne doit pas porter d’habit d’homme (Deutéronome 22, 5), a fortiori dans le Lieu saint.

Le cardinal Siri, archevêque de Gênes, adressait à tout son diocèse et à son clergé un grave avertissement, le 12 juin 1960 :

L’aspect moral de cet usage (le pantalon) ne peut que Nous inquiéter (…). Deux choses sont nécessaires à la modestie d’un vêtement : qu’il couvre le corps et qu’il en dissimule les formes. Un pantalon couvre le corps de façon moins insuffisante que la plupart des jupes de notre époque c’est un fait certain, mais qui ne suffit pas à l’innocenter.
Car, par nature, le pantalon moule le corps, bien plus que ne le fait une jupe. Le port du pantalon par une femme est donc immodeste en raison de son étroitesse (...) sans pour autant l’exagérer ni le considérer comme l’aspect le plus grave.

En effet, c’est un autre aspect du port du pantalon par les femmes qui Nous semble le plus grave. En voici trois éléments :

I – L’habit masculin employé par une femme altère la mentalité féminine, (...) la tenue vestimentaire a une très forte influence sur le comportement et sur l’état d’esprit, le changement du vêtement modifiera gestes et attitudes, la mentalité intérieure s’alignera sur la tenue extérieure (…).
2 – Il tend à vicier les rapports entre hommes et femmes.
3 – Une tenue masculine porte atteinte à la dignité d’une mère aux yeux de ses enfants. (…) L’enfant ignore la définition de l’attentat à la pudeur, de la frivolité ou de l’infidélité ; mais il possède un sixième sens instinctif qui lui fait deviner toutes ces choses, qui l’en fait souffrir et qui laisse son âme profondément blessée (…).

Force est de constater qu’à long terme le port du pantalon par les femmes dégrade l’ordre humain. (…) Il existe des limites qu’on peut se croire autorisé à franchir, mais on y trouvera la mort. (…)
Le résultat des violations de la loi naturelle n’est pas un nouvel équilibre humain, mais bien le désordre, l’instabilité si nocive, l’effrayante stérilité des âmes, et l’accroissement ahurissant du nombre d’épaves humaines exclues de toute vie sociale et sombrant dans le dégoût, la tristesse, l’abandon.

Avis divers :
Pieux rappel, qui fut la règle de vingt siècles de christianisme, et l’expression du bon sens élémentaire :
Il est souhaitable que les hommes et les femmes, dans les églises, soient groupés séparément, selon l’ancienne discipline. (Code de Droit canon 1262, §I)

Les agenouilloirs ne doivent servir que pour les genoux, comme leur nom l’indique.

Il n’est pas très convenable de mettre ou d’enlever des vêtements dans une église, on doit le faire discrètement avant d’entrer, s’il fait chaud apprendre aux enfants à supporter. A l’autel, le prêtre et ceux qui sont au chœur, ont plus chaud sous les ornements.

_________________
+Christus vincit!+Christus regnat!+Christus imperat!+


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Suzanne


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2014
Messages: 152
Localisation: Brisbane, Australie

MessagePosté le: Mer 21 Oct - 22:17 (2015)    Sujet du message: Krah ... dans toute son immoralité Répondre en citant

Oui Catarina! Et si Mr Krah prefere lire en Anglais, il peut se referer a ce texte tres interessant: 

http://www.dominicansavrille.us/those-who-serve-god-should-not-follow-the-f…
_________________
Viva Cristo Rey!


Revenir en haut
Maunoir


Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2014
Messages: 427
Localisation: France

MessagePosté le: Jeu 22 Oct - 08:40 (2015)    Sujet du message: Krah ... dans toute son immoralité Répondre en citant

Pour ces messieurs Krah, Ennemond, Wuilloud ( cf son édito sur les vêtements dans le bulletin Suisse "Le Rocher ") et bien d'autres personnalités de la " tradition", le Padre Pio doit sûrement être affilié à une secte et ne fait pas partie de leur église , au vu de sa terrible sévérité  sur les minijupes . 
Quelle chute ! 


Dernière édition par Maunoir le Jeu 22 Oct - 15:19 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
Muriel


Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2015
Messages: 18

MessagePosté le: Jeu 22 Oct - 12:06 (2015)    Sujet du message: Krah ... dans toute son immoralité Répondre en citant

Maunoir a écrit:
Pour ces messieurs Krah, Ennemond , Wuilloud ( cf son édito sur les vêtements dans le bulletin Suisse "le rocher ") et bien d'autres personnalités de la " tradition" , le Padre Pio doit sûrement être affilié à une secte et ne fait pas partie de leur église , au vu de sa terrible sévérité  sur les minijupes . 
Quelle chute ! 
C'était dans quel numéro du rocher svp?
Avez-vous le texte? je ne le trouve pas sur internet et je ne m'en souviens pas...


Revenir en haut
Maunoir


Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2014
Messages: 427
Localisation: France

MessagePosté le: Jeu 22 Oct - 13:15 (2015)    Sujet du message: Krah ... dans toute son immoralité Répondre en citant

Sur le site France Fidèle :
http://www.francefidele.org/ralliement-à-l-église-conciliaire-menzingen/cri…

J'ai surligné en rose (volontairement ) les passages douteux ou scandaleux de la part d'un pasteur..

 
Citation:

La modestie selon l'abbé Wuilloud



Voici une lettre aux fidèles d’un supérieur « majeur » de la fraternité de Mgr Fellay. Cette lettre parue dans le Rocher était précédée d’un mot de Mgr Fellay.  Nous pensons que la lecture de cette lettre pourra enfin ouvrir les yeux de ceux qui n’arrivent pas à voir la crise libérale qui secoue cette congrégation.




LETTRE CIRCULAIRE AUX FIDÈLES DE SUISSE 
(JUILLET 2014)
 
Bien chers fidèles,
II est de bon ton de commencer le mot de mai avec la mode printanière et sa fâcheuse tendance à défeuiller ! Et ensuite on peut commencer la litanie de blâmes sur les jupes trop courtes, les jeans bien délavés, les piercings si clinquants, les tatouages indiscrets : tous ces artifices qui manifestent que le monde n'est pas très loin... Il ne manque plus que les écouteurs dans les oreilles, mais j'espère ne pas donner par-là de mau­vaises idées !

Doit-on vraiment se plaindre de telles manifestations qui ne convien­nent guère à la Présence réelle du Sei­gneur ? Ne devrait-on pas ajouter des pancartes d'interdictions à l'entrée des chapelles ou mieux, ressusciter le bedeau habillé en Suisse avec toute puissance sur les droits d'entrée ?
Prenons garde de ne pas juger selon les apparences ! Certes l'ha­billement et les postiches reflètent les valeurs recelées dans les âmes... et c'est souvent bien piteux ! Aussi ce n'est certainement pas mon propos que de chercher à justifier une telle absence de goût, de civilité, de noblesse. Il ne faut pas perdre de vue l'idéal auquel nous devons tendre pour nous-mêmes, et essayer de faire tendre le prochain. Cet idéal est celui de la vraie modestie chrétienne. Nous savons aussi que le démon est habile, et la révolution qu'il inspire s'attaque à tous les domaines de l'ordre natu­rel ; ce que nous considérons trop souvent comme des détails ne le sont pas à ses yeux. Mais on sent bien que l'on pourrait redonner vie à un certain pharisianisme, dont le Christ a maudit le sectarisme. Nous avons des préoccupations plus pressantes. Il y a d'abord un essentiel à obtenir et le reste nous sera donné de surcroît, et si l'on est obnubilé par certains écarts, on passera à côté du principal du message du Christ !
Pour ces pauvretés bien pitoyables, ne doit-on pas plutôt avoir un regard de sagesse qui sait démêler les tristes misères humaines avec ce qui reste de bonnes tendances, de bonnes volontés, de désirs sincères, quand bien même ceux-ci sont souvent ternis par la confusion qui les en­toure ? Ne vaut-il pas mieux préférer l'espérance au découragement, et tenter de découvrir charitablement d'autres manières de faire plutôt que de condamner sans appel ?...
Est-ce faiblesse, abandon, dé­faillance ? Une manière de fuir le front du combat et d'éviter de prendre des coups ? Il est vrai qu'il faut se méfier de cette fausse pru­dence bien humaine qui ne sait que mettre du beurre partout plutôt que d'oser dire la vérité. Mais il m'est un souvenir qui m'a bien marqué, c'était encore au temps du séminaire et nous visitions la merveilleuse ca­thédrale de Troyes en Champagne. Nous imaginions la Pucelle d'Orléans ouvrant le passage à son roi après le siège de la ville. Et voilà que depuis une travée nous avons vu passer une femme passablement délurée, du style de celles qui se font belles pour la rue. Celle-ci alla devant une Madone et la regarda longtemps, avec supplication ! Personne d'entre nous n'aurait osé interrompre la prière silencieuse, sous prétexte que ses frin­gues ne convenaient pas au lieu sacré. L'Evangile raconte combien le Juif Simon qui accueillit le Seigneur fut outré que Jésus se laissât toucher par Marie-Madeleine et... l'on connaît la réponse. Il est vrai que dans une société imprégnée d'esprit chrétien, on devrait montrer plus de fermeté mais notre époque laisse flotter tant et tant de folies dans les airs qu'il est bien difficile de ne subir aucune contamination.
Nous avons aussi une belle réponse de saint Augustin qui, dans un ser­mon, donne l'esprit qui doit nous guider dans ces questions difficiles et délicates : « Nous vous le disons donc, mes frères, priez autant que vous le pouvez. Les maux se multiplient et Dieu l'a voulu ainsi. Ah ! Ils ne se mul­tiplieraient pas autant, si les méchants n'étaient pas si nombreux ! Les temps sont mauvais, les temps sont difficiles, répète-t-on partout. Vivons bien et les temps seront bons, C'est nous qui faisons le temps ; il est tel que nous sommes.
Mais que faisons-nous ? Nous ne pouvons amener au bien la masse des hommes. Soyez bons, vous qui m'en­tendez en si petit nombre ; que le petit nombre des bons supporte le grand nombre des méchants. Ces bons sont le grain, le grain sur l'aire, ils peuvent sur l'aire être mêlés à la paille ; ce mélange n'aura point lieu sur le grenier. Qu'ils tolèrent ce qui leur déplaît, afin d'ar­river à ce qu'ils cherchent »
C'est une parole courageuse, et surtout cela inverse le problème. La solution, nous ne devons pas l'attendre des autres : « Qu'ils se convertissent et tout ira mieux ! » mais plutôt : « Je vais débuter la réforme par moi-même, et déjà le monde ira mieux ! » Ainsi nous n'avons plus besoin d'aller chercher les poux dans la tête du prochain, les nôtres nous occupent suffisamment.
 
Notre sainteté n'est point si grande qu'elle aveugle notre prochain, et là est le principal problème. On ai­merait tellement que le monde aille mieux, mais sans que cela dérange notre quotidien. Il faudrait que ce ne soient plus les apparences de notre prochain qui nous heurtent, mais bien nos manquements à l'amour de Dieu. Car de fait, nous avons eu des grâces extraordinaires de par la Tradition catholique, mais elles s'affichent bien peu sur nos faces de carême. On peut être autant sinon plus impatient, colérique, vicieux, bavard et gourmand que n'importe quel païen, et ce alors que nous pra­tiquons l'antique liturgie et gardons les grands principes moraux. C'est un drôle de mystère qui dépasse de beaucoup la longueur des jupes et des manches. Encore un souvenir, d'une protestante cette fois, qui nous disait : « Pas possible que Jésus soit dans l'hostie de manière réelle... vous ne seriez pas comme cela ! » Le sous-entendu était trop clair, il nous manquait la marque de la sainteté.
 
De par Dieu, il nous faut augmen­ter notre foi dans le fait que ce Dieu peut faire de ces pierres que nous sommes, de véritables enfants de Dieu, chantant et rayonnant parce que vivant de sa grâce ! Aussi pour le reste, vous me pardonnerez de ne pas me répandre sur les quelques abus qui peuvent entacher nos lieux de culte et de souhaiter que nous en premier les prêtres et puis vous les fidèles du Corps mystique de Jésus-Christ, nous devenions comme le recommande plusieurs fois saint Paul « un modèle pour tous ceux qui ont cru ».



Abbé Henry Wuilloud     
 
 



De la modestie selon les papes et les bons prêtres 

« Le déshabillé des modes actuelles constitue un déshonneur pour la femme, une tentation pour l’homme et offense le Seigneur. […] L’usage de certains vêtements a aujourd’hui pour fonction de déshabiller la femme et la jeune fille et de faire ressortir sa nudité. […]. C’est parce que ces femmes n’ont plus le sens de la pureté, se considèrent sans respect et acceptent leur profanation qu’elles se laissent entraîner par des modes honteuses. […] Qu’elles prennent conscience qu’elles sont sacrées et que le vêtement est chose sacrée, alors seulement elles cesseront de faire comme tout le monde. » (R.-Th. Calmel, O.P) « Une robe qui ne couvre pas les genoux de la personne en position assise est indécente et ne peut en aucune manière être permise. » (Bulletin Officiel du District de France  n° 181, mars 2004). « C’est par charité que Nous luttons contre le laminage du genre humain, contre l’écrasement produit par l’effacement des différences qui sont au fondement de l’équilibre de l’humanité. […] Quand on voit une femme en pantalon, ce n’est pas uniquement à telle personne qui s’habille de manière indigne qu’il faut penser, mais à l’humanité tout entière qui va vers un chaos qui sera atteint quand les femmes seront totalement assimilées aux hommes. Personne n’a intérêt à prêter la main à l’élaboration d’un avenir où régneront l’indéfini, l’ambigu, l’incomplet et, en définitive, le monstrueux. » (Le cardinal Siri, archevêque de Gênes, « Avertissement à propos du vêtement masculin porté par les femmes » à son diocèse et à son clergé, le 12 juin 1960) « Tant que certaines toilettes provocantes demeurent le triste privilège de femmes de réputation douteuse et comme le signe qui les fait reconnaître, on n’osera pas les adopter pour soi. Mais le jour où ces toilettes apparaissent portées par des personnes au-dessus de tout soupçon, on n’hésitera plus à suivre le courant, un courant qui entraînera peut-être aux pires chutes. » (Pie XII aux jeunes filles de l’Action catholique de Rome, 22 mai 1941) « La courtisane est un métier qui tend à disparaître, car la liberté qu’on accorde aux jeunes filles et, d’autre part, la mauvaise tenue des femmes du monde, lui font une terrible concurrence ! » (Sacha Guitry, Les Femmes et l’Amour, p. 42) « Dieu ne vous demande point de vivre en dehors de votre temps, de rester indifférentes aux exigences de la mode au point de vous rendre ridicules en vous habillant à l’encontre des goûts et des usages communs de vos contemporaines, sans vous préoccuper jamais de ce qui leur plaît. […] Dans l’attitude à observer à l’égard de la mode, la vertu tient le juste milieu. Ce que Dieu vous demande est de vous souvenir toujours que la mode n’est pas ni ne peut être la règle suprême de votre conduite, qu’au-dessus de la mode et de ses exigences, il y a des lois plus hautes et impérieuses, des principes supérieurs et immuables qui, en aucun cas, ne peuvent être sacrifiés au gré du plaisir, ou du caprice et devant lesquels l’idole de la mode doit savoir abaisser sa fugitive toute-puissance. Ces principes ont été proclamés par Dieu, par l’Eglise, par les saints et les saintes, par la raison et par la morale chrétienne. » (Pie XII, Aux jeunes filles de l’Action catholique de Rome. 22 mai 1941)








Revenir en haut
AVE-MARIA


Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2014
Messages: 118

MessagePosté le: Ven 23 Oct - 09:55 (2015)    Sujet du message: Krah ... dans toute son immoralité Répondre en citant

 Pauvre mr Krah qui manque de deniers et ne peut donc acheter assez de tissu pour couvrir sa femme!

Trêve de plaisanteries! Il est particulièrement étonnant de voir à quel point l'immoralité à besoin d'entraîner à sa suite! 

Je connais personnellement un prêtre de la frat qui refuse systématiquement la communion aux femmes vêtues trop "courtement"!


Quant à l'abbé Wuilloud!

 Après un tel sermon, on ne peut vraiment pas espérer de tenues descentes parmi les tradis!


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:08 (2016)    Sujet du message: Krah ... dans toute son immoralité

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com