Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Meilleurs voeux 2016 à un clergé perplexe...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2014
Messages: 319
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Jeu 28 Jan - 06:19 (2016)    Sujet du message: Meilleurs voeux 2016 à un clergé perplexe... Répondre en citant

Axel Thienpont 17 janvier 2016, Notre Dame de Pontmain


MEILLEURS VOEUX de Sainte Année 2016 au Clergé perplexe de la Sainte EGLISE
d'un laïc catholique non perplexe




Excellences Mgrs les évêques,
Messieurs les abbés,




Au moment de vous expédier mes meilleurs voeux pour l'année 2016, l'abbé Beauvais sort d'un procès à Paris et exprime comme de « mauvaise augure » une certaine perplexité dans la Tradition, celle non encore officiellement reconnue par Rome.


Cette perplexité fut non seulement prévisible, mais prévue comme une « décrédibilisation de la FSSPX » dans une lettre de trois évêques à leur « juridiction subjective », Supérieur Général et Conseil, avant un certain chapitre 2012 qui fut un remake de Vatican 2 à la tête de la FSSPX. 
Cette « décrédibilisation » ne serait pas trop grave si elle n'était qu'une lâcheté pastorale, dont on peut se remettre, tel le retrait de signature que fit Mgr Lefebvre en mai 1988. Mais hélas elle s'auto-justifie par une lâcheté doctrinale sur l'ecclésiologie transmise par Mgr Lefebvre, dont on ne se remet que par un retour à la saine et sainte doctrine. St Pie X était angoissé de la seule foi du charbonnier des catholiques, et Mgr Lefebvre n'a fait autorité face à Rome que par le catéchisme « d'un enfant de 5 ans ». Ce fut là toute sa crédibilité, son inerrance.


Comme le disait RONSARD des catholiques de son temps face aux huguenots, « Notre cause est la bonne, mais la défendons mal ». Pour preuves permettez-moi de vous citer deux textes de Mystici Corporis de Pie XII, tirés de « Encycliques de combat », Editions du MJCF 2013:
A)- paragraphe 19 page 132: « Car toute faute, même un péché grave, n'a pas de soi pour résultat - comme le schisme, l'hérésie ou l'apostasie - de séparer l'homme du Corps de l'Église ». Suit une note de Bas de page, « L'appartenance à l'Église se réalise au niveau des actes externes: le schisme rompt l'unité de gouvernement, l'hérésie rompt l'unité sociale de foi, l'apostasie rompt l'unité de la vraie charité par abandon de la confession extérieure de la foi ».
B)- paragraphe 53, page 150: « b) Corps mystique et corps moral. « Dans le corps moral, il n'y a pas d'autre principe d'unité que la fin commune, etc.... ».... « Dans le Corps mystique au contraire, à cette poursuite de la fin commune s'ajoute un autre principe, intérieur, qui (...) est d'une telle excellence qu'il l'emporte sans aucune mesure sur les liens d'unité qui font la cohésion du corps social. Ce principe n'est pas naturel, mais surnaturel, c'est (….) l'Esprit Saint ».


Ces citations semblent confirmer les « pitons doctrinaux » de la ligne de crête de Mgr Lefebvre, à savoir:
1- L'Église militante a-t-elle l'apparence urbi et orbi d'un corps social ayant comme cause efficiente seconde pour tête (= paternité, juridiction subjective) une personne morale appelée papauté, Siège apostolique, « Rome », elle-même soumise à une juridiction personnelle subjective, le pape? Oui.


2- Ce corps social et moral est-il identique au Corps mystique du Christ? Non. Sur terre, le corps social et moral de l'Église est la forme apparente et réduite du Corps mystique qui en est la forme substantielle. Forme apparente, car l'homme ne peut concevoir de société sans chefs charnellement visibles. Réduite, car Dieu incorpore à Son Corps mystique des baptisés de désir qui, intérieurs au Corps mystique, ne sont pas visibles dans la forme apparente qu'est le corps social et moral de l'Église militante. Outre les baptisés de désir sur terre, le Corps mystique comprend l'Église souffrante et triomphante.


3- Ce corps social existait-il avant la Pentecôte? Oui, mais sa tête visible charnellement était alors soit Adam inhumé par Noé dans l'Eglise-famille avant le Déluge, soit Abraham ensuite, soit Moïse dans l'Eglise-état théocratique, soit enfin le Christ Lui-même, puis Pierre en larmes au Cénacle, réconforté par la Mère de Dieu.


4- Ce corps social et moral représente-t-il le Corps mystique avant ou après la Pentecôte? Oui comme forme apparente, mais il ne l'est substantiellement que lorsqu'animé de l'obéissance au Christ, il ne le trahit pas au for externe, comme Judas l'Iscariote. Après la Pentecôte, il l'est substantiellement uniquement « dans la mesure où » (Mgr Lefebvre) sa cause efficiente seconde, épiscopat et papauté, est animée de sa cause efficiente première, l'Esprit-Saint, esprit de Vérité et de témoignage (for externe) de cette Vérité.


5- Quelle est le critère de cette mesure de la sainteté des membres de l'Église après la Pentecôte? C'est un critère au for externe de confession publique de la seule vaie foi, reçue des apôtres, martyres à la suite du témoignage de la Vérité par le Christ au Calvaire.


6- La sainteté des membres de l'Église n'est-elle pas l'obéissance aux évêques et aux papes? Uniquement si cette obéissance a pour cause efficiente l'Esprit-Saint, dont Pie XII rappelle le principe infiniment supérieur comme cause efficiente première de la forme substantielle qu'est le Corps mystique, par distinction de la seule obéissance au principe humain du corps social et moral de l'Église militante, cause efficiente seconde dont la sainteté a pour critère la profession publique de la foi reçue des apôtres.


7- Papes et évêques conciliaires le sont-ils de l'Église? Oui, comme sujets personnels de juridiction ordinaire instituée par NSJC, ils sont la juridiction subjective (paternité naturelle) du corps social de l'Église militante, en charge de le gouverner. Mais ils ne sont principes d'unité du corps social, et donc chefs du corps moral, qu'en confessant les premiers publiquement la foi reçue des apôtres, confirmée par la papauté de St Pierre à Pie XII infailliblement, la Tradition.


8- Papes et évêques conciliaires sont-ils dans l'Église? Non, ils ont quitté l'Église sous au moins trois aspects:
  • d'abord ils se situent au for externe hors de l'âme de l'Église militante: soumis au for externe à l'esprit du Concile, ils ne sont plus soumis au for externe à l'âme de l'Église, l'Esprit de vérité et de témoignage public de cette vérité, NSJC Prêtre et Roi. Ici, même s'ils sont les sujets ordinaires d'une juridiction subjective de l'Église, ils en sont des sujets hors du Corps mystique au seul for externe de la non-confession de la foi reçue des apôtres,
  • ensuite, et c'est là le plus grave, St Pie X donne pour cause du modernisme l'ignorance (des vérités révélées) et la curiosité (vaine du faux et du mensonge). Ils ne sont donc plus substantiellement l'Église enseignante, même s'ils restent dans le corps de celle-ci, faute d'en être exclus par une papauté catholique d'âme au for interne et de corps au for externe,
  • papes et évêques de l'Église se situent ainsi hors du corps social et moral de l'Église enseignante, car comme tête charnelle visible d'une église, ils se font « papes et évêques » matériellement apostats, schismatiques et hérétiques, des antichrists.

D'où un 1er piton doctrinal de Mgr Lefebvre: « Ils ont quitté l'Église! ». L'ayant quitté, abandonnée pour (s'en confectionner) une autre, ils sont pasteurs « illégitimés » de l'Église (cf. infra).


9- En quoi l'église conciliaire est-elle autre chose que l'Église, hors d'elle? En ce que:
  • sa cause efficiente première est un « Esprit du Concile » déclaré nouvelle Pentecôte, esprit humain pris pour l'Esprit-Saint (selon Pie XII principe surnaturel du Corps mystique), et principe spirituel naturel, âme d'une église qui refuse absolument l'esprit de Vérité du Christ au for externe, le principe « surnaturel » cause efficiente du Corps mystique,
  • sa tête suprême « invisible » n'est plus NSJC Prêtre et Roi au Ciel, mais un « Concile » d'hommes de l'Église révoltés contre l'Église, couronné à Sa place : un « antéchrist conciliaire »,
  • l'église dite conciliaire n'est donc plus seulement un esprit ou une tendance « occulte » dans l'Église, mais un corps social et moral extérieur au Corps mystique, et ceci au for externe, notoire et non plus occulte dans l'Église: c'est un corps social étranger, agent de mort pour le Corps mystique,

D'où un 2ème piton doctrinal de Mgr Lefebvre: « Nous avons affaire à une contre-façon de l'Église ».
10- En quoi l'église conciliaire est une contre-façon de l'Église? En ce que:
  • sa cause efficiente seconde est un épiscopat et une papauté animée de l'esprit du Concile, et donc une juridiction subjective composée charnellement des hommes qui sont aussi la juridiction subjective instituée par NSJC pour gouverner Son Église. L'église conciliaire n'a donc de l'Église que la forme apparente de son épiscopat et de sa papauté, mais non la forme substantielle,
  • L'abbé Coache dit de « Rome » qu'elle est une personne morale, évêques, cardinaux, dicastères et curies soumis à un chef. Un chef fou rend fou ses sujets. Quand le vicaire du Christ se fait vicaire d'un Concile couronné à la place du Christ, alors c'est toute la personne morale « Rome » qui se fait tête d'un corps social et moral animé de l'esprit du Concile au lieu de l'Esprit-Saint,
  • par Rome conciliaire, il faut donc entendre la tête de cette église, qui n'est plus l'Église enseignante, car c'est une personne morale formellement apostate, schismatique et hérétique, même si les personnes physiques ne sont que matériellement apostates, schismatiques ou hérétiques.

Mgr Lefebvre a vu très nettement dès 1974 une Rome révolutionnaire subvertissant la papauté, recrucifiant la fonction du pape la tête en bas. L'église conciliaire n'est pas seulement une église « réformée » par « Rome », mais une Église renversée par Rome, en permanence. L'abbé Gainche qui peut se glorifier d'avoir fondé une école catholique, institution de base avant même une chapelle selon St Pie X, nous convaincra-t-il encore pour le 2 février, que l'église conciliaire reste une monarchie de droit divin, parce qu'elle « est l'Église divine »?


11- D'où un 3ème piton doctrinal de Mgr Lefebvre: « Ce code 1983 est pire que le novus ordo! »:
  • l'abbé Coache a dit du droit canon, codex 1917, qu'il était NSJC au for externe. C'est donc que le droit canon de 1983 est le Concile au for externe: le Corps mystique du Christ ne peut en aucun cas être au for externe l'église conciliaire! Accepter le canon de 1983, c'est non pas accepter une nouvelle forme juridique du Corps mystique, mais le droit de l'antéchrist au for externe sur le Corps mystique.
  • Ce codex canonique de 1983 est la constitution d'une « Église renversée », dont la papauté de droit divin devient une papauté parlementaire, privée dans sa constitution elle-même de l'exercice de toute infaillibilité personnelle du Souverain Pontife. Non que le pape n'ait plus de pouvoir personnel d'infaillibilité, mais que la constitution de cette « église » dans laquelle il se situe lui en interdit et le principe et l'exercice: seul est infaillible le « Concile »,

12- Il y a donc sédévacance, puisque le pape a quitté l'Église pour se faire « pape » d'une autre?
Sédévacance théorique, non. Sédévacance pratique, oui.


13- En quoi n'y a-t-il pas sédévacance théorique?
La sédévacance théorique, autrement dit théologique et canonique, prouvée, certaine et affirmable, suppose l'absence sur terre de la personne physique en vie du Souverain Pontife, ni dans l'Église, ni hors de l'Église. Or, par pape de l'Église comme corps social, il faut entendre l'élu d'un conclave, personne physique acceptant de gouverner le Corps social dans les règles d'un gouvernement humain naturel, institué comme forme apparente voulue de NSJC de la forme substantielle qu'est Son Corps mystique. Cette personne physique existant hors de l'Eglise, reste à prouver que ne remplissant pas la fonction pontificale selon l'esprit de l'Église, cela suffit pour la déclarer « non pape ».


Avant même d'en envisager les conséquences pratiques (qui, ou où est la personne physique du pape?), cette hypothèse repose sur une « surnaturalisation » du pouvoir de juridiction. Or dans l'Église aussi bien Corps mystique que corps social et moral, le successeur de Pierre a deux pouvoirs, l'un d'ordre, l'autre de juridiction ordinaire « planétaire » sur tous les apôtres et successeurs. Mais si le pouvoir d'ordre est surnaturel, celui de juridiction est simplement naturel, même si son exercice requiert l'assistance du St-Esprit. L'histoire de l'Église démontre à l'envi que peu nombreux sont les papes canonisés dans l'exercice même de leur pontificat, certains même durement sanctionnés par leurs successeurs canonisés!


A l'inverse, les papes conciliaires sanctionnent tous les papes canonisés avant le Concile, et « canonisent » subito des papes « douteux » dans l'exercice de leur juridiction. A cela s'ajoute le doute le plus important, celui de la transmission du pouvoir surnaturel d'ordre, leurs sacrements étant tous douteux ! D'où le doute « cartésien » permis comme simple opinion par Mgr Lefebvre, mais doute « normand »: ptêt'benkoui, ptêt'benknon. Précisons aussi que le « Non una cum » concerne l'unité d'âme avec le for externe du pape, alors que la sédévacance ne concerne que le principe d'unité sociale qu'est la personne du pape. On pourrait donc être Non una cum sans être nécessairement sédévacantiste « théorique », certain.


à suivre...
_________________
credidimus veritati


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 28 Jan - 06:19 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com