Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La conférence de Mgr Galarreta à Bailly
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Legiunea


Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2015
Messages: 10

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 10:05 (2016)    Sujet du message: La conférence de Mgr Galarreta à Bailly Répondre en citant

Avec plus d'un mois de retard, Dici se décide enfin à faire un rapport de la conférence donnée par Mgr Galarreta le 17 janvier 2016 à Bailly...
Un peu tard pour confirmer ou corriger les rumeurs et comptes-rendus déjà parus et commentés ici et là!
En tout cas c'est très intéressant, et là, on ne nous reprochera pas de broder sur des propos incertains (cf. Ennemond...).

http://www.dici.org/documents/mgr-de-galarreta-je-pense-que-le-pape-va-alle…

Mgr de Galarreta : « Je pense que le pape va aller dans le sens d’une reconnaissance unilatérale. »
26-02-2016

Mgr Alfonso de Galarreta a donné une conférence à Bailly, près de Versailles, le 17 janvier 2016. Il y a exposé la situation actuelle de l’Eglise et a informé ses auditeurs de l’état présent des relations entre Rome et la Fraternité Saint-Pie X. Il avait dirigé la commission des théologiens de la Fraternité Saint-Pie X, lors des entretiens doctrinaux avec Rome, entre 2009 et 2011. Voici les extraits les plus significatifs de sa conférence, transcrits par DICI.
 


Mgr Alfonso de Galarreta.
 
Une aggravation de la crise de la foi qui suscite des réactions publiques
Dans une première partie, Mgr de Galarreta constate que se développe à Rome « une volonté de tirer toutes les conséquences contenues dans les principes du concile Vatican II ». Les idées conciliaires d’œcuménisme, de liberté religieuse et de collégialité étant désormais acquises, selon les autorités romaines, c’est la morale qui est maintenant atteinte par une forme d’évolutionnisme : « Cela est vrai déjà pour le dogme, pour la vérité (selon les progressistes) ; cela est vrai déjà pour l’œcuménisme, la liberté religieuse, la collégialité, tout l’esprit libéral révolutionnaire… alors pourquoi pas pour la morale aussi ? Au fond, c’était une incohérence de ne pas appliquer l’évolution à la morale également », cette dernière est donc amenée à s’adapter aussi « en fonction de la vie de l’homme, les mœurs, les lois, l’évolution des choses … ».
Néanmoins le prélat argentin reconnaît que, face à ce désastre, une réaction se manifeste : « Maintenant c’est dans l’Eglise actuelle, officielle, qu’il commence à y avoir des réactions. Et des réactions qui vont en profondeur, car certains se rendent compte quand même qu’il y a un problème doctrinal, un problème de foi. Ils se rendent compte qu’il y a un problème aussi dans le magistère conciliaire et postconciliaire. Ils commencent à se poser des questions et, aspect très important, ils comprennent que pour s’opposer à cette rupture totale avec la Tradition, il faut réagir, et nécessairement s’opposer aux autorités qui sont les diffuseurs de ces erreurs. C’est ainsi qu’on voit des cardinaux, des évêques, des prêtres, des laïcs qui commencent à réagir, et dans le bon sens et dans un très bon sens même, quelquefois avec beaucoup de fermeté. »

Une double proposition romaine : doctrinale et canonique
Mgr de Galarreta indique ensuite qu’une proposition de prélature personnelle a été faite par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, à l’été 2015, accompagnée d’une proposition de déclaration doctrinale. Et il fait savoir que le « Supérieur général a envoyé les deux textes romains à tous les supérieurs majeurs et à quelques théologiens de la Fraternité, ainsi qu’aux évêques pour qu’on en fasse une analyse, qu’on lui donne notre avis ».
Au sujet de la proposition de déclaration doctrinale, l’évêque argentin reconnaît : « Ce que l’on voit dans la déclaration doctrinale, c’est qu’il n’y a plus la profession de foi du cardinal Ratzinger. Les autorités romaines nous demandent la profession de foi de Pie IV, c’est-à-dire la profession de foi du concile de Trente. Ensuite, dans la précédente proposition, il y avait un paragraphe sur la liberté religieuse. Ils ont supprimé cette exigence. L’œcuménisme est supprimé. Sur la messe ils nous demandaient de reconnaître la validité et la légitimité. Maintenant ils nous demandent de reconnaître la validité des nouveaux sacrements, de la nouvelle messe, selon l’édition typique, l’édition latine originale. Ce que la Fraternité a toujours reconnu. Voyez, ils enlèvent des conditions pour essayer d’arriver. »
Puis, Mgr de Galarreta indique que le Supérieur général a tenu à répondre à l’offre romaine de reconnaître la Fraternité ‘telle qu’elle est’, par une réponse préalable qui ne reste pas dans le vague : « Mgr Fellay nous a dit : ‘avant de répondre à cette proposition de la Congrégation de la Foi, je vais leur écrire, de façon assez exhaustive, pour bien préciser comment nous sommes et comment nous agissons, qu’est-ce que nous prêchons, qu’est-ce que nous faisons, qu’est-ce que nous ne faisons pas, et ce que nous ne sommes pas prêts à faire’ », – afin de savoir si la Fraternité est acceptée ‘telle qu’elle est’ vraiment.
Le prélat argentin fait alors part de ses réserves pour une raison doctrinale de fond : « Eux, ils entendent surtout et toujours nous faire accepter, au moins vaguement, au moins en principe, le concile Vatican II et ses erreurs ». Et il ajoute que cette volonté romaine se retrouve, au plan pratique, dans la proposition canonique : « Il y a toujours, d’une façon ou d’une autre, une soumission par rapport aux dicastères romains ou par rapport aux évêques ». Ce qui l’amène à affirmer que, personnellement, il refuserait les propositions romaines : « Pour moi, un accord avec la Rome actuelle est exclu ». Il précise qu’il s’agit d’un refus prudentiel dicté par les circonstances – en l’absence de garanties nécessaires à la vie de la Fraternité –, et il tient à bien se distinguer de ceux qui font de ce refus un absolu :
« Nous ne refusons pas, vous le voyez, de façon absolue et théorique la possibilité d’un accord avec Rome. C’est cela qui nous distingue de la ‘Résistance’. Pour eux c’est un principe. C’est une question doctrinale : ‘Vous ne pouvez pas admettre la possibilité d’un accord avec Rome, sans être libéral’. Ce n’est pas notre position. Il faut le redire : ce n’était pas la position de Mgr Lefebvre. Il a signé un protocole d’accord avec Rome. Et à ce moment là, même quand il a rompu après le protocole, Monseigneur a bien dit : ‘c’est parce qu’il n’y a pas les conditions nécessaires pour notre survie, pour notre protection’. Parce qu’ils veulent nous tromper, parce qu’ils ne veulent pas nous donner la Tradition, parce qu’ils veulent nous ramener à Vatican II. C’est parce qu’il n’y a pas les conditions. Il a dit : ‘S’ils m’avaient donné les conditions, les conditions que j’avais mises, j’aurais signé’. Cela Mgr Lefebvre l’a dit après les sacres. Et il a précisé : ‘Si j’ai signé un protocole d’accord, c’est parce qu’il n’y avait rien de contraire à la foi’. Ni dans le contenu, ni dans le fait de signer. C’est évident. Donc nous continuons dans cette ligne. »
 


Le palais de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Vers une reconnaissance unilatérale de la Fraternité ?
Dans une seconde partie, et au-delà des propositions de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Mgr de Galarreta confie publiquement qu’il pense que le pape peut prochainement conférer un statut à la Fraternité Saint-Pie X :
« Je pense plutôt, et c’est là l’autre aspect des choses, que ce pape qui dit à qui veut l’entendre que nous sommes catholiques, qui dit et répète que la Fraternité est catholique, que nous sommes catholiques, qu’il ne va jamais nous condamner et qu’il faut régler notre ‘affaire’. Je pense que – il a déjà commencé dans cette voie-là –, quand il verra qu’il n’y a pas d’entente avec la Congrégation de la Foi, je pense qu’il va passer outre toute condition doctrinale, théorique, pratique, ou quoi que ce soit… Il va faire des pas lui-même, dans le sens d’une reconnaissance de la Fraternité. Il a déjà commencé, il va tout simplement poursuivre. Ici je dis non pas ce que je désire, je dis ce que je prévois. Je prévois, je pense que le pape va aller dans le sens d’une reconnaissance unilatérale de la Fraternité, et plutôt par la voie des faits que par une voie de droit ou légale, canonique. »
Mgr de Galarreta reconnaît que « cette reconnaissance de fait aurait un effet bon, bénéfique : c’est une ouverture apostolique assez extraordinaire, cela aura un effet extraordinaire ». Mais il ajoute qu’il y aurait alors deux risques : celui de créer une division en interne et celui de conditionner la prédication dans certaines circonstances. Et de s’interroger : « Il faudra une sagesse, une prudence extraordinaire, une fermeté, une clarté très grande. Sommes-nous capables de cela ? »
Le prélat argentin répond en demandant de garder une confiance surnaturelle face à ces éventualités : « Si la Providence nous envoie cela, c’est là que nous aurons les grâces nécessaires pour surmonter les difficultés et pour les gérer comme il faut, mais bien sûr dans la mesure où ce n’est pas produit par notre volonté, où cela s’impose à nous. Si on a les idées claires, on pourra toujours en profiter pour le bien. Mais dans ce cas hypothétique, – je vous donne mon opinion sur des conjectures, n’est-ce pas ? – dans ce cas-là je pense qu’on aura les grâces nécessaires pour persévérer et pour faire le bien que nous devons faire dans la Sainte Eglise. Le Bon Dieu ne va jamais nous renier, arrêter de nous donner les moyens pour persévérer dans la foi et dans le vrai combat, si nous restons toujours dans la foi, dans l’espérance, dans la charité, dans la force de la confession de la foi, dans la sanctification quotidienne. »
 
La peur des risques et la confiance en la Providence divine
Et de conclure après avoir soulevé une objection : « Alors vous me direz : ‘dans ces cas-là, il y a un risque !’ – Oui, bien sûr. Dans la vie il y a beaucoup de risques, dans une guerre encore plus. Nous sommes en guerre. Donc ce sera ce que le Bon Dieu voudra. Mais j’ai confiance en la Providence, et j’ai une confiance totale en l’amour de Notre-Seigneur Jésus-Christ pour la Sainte Eglise. Alors dans la mesure où nous ne le cherchons pas, même si cela arrive, je pense qu’il ne faut pas s’affoler. Rien ne change. C’est le même combat qui continue, la même ligne. Simplement, il s’agit de profiter de ces espaces de liberté qui nous sont laissés. Dans une guerre si l’ennemi abandonne des tranchées, il faut les prendre ; s’il recule, il faut avancer. Vous n’allez pas rester chez vous sous prétexte qu’il y a des risques. Il faut faire les choses prudemment, et après il faut du courage. Et surtout chez nous il faut la confiance en Dieu. C’est le combat pour Dieu. C’est le combat de Dieu. Notre confiance est en Lui et en la Très Sainte Vierge Marie.
« Personnellement je ne suis pas inquiet du tout par rapport à l’avenir de la Fraternité ou de la Tradition ; par contre, par rapport à l’avenir de la société, de nos nations jadis catholiques ou même de l’Eglise officielle, oui, je suis inquiet et pessimiste. On prévoit que cela évolue vers le pire. Or c’est justement lorsque nous arrivons à une situation beaucoup plus désespérée, extrême, qu’il y a l’intervention de la Divine Providence, l’intervention de Dieu qui a toujours ses moyens divins. Notre Seigneur est toujours le maître des événements, de l’histoire. Et pas seulement en général, mais en particulier. Donc si l’Evangile nous dit qu’il n’y a pas un seul cheveu de notre tête qui tombe…, que tous les cheveux de notre tête sont comptés, qu’il n’y a pas un moineau qui tombe sans la permission de Dieu (cf. Mt 10, 29-30), je pense qu’il faut rester très serein. C’est comme cela qu’on garde un jugement équitable sur les réalités objectives, et que l’on conserve une attitude non seulement équilibrée, mais catholique, chrétienne et sainte. C’est là la sagesse que nous a transmise Mgr Lefebvre, cette attitude catholique. Nous pouvons très bien garder aujourd’hui cette ligne dans la situation actuelle de la Sainte Eglise, tout comme devant toutes les éventualités qui vont se présenter d’ici peu. »
(Source : FSSPX/MG – Transcription DICI n°331 du 26/02/16)


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 26 Fév - 10:05 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Maunoir


Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2014
Messages: 428
Localisation: France

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 10:21 (2016)    Sujet du message: La conférence de Mgr Galarreta à Bailly Répondre en citant

Cela confirme bien nos inquiétudes (et celle évoquée par Mgr Williamson pour décider le sacre de Dom Thomas) : Mgr de Galaretta se range résolument du côté de Mgr Fellay. Il voit très bien que c'est un mal ... mais il essaye de se persuader qu'il en découlera un bien extraordinaire !!

Mgr de Galaretta aurait dû méditer sur saint Paul : (Saint Paul aux Romains chap.3 verset 8 : "Et pourquoi ne ferions nous pas le mal afin qu'il en arrive du bien, comme la calomnie nous en accuse ?"

ce que tous les moralistes catholiques ont compris qu'il ne fallait JAMAIS faire le mal pour qu'advienne un bien...
"Non faciamus mala, ut adveniant bona"

Sainte catherine de Sienne le disait autrement : "il n'est même pas permis de faire un péché véniel, si on pouvait par ce péché sauver tous les hommes"

Où est l'évêque catholique sacré par Mgr Lefebvre ?



Revenir en haut
AVE-MARIA


Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2014
Messages: 118

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 12:12 (2016)    Sujet du message: La conférence de Mgr Galarreta à Bailly Répondre en citant

 Les diverses sources coulent toutes dans une même direction: reconnaissance imminente de la FSSPX!

"ON" nous laisse entendre les divers canaux "non officiels": il semble donc que cet "accord" soit  très proche!


Revenir en haut
Paulus
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 26 Fév - 12:43 (2016)    Sujet du message: La conférence de Mgr Galarreta à Bailly Répondre en citant

"" c’est une ouverture apostolique assez extraordinaire, cela aura un effet extraordinaire »""


L'effet ? Quel effet ? Pense-t'il sérieusement qu'il va convertir les conciliaires ?


Ce qui est sur, par contre, c'est qu'il aura découragé des fidèles de la Tradition...


Revenir en haut
AVE-MARIA


Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2014
Messages: 118

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 12:46 (2016)    Sujet du message: La conférence de Mgr Galarreta à Bailly Répondre en citant

 Découragés ET dégoutés!!!!

Ce sont des traitres et des menteurs!................de quoi devenir anticlérical!


Revenir en haut
Ana


Hors ligne

Inscrit le: 08 Sep 2014
Messages: 266
Localisation: Alpes

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 14:42 (2016)    Sujet du message: La conférence de Mgr Galarreta à Bailly Répondre en citant

Tente ans que certains se battent pour la fraternité, qu'ils ont perdu leurs amis et même leurs parents...qu'ils ont servi, donné, travaillé pour cette société... 
C'est vrai, difficile d'avoir confiance aujourd'hui, combien de traîtrises nous attendent encore?
Mais comme le dit Mgr de Galarreta, nous avons confiance en la Providence, le Bon Dieu n'abandonnera pas ces quelques brebis qui veulent garder la foi.


Revenir en haut
DYSMAS 2015


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2015
Messages: 478
Localisation: france

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 16:40 (2016)    Sujet du message: La conférence de Mgr Galarreta à Bailly Répondre en citant

Outre les remarques de Maunoir, le plus frappant est la malhonnêteté du personnage!


"C'est ce qui nous distingue de la "résistance", qui fait du refus d'un contact avec Rome un principe".


Tout y est faux, même la confusion volontairement entretenue entre "contacts", "accord" ou "recherche d'accord".


La trahison de Mgr Lefebvre et de son oeuvre est patente: il n'y a plus de Rome néo-protestante à refuser, ni plus aucune des conditions que Mgr Lefebvre avait laissées comme son testament.


Mgr de Galaretta est même pire que Mgr  Fellay: il enfume les catholiques, les anesthésie, alors que Mgr Fellay est plus "prévisible"!


"Aie confiance, aie confiance, crois en moi" disait le serpent Kaa à Mowgli. Mgr de Galaretta va plus loin dans l'hypocrisie: "Faisons confiance en la Providence".


L'aveugle volontaire ne voit pas qu'il tente Dieu, et le diable. "Qui aime le péril y trouvera sa perte" dit l'Ecriture.  
_________________
onlr de Mgr Lefebvre


Revenir en haut
Michael


Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2015
Messages: 25

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 21:21 (2016)    Sujet du message: La conférence de Mgr Galarreta à Bailly Répondre en citant

Parle Mgr Pozzo:


https://it.zenit.org/articles/a-che-punto-e-il-dialogo-con-i-lefebvriani/



Revenir en haut
Ana


Hors ligne

Inscrit le: 08 Sep 2014
Messages: 266
Localisation: Alpes

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 21:52 (2016)    Sujet du message: La conférence de Mgr Galarreta à Bailly Répondre en citant

Nous avons maintenant, en face de nous, des mondains, des libéraux, des veules, c'est bien triste. Comment de bons prêtres que j'ai connu, acceptent-ils sans régir ce discours oscillant entre le vrai et le faux , flou et  incompréhensible pour les malheureux fidèles qui écoutent? Ils ont pourtant, pour beaucoup, entendu les paroles claires et sans équivoque de  leur fondateur, c'est très étonnant! Que sont-ils donc devenus?

 En 2012 trois évêques se sont levés, il nous en reste un.
 Et grâce à DIEU celui-ci ne nous laissera pas orphelins.


Revenir en haut
gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2015
Messages: 279

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 22:34 (2016)    Sujet du message: La conférence de Mgr Galarreta à Bailly Répondre en citant

Difficile de réfuter frontalement Mgr de Gallaretta, mais en même temps il entreprend de faire admettre l'indéfendable. A savoir l'hypothèse que le Vatican pourrait reconnaître notre catholicité, mais unilatéralement : c'est-à-dire sans se soucier de ce que nous pensons à son sujet.

Dans le cas d'une simple reconnaissance matérielle, telle que suggérée par Mgr de Gallaretta, les conservateurs diraient : voilà, il faut s'entendre avec la Fraternité, il faut faire valoir l'ancienne messe, la théologie thomiste, certains se souviendront qu'ils faut servir le règne du Christ-Roi, etc. Et alors les progressistes au pouvoir diront : oh là, tout doux, vous ne pouvez pas imposer vos sentiments à tous les catholiques ! Et comme l'on a dit que l'on reconnaissait l'autorité du pape s'il nous reconnaissait comme catholiques "tels quels", on ne pourra plus se faire entendre.

La seule bonne reconnaissance serait plutôt celle qui ferait vraiment dire à tout le monde : tiens, le pape reconnaît que les idées de Mgr Lefebvre sont valables !!

Si les autorités de la FSSPX pensaient bien, elles s'apercevraient qu'il est possible d'éviter une reconnaissance unitalérale (1) qui serait non doctrinale : c'est justement en portant la bonne doctrine dans tous ses discours (2). Et alors une reconnaissance de la FSSPX, même exprimée en des termes matériels, serait aussi une reconnaissance officielle de la justesse de sa doctrine.


(1) lorsque le discours officiel ne dénonce plus correctement le manque de catholicité de François Zéro, il y a le prémisse de quelque chose de bilatéral dans ces opérations. Et aussi, à trop dire que l'on admet le bien-fondé de l'autorité du pape vis-à-vis de nous, plutôt que de dire qu'on l'envisage seulement vis-à-vis du Christ, cela donne une tournure bilatérale à une éventuelle reconnaissance.

(2) ce que faisait Mgr Lefebvre, n'est-ce pas ?


Revenir en haut
gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2015
Messages: 279

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 22:45 (2016)    Sujet du message: La conférence de Mgr Galarreta à Bailly Répondre en citant

Merci Michael pour l'interview de Mgr di Pozzo, est-ce que quelqu'un peut me traduire cette phrase :

Anche per quanto concerne la critica lefebvriana sulla libertà religiosa, al fondo della discussione a me pare che la posizione della FSSPX sia caratterizzata dalla difesa della dottrina tradizionale cattolica contro il laicismo agnostico dello Stato e contro il secolarismo e relativismo ideologico e non contro il diritto della persona a non essere coartata né impedita dallo Stato nell'esercizio della professione di fede religiosa

Est-ce qu'on doit traduire par : contre le laïcisme d'Etat mais pas contre le droit individuel à la liberté religieuse ?


Revenir en haut
Ana


Hors ligne

Inscrit le: 08 Sep 2014
Messages: 266
Localisation: Alpes

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 23:29 (2016)    Sujet du message: La conférence de Mgr Galarreta à Bailly Répondre en citant

Parler de reconnaissance unilatérale est un mensonge de plus. Pourquoi les prêtres ne doivent plus critiquer le concile et les outrances du pape si ce n'est pour que ce dernier reconnaisse la fraternité "tel que nous sommes" 
Le but a atteindre est celui-ci, c'est la grande préoccupation des supérieurs.
Si il y a reconnaissance (et je suppose que la fraternité sera reconnue telle qu'elle est,  si il n'y a pas d'accords préalables) elle sera bilatérale .
Mgr Fellay remerciera, alors, le "saint père" comme à son habitude, et le tour sera joué.


Revenir en haut
Ana


Hors ligne

Inscrit le: 08 Sep 2014
Messages: 266
Localisation: Alpes

MessagePosté le: Sam 27 Fév - 06:54 (2016)    Sujet du message: La conférence de Mgr Galarreta à Bailly Répondre en citant

La discussion, elle, est à sens unique la fraternité n'exigeant plus rien, à part d'être reconnue "telle qu'elle est", suffisamment heureuse d'avoir obtenue la levée des excommunications et la reconnaissance de la messe , ce que veut obtenir le pape c'est, par contre, la reconnaissance de la liberté religieuse et, en fait, celle de la nouvelle religion conciliaire. Si malgré les soi-disant divergences la fraternité est reconnue par les conciliaires c'est qu'elle aura tout accepté. car il ne lâcheront rien. 
Au mieux on la mettra dans le moule conciliaire petit à petit, c'était l'intention de Benoit XVI, pas autre chose et c'est le but des prélats "conservateurs". Elle sera avalée en douceur.
Comment croire que les supérieurs de la frat ne le savent pas?
Ce sont des traîtres.


Revenir en haut
Catharina T.O.P.


Hors ligne

Inscrit le: 29 Oct 2014
Messages: 268
Localisation: République Tchèque

MessagePosté le: Sam 27 Fév - 07:53 (2016)    Sujet du message: Blog Non Possumus Répondre en citant

RECONOCIMIENTO INMINENTE DE LA FSSPX: HABLA MONS. POZZO
NOTA: NO PUEDE SER CASUALIDAD DE EL MISMO DÍA SE PUBLIQUE LO DE MONS. DE GALARRETA Y LO DE MONS. POZZO. PENSAMOS QUE EL RECONOCIMIENTO ES INMINENTE.
HEMOS SUBRAYADO CIERTOS PASAJES ESPECIALMENTE RELEVANTES.

voir http://nonpossumus-vcr.blogspot.cz/2016/02/reconocimiento-inminente-de-la-fsspx.html

« Ce que tu fais, fais-le vite. »
_________________
+Christus vincit!+Christus regnat!+Christus imperat!+


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Archet de Jeanne


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2014
Messages: 147

MessagePosté le: Sam 27 Fév - 08:05 (2016)    Sujet du message: La conférence de Mgr Galarreta à Bailly Répondre en citant

Cet entretien avec Mgr Pozzo mérite de l'attention et une traduction. J'ai tiqué sur le même extrait que Gillou et on doit pouvoir traduire ainsi:

Citation:

[Mgr Pozzo] Quant à ce qui concerne la critique lefebvrienne sur la liberté religieuse, au fond de la discussion il me semble que la position de la FSSPX est caractérisée par la défense de la doctrine traditionnelle catholique contre le laïcisme agnostique de l'Etat et contre le sécularisme et relativisme idéologique et non contre le droit de la personne à ne pas être contrainte ou empêchée par l'Etat dans l'exercice de la profession de la foi religieuse.


La foi religieuse: si c'est la vraie, pas de problème. Mais ce n'est évidemment pas le sens. On ne se serait pas étripé sinon!

Est-ce résultat des paroles viriles de Mgr Fellay qui allait dire à Rome ce qu'est la FSSPX,

"comment nous sommes et comment nous agissons, qu’est-ce que nous prêchons, qu’est-ce que nous faisons, qu’est-ce que nous ne faisons pas, et ce que nous ne sommes pas prêts à faire’ », – afin de savoir si la Fraternité est acceptée ‘telle qu’elle est’ vraiment" ?


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:58 (2016)    Sujet du message: La conférence de Mgr Galarreta à Bailly

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com