Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Un prêtre de 82 ans persécuté pour refus du bi-ritualisme

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Martin


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2014
Messages: 15

MessagePosté le: Mer 28 Oct - 10:11 (2015)    Sujet du message: Un prêtre de 82 ans persécuté pour refus du bi-ritualisme Répondre en citant

 
Monsieur l’Abbé Hubert Fleury, curé de de l’église Saint-André de Marzy, dans la grande banlieue de Nevers, exerce son ministère depuis 1963 en y maintenant sans défaillance un culte et une doctrine catholiques, malgré l’opposition des évêques conciliaires successifs pour qui Marzy est un vrai cauchemar. Pensez donc : dans l’église Saint-André, la nouvelle messe n’a jamais été célébrée, et le curé y accueille volontiers les prêtres de la Fraternité Saint Pie X !

En temps normal, la sollicitude de l’épiscopat aurait pourtant des motifs plus sérieux d’inquiétude : cinquante ans après Vatican II, la Nièvre est devenue un désert spirituel, où ne subsistent que 27 prêtres et… plus aucun séminariste. Dans une Église en ordre, Nevers ne serait probablement plus depuis longtemps un diocèse, mais un pays de mission doté d’une administration apostolique.

C’est peut-être ce qui avait décidé Mgr Deniau, évêque de Nevers jusqu’en 2011, à gérer le “cas” Marzy avec une certaine diplomatie : le jour de ses 75 ans, l’Abbé Fleury était relevé de son titre et la paroisse placée sous l’autorité du curé de Fourchambault, mais ce dernier, proche de la revue Képhas, avait laissé en paix l’Abbé Fleury. Dans la foulée du motu proprio de Benoît XVI, l’évêque avait même décidé de le nommer “prêtre référent pour les fidèles attachés à la liturgie selon les livres liturgiques de 1962”, et de fixer sa résidence à… Marzy : au point que les offices étaient mentionnés tant sur le site internet du diocèse que sur ceux des instituts Ecclesia Dei et de la FSSPX !

Le successeur de Mgr Deniau ne l’entend pas de cette oreille. Issue de l’aristocratie lyonnaise, successivement curé de la Trinité puis vicaire général de Lyon, Mgr Brac de la Perrière incarne, nous assure-t-on, un courant “conservateur”, “ni traditionaliste, ni progressiste”. La Sapinière nous apprend qu’il a cependant participé à l’une des manifestations “Je suis Charlie”, et surtout qu’il a décidé de s’opposer à l’Abbé Fleury en raison de son refus de la “nouvelle messe” :

Citation:
Mgr Brac de la Perrière est un évêque Charlie que l’on peut le voir en train de défiler sur la photographie.



Évêque de Nevers depuis quatre ans, il ne supporte plus la fidélité de l’Abbé Fleury. Il entend imposer dans l’église de Marzy le nouveau rite et, avec lui, la doctrine de Vatican II. Il a jugé nécessaire d’en finir avec ce lieu de Tradition authentiquement catholique opposé à la révolution conciliaire. Il vient de nommer pour cela un nouveau curé à Marzy, l’Abbé Roland Jouanin et exige la mise en place d’un “biritualisme”.

Les catholiques de l’église Saint-André de Marzy ont fait savoir à l’Abbé Jouanin, à la fin du mois de juin 2015, qu’ils n’étaient pas dupes de la manœuvre. Le projet, sous couvert de douceur et de pacifisme, a pour but d’en finir avec ce prêtre fidèle à l’esprit et aux rites catholiques.

Ces catholiques sont aussi conscients d’avoir un trésor sans prix en la personne de M. l’Abbé Fleury. Ce prêtre célèbre le Saint-Sacrifice de la Messe et donne les Sacrements de façon à en faire comprendre la valeur infinie, il parle des droits de Dieu et non de ceux de l’homme. Il élève vers le Ciel, sa miséricorde s’appuie sur la justice, et sa charité sur la vérité. Il rappelle les lois divines, les commandements de l’Église, les beautés et les exigences de la Foi, la nécessité de la pratique religieuse, du sacrifice et de la pénitence. Il enseigne à fuir le péché, à ne jamais composer avec l’erreur, à se garder du monde rejeté par le Christ, à travailler à installer son Règne et à sauvegarder ses droits dans une société en révolte contre Dieu. Bref, il est ce que le monde maudit par le Christ appelle un prêtre intégriste, c’est-à-dire un prêtre authentiquement et intégralement catholique.

L’Abbé Jouanin, lui, est un prêtre conciliaire, “ouvert” sur le monde et en pleine communion avec son évêque. L’Abbé Jouanin est aussi un prêtre qui scandalise les enfants par ses intrusions irrespectueuses pendant les offices ou un prêtre qui reste assis au fond de l’église et ne se lève point à l’élévation. Quand on lui parle de l’abbé Fleury qui célèbre la sainte et admirable liturgie de Requiem pour les défunts, la réaction de l’Abbé Jouanin tient en deux mots : “des conneries !” (terme exact rapporté par un témoin oculaire). Depuis les apparitions de l’Abbé Jouanin qui ne parle qu’un langage de paix et d’amour…, les catholiques de l’église de Marzy ont déjà eu à subir, un dimanche, des agressions verbales de la part des modernistes du village.

Un jour, l’Abbé Jouanin a rendu visite à notre vénérable pasteur pour lui annoncer la mise en place d’un “biritualisme”, impossible pour des raisons théologiques et pastorales. Le lendemain, l’abbé Fleury a eu un malaise. Chose aisément prévisible : un pasteur de 82 ans ne peut pas s’entendre dire qu’il sera chassé de son église sans en éprouver quelques émotions.

L’état actuel du diocèse exige-t-il cette persécution hypocrite de l’Abbé Fleury ? Bien sûr que non. Alors pourquoi Mgr Brac de la Perrière s’impatiente-t-il ?

Le 27 juillet 2015, Mgr Brac de la Perrière, après avoir remarqué que « les abus liturgiques paraissent moindres qu’à d’autres époques, notamment dans les années soixante-dix » et que « la catéchèse sur l’Eucharistie est de fait largement à revoir », écrivait à un catholique de Marzy que : « La situation actuelle est tout à fait inacceptable, quelles que soient les qualités de Monsieur l’abbé Fleury, qui n’est du reste pas le curé de la paroisse. Il est inacceptable qu’à côté de la forme extraordinaire du rite romain, que je ne remets pas en question, il ne puisse être célébré aucune liturgie dans la forme ordinaire. »

En un sens, il faut remercier ce Mgr Brac d’avoir remis une fois de plus en évidence qu’il n’est pas possible, dans l’église conciliaire, de refuser le N.O.M. de Paul VI. Avant comme après l’indult de Jean-Paul II et le motu proprio de Benoît XVI…

M.
 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 28 Oct - 10:11 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com