Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

"Normalisation" de la Tradition

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
glori


Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2014
Messages: 95

MessagePosté le: Mer 16 Déc - 10:26 (2015)    Sujet du message: "Normalisation" de la Tradition Répondre en citant

Le milieu catholique traditionnel en pleine mutation
http://www.riposte-catholique.fr/summorum-pontificum-blog/informations/le-m…


Depuis trois décennies, les fondations traditionalistes reçoivent des statuts romains. C’est normal et juste diront la plupart. Trahison et piège crieront les plus récalcitrants. Mais regardons honnêtement l’évolution. À la veille des sacres de juin 1988, Mgr Lefebvre regroupait sous son égide tout ce qu’on appelle le « traditionalisme », c’est-à-dire ceux qui sont attachés à la messe de saint Pie V et qui ont des boutons quand on leur parle d’un catéchisme non traditionnel, des expériences  pastorales, des délires hollandais ou autre billevesée. À l’exception de l’Église officielle chinoise, qui conserva la liturgie traditionelle jusqu’en 1992, seule la Fraternité Saint-Pie X pérpetuait la forme extraordinaire du rite romain dans des conditions d’hostilité évidente de la part du milieu ecclésial. Aujourd’hui, la moitié du monde traditionnel se trouve régularisée. Il suffit de constater, à l’échelon des fréquentations de messes ou des choix de vocations, la porosité progressive des barrières au sein du milieu traditionnel. Par conséquent, que les supérieurs les plus éminents de la FSSPX, à l’instar de l’abbé Schmidberger, parlent en faveur d’une normalisation, qui commence, par ailleurs, à devenir évidente, n’est guère étonnant.
 
Nous ne sommes plus en 1988 et les arguments qui font dire de façon épidermique aux plus frondeurs que les milieux Ecclesia Dei ont lamentablement échoué sont assez éculés. Les sociétés régularisées ont des centaines de séminaristes, qui bénéficient a posteriori de l’action de Mgr Lefebvre, et les diocèses, à travers le monde, leur proposent des églises, nonobstant les obstacles rencontrés ici ou là ou bien le cas non généralisé des Franciscains de l’Immaculée, dont on s’aperçoit qu’il est plus l’exception qui confirme la règle que le grand retournement romain craint (le retour aux années de plomb des années 1990, voire 1970). Il va sans dire que la FSSPX, de par son fondateur et son histoire, a une liberté de ton qui sert à tout ce monde traditionnel, clercs et fidèles – régularisés ou non – compris. Reste la personnalité du pape, hautement déconcertante. Qui se dit attaché aux vérités catholiques peut difficilement se réjouir des graves ambiguïtés qui ont cours à Rome actuellement. Mais la dynamique du monde traditionnel est telle que même un pape progressiste se trouvera obligé de reconnaître la catholicité de tout traditionaliste. Des papes plus traditionnels que le pape actuel ont pu être plus « rudes » pour la FSSPX, y compris lorsqu’ils s’appuyaient sur une hérméneutique de la continuité (cas de Paul VI, avec Humanae Vitae). Quant à Jean-Paul II et Benoît XVI, les accords avec la FSSPX ont, en partie, butté sur la question doctrinale (Vatican II), qui n’est nullement le souci du pape François…
 
L’autre grave problème auquel est confronté le monde traditionnel est l’isolement, l’habitude qu’il y aurait à avoir d’oublier, purement et simplement, qu’il y a une hiérarchie dans l’Église (malgré les redoutables défauts de ses membres), que la grâce agit ailleurs que dans les chapelles traditionnelles, qu’il y a une nécessité de ne pas circonscrire l’apostolat dans de petits milieux fermés. Dans un récent commentaire sur le Novus Ordo, Mgr Richard Williamson lui-même se rendait compte des problèmes qu’il rencontrait chez les catholiques attachés à la Tradition. Perçoit-il les graves limites philosophiques et théologiques de ceux qui se sont réclamés de lui, toujours est-il que, dans un discours non dénué de contradictions, il rappelle que l’isolement sectaire et pharisaïque (ce sont ses termes) commence à devenir un danger mortel et que la pente savonneuse du schisme est à éviter. Il a va plus loin : il y a, en effet, un monde hors de la Tradition. Citation:
 
Citation:
Le NOM et l’ensemble de l’Église Novus Ordo sont dangereux pour la Foi, et les Catholiques ont raison, eux qui se sont attachés à la Tradition pour éviter le danger. Mais comme ils ont eu à mettre une distance entre eux et l’Église officielle, ils se sont par là exposés au danger opposé de cet isolement qui peut mener à un esprit sectaire et même pharisaïque, déconnecté de la réalité. Il y a de véritables Sacrements dans le Novus Ordo et de véritables Catholiques dont Dieu s’occupe, et les « Traditionalistes » devraient s’en réjouir. Puisse l’isolement de ceux-ci ne pas leur faire sentir qu’ils doivent penser qu’il ne reste plus rien de catholique dans le Novus Ordo. Ce n’est pas raisonnable, et le pendule de la réalité finira par revenir, comme par exemple pour la direction actuelle de la FSSPX qui ne voit plus suffisamment clair le besoin qu’il y a toujours de s’isoler de l’Église néo-moderniste. 


 
Aujourd’hui, Mgr Williamson refuserait-il une prélature personnelle sans condition, donnée par Rome (et bien sûr sans Mgr Fellay près de lui) ? Rien n’est moins certain.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 16 Déc - 10:26 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
glori


Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2014
Messages: 95

MessagePosté le: Mer 16 Déc - 14:07 (2015)    Sujet du message: "Normalisation" de la Tradition Répondre en citant

Plusieurs remarques :

- l'auteur considère comme inévitable et acquis ("évident") le ralliement de la fsspx en marche. Avec le pape actuel, les chances d'y arriver sont maximales (paradoxalement)

- il réduit le combat traditionaliste aux questions de la messe et du catéchisme

- aucune réflexion de fond sur le cas des Franciscains de l'Immaculée, exemple qui est même utilisé à contre-sens, comme "exception confirmant la règle", donc rassurant...
Méconnaissance totale du contexte! En réalité on peut comprendre que les Franciscains se font sanctionner en tant que "conciliaires" qui reviennent à plus de Tradition, tandis que les ralliés ne se font pas sanctionner (malgré la part de Tradition qu'ils portent) car ce sont des tradis qui lâchent plus ou moins du combat pour la Tradition (ils ont tous fait des concessions) et ils sont là pour démobiliser les antilibéraux qui traîneraient encore dans la fsspx... Tout cela est très logique de la part de Rome (stratégie pour détruire la Tradition) et il n'y a pas à s'étonner d'une différence de traitement entre les uns et les autres! Ce serait un regard très superficiel!

- critère de catholicité selon lui = la "dynamique" du groupe... critère de vitalité = purement quantitatif, nombre de vocations, nombre d'assistants à la messe, nombre de chapelles accordées dans les diocèses...
Et la doctrine dans tout cela? Pas difficile d'attirer du monde, mais ce n'est pas un signe suffisant de "bon arbre" et de "bons fruits"...

- enfin tout le monde aura noté l'interprétation très discutable des textes de Mgr W. : là aussi un contre-sens?


Revenir en haut
DYSMAS 2015


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2015
Messages: 475
Localisation: france

MessagePosté le: Mer 16 Déc - 16:43 (2015)    Sujet du message: "Normalisation" de la Tradition Répondre en citant

Fort regrettable et paradoxale la citation vraie de Mgr Williamson:
Puisse l’isolement de ceux-ci ne pas leur faire sentir qu’ils doivent penser qu’il ne reste plus rien de catholique dans le Novus Ordo. Ce n’est pas raisonnable, et le pendule de la réalité finira par revenir, comme par exemple pour la direction actuelle de la FSSPX qui ne voit plus suffisamment clair le besoin qu’il y a toujours de s’isoler de l’Église néo-moderniste. 


Elle est probablement la cause du "papier" pro-ralliement cité.


1- aucun catholique n'est obligé de penser qu'il ne reste plus rien de catholique chez les conciliaires, pas plus que chez les protestants, les schismatiques orthodoxes ou anglicans, etc.... Au contraire, il fait siens les mots de St Augustin:" A quoi leur sert-il d'être d'accord sur 99 points de doctrine, et d'en contester un seul? N'ayant pas l'Eglise pour Mère ils n'ont pas Dieu pour Père". Mgr Lefebvre ne disait pas autre chose: "Ils ont quitté l'Eglise".


2- Cependant, la pensée qu'il n'y a plus rien de catholique dans le Novus Ordo peut devenir qqchose de raisonnable, si l'on considère que l'absence d'une seule cause (un faux prêtre, manque de cause formelle, absence d'intention) rend la messe "concrète" invalide: seule subsiste la cause matérielle, qui n'atteint pas sa fin, la transubstantiation... C'est ici que le mot de Mgr Williamson "ouvre une porte " dangereuse, suicidaire comme l'ouverture conciliaire de l'Eglise...


3- L'isolement des catholiques est un motif ressassé par les conciliaires et les ralliés, argument mondain pour les mondains. Le catholique a-t-il besoin qu'un évêque de la Tradition le reprenne à son compte?


4- Y aurait-il un juste milieu entre une direction de la FSSPX qui contrairement à la néo, verrait clairement le besoin de s'isoler de l'église néo-moderniste, et des fidèles qui eux , pour éviter "l'isolement", n'auraient nul besoin de voir clairement cette nécessité d'isolement?


Telle pourrait-être l'interprétation de la malheureuse dernière phrase.
_________________
onlr de Mgr Lefebvre


Revenir en haut
glori


Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2014
Messages: 95

MessagePosté le: Jeu 17 Déc - 10:30 (2015)    Sujet du message: "Normalisation" de la Tradition Répondre en citant

Tel que je l'avais compris, Mgr W. disait que l'isolement restait nécessaire, pour le clergé comme pour les fidèles.
Seulement tout en s'isolant on ne doit pas dire "nous sommes l'Eglise" comme s'il n'y avait rien d'autre : c'est ce qu'exprimait aussi Mgr Lefebvre il me semble.

Je pense qu'il ne faut pas trop chercher à résoudre définitivement la question de ce qu'il y a de catholique ou pas chez les conciliaires : ce qu'on a besoin de savoir c'est "que faut-il faire pour être sauvés". Aujourd'hui la prudence pratique est clairement pour un isolement de ces libéraux, qu'ils soient hérétiques "formels" ou non, "ralliés" officiels ou non, que leurs sacrements soient valides ou non, etc. Et donc chercher des prêtres et des fréquentations qui s'en préservent.
Le reste...


Revenir en haut
DYSMAS 2015


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2015
Messages: 475
Localisation: france

MessagePosté le: Jeu 17 Déc - 18:29 (2015)    Sujet du message: "Normalisation" de la Tradition Répondre en citant

C'est oublier ou ne pas avoir assez remarqué et souligné que le NULLAM PARTEM de Mgr Lefebvre a deux adresses:


- les hommes d'Eglise partis dans l'église conciliaire, hommes qui participent non à la continuation (et donc encore moins à l'expansion) de l'Eglise, mais à sa destruction par renversement des hiérarchies (la révolution). Ici on peut parler de renversement de l'Eglise par des hommes d'Eglise, mais


- l'église conciliaire elle-même, qui est au corps conciliaire ce que la Rome conciliaire est à sa tête: on est ici sur le plan des personnes morales, plus élevé que les personnes physiques. Ici on parle d'Eglise déjà renversée, dans son droit canon 1983, en plus de la Révolution permanente, celle des hommes qui la gouvernent même plus occultes (abbé Gleize disqualifié!), mais en pleine lumière du jour.


L'isolement dont on parle a donc deux aspects:


- isolement relatif des personnes: il ne peut pas  être absolu, cas des mariages ou obsèques, etc.... On doit rester charitable avec les personnes physiques, son prochain, cette charité n'allant cependant pas jusqu'à l'apostasie..., taire systématiquement son refus de la Rme conciliaire, et de "son église",


- isolement absolu de la part de Mgr Lefebvre de la Rome conciliaire et de son église nouvelle, humaine mais anti-catholique. non divine.


Quand les évêques sacrés en 1988 oseront l'affirmer comme leur consécrateurs, alors la FSSPX retrouvera son unité de doctrine... et donc son unité d'action.


Hélas, la lâcheté pastorale de trois d'entre eux conduit à un sophisme , une lâcheté doctrinale: on ne peut s'opposer à l'église conciliaire si elle "est l'Eglise"....


Le sophisme est beaucoup plus grave que la lâcheté pastorale, cf Mgr Freppel: on se relève d'une erreur pastorale, pas d'une erreur de principe, sans la rectifier....
_________________
onlr de Mgr Lefebvre


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:38 (2016)    Sujet du message: "Normalisation" de la Tradition

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com