Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le problème moral de la reconnaissance unilatérale de la fsspx

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Maunoir


Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2014
Messages: 427
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 29 Fév - 17:59 (2016)    Sujet du message: Le problème moral de la reconnaissance unilatérale de la fsspx Répondre en citant

 
Intégration de la fsspx  dans le système moderniste  : le pluralisme à pleine vapeur.

Les accords passés entre les divers ralliés et Rome , les ont peu à peu, conduits sans aucune exception à mettre la vérité et l’erreur à égalité. Ces accords les ont intégrés dans l’Église conciliaire avec leur charisme propre, avec leurs choix liturgiques, doctrinaux et spirituels, comme une légitime diversité au milieu des autres choix liturgiques, doc­trinaux et spirituels que le modernisme a produit. En ce sens Jean-Paul II leur avait dit  : «  Les pasteurs et les fidèles doivent avoir une conscience nouvelle non seulement de la légitimité mais aussi de la richesse que re­présente pour l’Église la diversité des charismes et des traditions de spiritualité et d’apostolat qui constitue la beauté de l’unité dans la variété  : telle est la symphonie…  » (Motu Proprio Ecclesia Dei Adflicta, 2 juillet 1988, n°5 a)
La Tradition, et donc toutes les vérités révélées par Notre Seigneur, la messe de toujours qui exprime la foi catholique, la loi de l’Évangile sont réduites au rang d’opinions et de tendances aussi valables que d’autres. C’est le pluralisme cher aux politiques d’aujourd’hui. Il n’y a qu’une chose qu’il exclut c’est la vérité en tant qu’elle oblige tout homme et condamne l’erreur.


Le mot et non seulement l’idée va être employé par les hommes d’Église.


En 2001, dans un interview donné à The latin mass, le cardinal Medina affirme  : «  Je suis conscient des sentiments de nombreux catholiques pour la sainte messe selon le rite de saint Pie V. (…) À une époque de l’histoire où le pluralisme jouit du droit de citoyenneté, pourquoi ne pas reconnaître le même droit à ceux qui souhaitent célébrer la liturgie selon la manière utilisée durant plus de quatre siècles  ?  »


Voyons comment ils expriment l’idée.
En octobre 1998, le pape Jean-Paul II recevait les ralliés venus célébrer leur dixième anniversaire à Rome  : «  J’encourage, dit-il, tous les catholiques à travailler pour l’unité et à renouveler leur attachement à l’Église de façon que toutes les différences légitimes et les diverses sensibilités dignes de respect, ne soient pas un motif de séparation mais de rassemblement pour proclamer ensemble l’Évangile  ; ainsi sous l’impulsion de l’Esprit réunissant les charismes variés, tous pourront glorifier le Seigneur…  »
 
L’intégration est une question de confiance  !


En 1999, la commission pontificale Ecclesia Dei écrivait à l’abbé Bisig, alors supérieur général de la Fraternité Saint Pierre, que ladite commission agissait «  pour œuvrer à l’intégration des fidèles traditionalistes dans la réalité de l’Église. La racine des présentes difficultés semble être le manque de confiance dans la hiérarchie de l’Église à tous les niveaux, du Saint Siège aux évêques. Peut-être y a-t-il comme fondement de cette attitude un certain dédain, une certaine défiance de l’œuvre du second concile du Vatican. (…) Un tel manque de confiance a été à l’origine du schisme de Mgr Lefebvre et persiste encore.  » (13 juillet 1999)
Pour réaliser ce pluralisme, il faut trouver un équilibre en dépassant les faux antagonismes que certains pourraient découvrir entre les différentes tendances présentes dans l’Église. Ce qui suppose de ne pas rester figé dans ses positions doctrinales. Les contacts d'abord discrets entre les supérieurs de la fsspx et la reconnaissance doit permettre de retrouver la confiance mutuelle.

Déjà en décembre 2000, le cardinal Castrillon Hoyos estimait qu’il fallait «  trouver un point d’équilibre, pour dépasser le faux antagonisme que l’on veut créer entre les deux rites.  » Parlant de la Fraternité Saint Pierre, il affirme que «  douze ans après la fondation qui s’est faite en 1988, cette communauté s’efforce de trouver sa place dans l’ensemble de l’Église, à côté de tant d’autres congrégation aux finalités di­verses. Dans la phase actuelle, je considère qu’il faut aider les membres de la Fraternité à maintenir l’équilibre entre l’interprétation authentique du charisme original, ses conséquences, et les conséquences de leur insertion dans la réalité ecclésiale de l’an 2000.  » (La Nef, n°111, décembre 2000, p. 19)
Dans son discours à Cologne le 19 août 2005, Benoît XVI a parlé en faveur de l’œcuménisme selon l’esprit de Vatican II qui vise à établir l’unité des chrétiens. «  Cette unité ne signifie pas ce qu’on pourrait appeler un œcuménisme de retour (qui signifie, selon Pie XI, Mortalium animos, pousser les non catholiques à entrer dans l’Église catholique, unique arche de salut)  : c’est-à-dire renier et refuser sa propre histoire de foi. Abso­lument pas  ! Cela ne signifie pas uniformité de toutes les expressions de la théologie et de la spiritualité, dans les formes liturgiques et dans la discipline. Unité dans la multiplicité et multiplicité dans l’unité.  » Il termine en disant que «  être en chemin ensemble est une forme d’unité  ». (DICI n°120, p. 12) Ce qui revient à dire que l’unité n’est pas encore acquise, mais qu’elle est en perpétuel devenir. L’évolution encore  !


C’est la pensée actuelle des évêques. On la retrouve dans les discours du cardinal Kasper  : «  L’unité conçue comme communion implique l’unité dans la diversité et la diversité dans l’unité.  » (DICI n°125, p. 11)


Cette communion peut être plus ou moins grande  : les orthodoxes, les protestants y ont leur place depuis le Concile. Pourquoi ne pas donner une place aux traditionalistes  ? Elle est proposée à la Fraternité Saint Pie X sous la forme de reconnaissance unilatérale. Une communion imparfaite ne pourrait satisfaire tout le monde… Alors on devrait s’efforcer d’aboutir à «  une unité plus parfaite  », à «  une communion plus pleine  » (Cardinal Castrillon Hoyos, 30 Jours, fin septembre 2005 et La télévision italienne TV Canal 5, 13 novembre 2005).


Mais alors où est le «  Que votre oui soit oui, que votre non soit non  »  ?


Et où sont les mots de saint Paul  : «  Qu’a de commun la lumière avec les ténèbres  ? Quel accord y a-t-il entre le Christ et Bélial  ?  »  ? (II Cor 6, 14)


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 29 Fév - 17:59 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Marguerite


Hors ligne

Inscrit le: 04 Mai 2014
Messages: 285

MessagePosté le: Lun 29 Fév - 20:26 (2016)    Sujet du message: Le problème moral de la reconnaissance unilatérale de la fsspx Répondre en citant

Les Romains sont malins. Au vu des gesticulations de Menzingen (via Ennemond) on pourrait imaginer cette reconnaissance dans un très proche avenir. Le 25 mars prochain serait une date idéale pour Menzingen d'autant que nous fêtons cette année le 25ème anniversaire du décès de Mgr Lefebvre (25 mars 1991) et que le 25 mars tombe un vendredi saint !

Le vendredi saint serait une date idéale pour une trahison à la Judas.

" Bernard, ce que tu as à faire, fais le vite ! "


Revenir en haut
Catharina T.O.P.


Hors ligne

Inscrit le: 29 Oct 2014
Messages: 262
Localisation: République Tchèque

MessagePosté le: Lun 29 Fév - 22:30 (2016)    Sujet du message: oui Répondre en citant

Cher Marguerite, je suis d'accord avec vous.

Et vous avez oublié que cette année il y a la coïncidence des dates du Vendredi Saint et la fête de l'Annonciation : c'est le Jubilé du Grand Pardon de Puy-en-Velay.

En cette année 2016 ce sera la 31e fois depuis 992. Le jubilé de Notre-Dame du Puy est ainsi le plus ancien de tous les jubilés de l'Eglise catholique.

(Source : le tract sur ce Jubilé de Grand Pardon voir le tract de site France Fidèle en format PDF)
_________________
+Christus vincit!+Christus regnat!+Christus imperat!+


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Archet de Jeanne


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2014
Messages: 147

MessagePosté le: Mar 1 Mar - 18:31 (2016)    Sujet du message: Le problème moral de la reconnaissance unilatérale de la fsspx Répondre en citant

Bien vu Marguerite.

On peut ajouter que pour Judas, c'était aussi l'opération suicide.
Et on peut relier tout cela à cette phrase de Mgr Fellay l'abbé Vernoy reprise par Sean Johnson:

"...it will be a very special jurisdiction which will be something only the Apostles had."

Il compare le cas de Mgr Fellay aux apôtres... il faudrait donc mettre au singulier... un singulier apôtre...

Epitaphe de Mgr Lefebvre: Tradidi quod et accepi.
Celle de Mgr Fellay: Tradidi quos accepi.


Dernière édition par Archet de Jeanne le Mer 2 Mar - 10:29 (2016); édité 2 fois
Revenir en haut
glori


Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2014
Messages: 95

MessagePosté le: Mer 2 Mar - 10:18 (2016)    Sujet du message: Le problème moral de la reconnaissance unilatérale de la fsspx Répondre en citant

Archet de Jeanne a écrit:
Epitaphe de Mgr Lefebvre: Tradidi quod et accepi.
Celle de Mgr Fellay: Tradidi quos accepi.
Ohoh! clap clap clap Okay
Vous faites la session de latin à Avrillé l'été prochain? Wink


Revenir en haut
Catharina T.O.P.


Hors ligne

Inscrit le: 29 Oct 2014
Messages: 262
Localisation: République Tchèque

MessagePosté le: Ven 4 Mar - 23:59 (2016)    Sujet du message: Pour les ralliéristes aussi du type "Ecclesia Dei" - source : Internet Répondre en citant

Pour les ralliéristes en FSSPX et du type "Ecclesia Dei" dites les indultistes



Les dernières années de son existence et après plus de dix années passées à côtoyer le ‪‎cardinal Ratzinger‬, ‪‎Mgr Lefebvre‬ avait exprimé très clairement à ses séminaristes ce qu’il pensait de ce personnage. Ses propos se trouvent dans les conférences spirituelles qu’il prononçait régulièrement au séminaire d’Écône. Ces conférences ont toutes été retranscrites mais n’ont jamais été diffusées par la Fraternité, qui, tout comme pour les sermons de Mgr Lefebvre, exerce une censure insupportable à leur égard.



« Combien d’évêques ont donné immédiatement leur démission : – Je ne peux pas rester dans un climat comme cela… Ils ont donné leur démission. Ils ont mal fait à mon avis. Ils auraient dû continuer à résister et à empêcher le mal de se faire. Maintenant, ce n’est pas possible. Dans ce Synode, nous allons assister à quoi ? Nous allons assister, non plus à la lutte entre les conservateurs, c’est-à-dire les catholiques et les libéraux, mais on va assister à la lutte entre les libéraux eux-mêmes maintenant… Eh oui ! C’est toujours comme cela… Maintenant il y a les libéraux un peu modérés, et puis il y a les libéraux qui veulent toujours aller de l’avant, les libéraux plus absolus. Alors on va les voir se battre entre eux parce ceux qui ont introduit le libéralisme dans l’Église, ce sont ceux qui actuellement détiennent le pouvoir à Rome. Ce sont eux, c’est le pape, et tous les gens qui sont comme le pape. Comme Ratzinger et tous les cardinaux qui occupent actuellement Rome sont des libéraux. Ce sont eux qui ont poussé à l’intérieur du Concile Vatican II, qui nous ont jeté dehors, qui nous en voulaient à mort, qui ont caché les signatures contre le communisme et tout ça, qui ont agi d’une manière odieuse, qui ont rejeté tous les schémas qui ont été préparés avant le Concile. Ils ont agi d’une manière inimaginable, nous traitant comme des parias. Alors ils sont arrivés au pouvoir, ils ont gagné le pouvoir. Ils ont chassé tous ceux qui étaient pour le passé de l’Église. Et puis maintenant ils se trouvent en place. [...] Et ainsi de suite. C’est pour cela qu’il va peut-être y avoir un peu de bagarre pendant ce Synode, c’est possible. Mais ce ne sera pas une bagarre pour un retour à la Tradition. Non. C’est quasiment impossible. Il suffit de lire le livre du Cardinal Ratzinger qui dit explicitement : Le Concile, c’est l’Église d’aujourd'hui et il n’est plus question de penser au passé de l’Église. C’est un passé révolu. C’est fini, il n’est plus question de retourner en arrière… Or il passe pour le plus traditionaliste ! Alors on se demande vraiment pourquoi ils sont effrayés par les quelques mots qu’a dit le Cardinal Ratzinger. Ils devraient penser qu’il est au moins aussi libéral qu’eux, alors ils n’ont pas à craindre, ils n’ont pas à se faire de souci. Mais, comme le Cardinal Ratzinger a le pouvoir maintenant là-bas, et qu’il est obligé de défendre quelque chose de Rome, il ne peut quand même pas dire « oui, amen » à tous ce que les évêques voudraient faire, alors il y a des oppositions et des difficultés, évidemment. »1

« Et cette déclaration qui a été faite au sujet des Juifs à Rome… On se demande si on lit bien, si c’est possible… si c’est possible qu’on dise que nous attendons encore le Messie : comme les Juifs actuels attendent encore le Messie, nous aussi nous attendons le Messie !
Invraisemblable, invraisemblable ! Nous nous demandons vraiment où nous sommes et qu’est-ce qu’il se passe dans l’Église…
Tout ça vient de ce libéralisme, vient de cette contagion qui s’est introduite à l’intérieur de l’Église. Il n’y a plus de vérités fixes, il n’y a plus de dogmes, plus de définitions. On ne veut plus définir les vérités. C’est pourquoi il nous est presque impossible de discuter avec ces gens-là. Quand on leur dit quelque chose, ils ont toujours cette idée que la vérité est vivante, l’Église est vivante, donc elle évolue toujours et toujours…
C’est pourquoi le Cardinal Ratzinger a dit : – Vatican II, c’est l’Église d’aujourd’hui… Et bien, alors, ce n’est plus l’Église d’aujourd’hui, puisque c’est déjà passé, Vatican II… Et bien, oui… c’est absurde, mais c’est comme ça ! Pour eux c’est une évolution continuelle. Alors on ne peut pas discuter avec eux. Quand je l’ai mis au pied du mur aussi, en lui posant, n’est-ce pas, la liberté religieuse et l’Encyclique Quanta Cura, il a dit : – Mais monseigneur, on n’est plus au temps de Quanta Cura !… Alors j’ai dit : – Demain, on ne sera plus au temps de ce que vous dites !… C’est absurde. On en arrive à des absurdités… Comment voulez-vous discuter avec des gens comme ça ?
C’est pourquoi – je vais à Rome – je n’ai pas du tout l’envie de voir le Cardinal Ratzinger… Mais on va lui confier quand même tous les dubia que nous avons sur la liberté religieuse. Il y en a comme ça !… Alors ils vont savoir faire travailler la Congrégation de la Foi… Je ne sais pas s’ils répondront. Pour moi, ou ils ne répondront pas, ou ils répondront des choses vagues, insignifiantes, ambiguës, des choses qui n’ont pas de sens… »2

« À ce propos, je vous invite vivement si vous pouvez le lire et le traduire, l’article de Si si No no du dernier numéro qui vient de paraître : Où conduit Jean-Paul II sa fidélité au Concile ? Et je vous assure, un article bien fait, bien argumenté, mais il montre très clairement, comme il cite des paroles du Cardinal Ratzinger : Le Concile ou la dévastation de l’Église – Syllabus contre contre-Syllabus, parce que le Cardinal Ratzinger dit : – Oui, en effet, le Concile Vatican II a été un contre-Syllabus… – Il l’a dit explicitement, il ne s’en cache pas ! C’est 89, voilà. Il le dit – …un contre-Syllabus, dans la mesure où il représente une tentative pour réconcilier officiellement l’Église avec le monde, tel qu’il est devenu depuis 1789 !… Si ce n’est pas clair ça, je ne sais pas ce qu’il vous faut ! [...]
Moi je voudrais bien aussi ne pas accepter ça, mais je l’ai vécu pendant le Concile, je l’ai vécu depuis le Concile, tout le temps, depuis vingt ans, je ne peux pas nier que Rome est sous l’influence de la Maçonnerie ! Rome est sous l’influence des maçons ! C’est sûr, voyez : réconcilier avec les principes de 89, les principes maçonniques ! C’est ce que disait le Cardinal Ratzinger, il ne s’en cache pas ! Le Vatican II est un effort pour se réconcilier avec 89. Vous vous rendez compte ? C’est effrayant !
Alors quand il dit ici dans cet article – ce n’est pas moi qui l’ai fait, si c’était moi qui l’avais fait, je serais encore accusé d’être sédévacantiste – mais c’est un nommé Marcus, que je ne connais pas, je ne sais pas qui écrit Marcus dans Si si No no, mais je vous assure, je vous recommande son article !
Alors, mes chers amis, il faut savoir choisir dans la vie, devant les événements… Il faut les voir tels qu’ils sont, il ne faut pas fermer les yeux en disant : – Je ne veux pas voir ça. C’est trop dur, c’est trop fort, c’est trop épouvantable. C’est épouvantable, mais si le Bon Dieu le veut, si le Bon Dieu nous met devant ces circonstances, qu’est-ce que nous allons faire ? Nous allons abandonner la foi ? Nous allons nous laisser, comme les autres, partir à la dérive ? »3

« Il faut savoir que dans cette commission romaine, il y a sept membres : cinq pour Rome et deux pour la Fraternité ! C’est inadmissible ! Imaginez la pression de cinq membres, dont le président, le vice-président et trois autres membres, contre deux autres membres de la Fraternité. C’est impossible. C’est nous mettre vraiment la main sur toute l’organisation de la Tradition, n’est-ce pas, d’autant plus que cette commission a un rôle très important : c’est elle qui est chargée, justement, de réaliser la réconciliation. C’est ça qui est dans le protocole. C’est elle qui est chargée de réaliser la réconciliation dans la pratique, parce que c’est elle qui aura directement rapport avec toutes les congrégations féminines, avec toutes les congrégations d’hommes, dominicains, franciscains, bénédictins, etc. et directement avec nous aussi. Nous serions tous là en rang, je dirais, devant la commission de Rome, à attendre quelque chose, à demander quelque chose… demander leurs ordres, en définitive ! C’est comme ça ! Et, comme c’est le Cardinal Ratzinger qui est président de la commission, c’est donc nous mettre pratiquement dans les mains du Cardinal Ratzinger… Alors ce n’est pas rien, ça fait réfléchir avant d’accepter une chose pareille !
Et encore dans l’interview que M. de Saventhem nous a envoyée, d’un journal allemand, avec le Cardinal Ratzinger, il a bien dit, explicitement :
– Il y a toujours des difficultés quand il y a un Concile. Il y a ceux qui en abusent. Il y a ceux qui n’en veulent pas. Et parmi ceux qui n’en veulent pas, bon actuellement il y a ceux qui sont sédévacantistes, bon ceux-là… et puis il y a ceux qui sont apparitionnistes, on n’en tient pas compte… Mais évidemment, il y a l’organisation de Mgr Lefebvre qui est tout de même importante, avec ses 200 prêtres, avec ses 500 lieux de culte, avec ses séminaristes, avec les religieux et les religieuses qu’il a autour… Enfin, il faut reconnaître que c’est une organisation qui est importante… mais malheureusement ils sont attachés au passé d’une manière absolument inadmissible, parce qu’il est inadmissible que dans l’Église il y ait un groupe qui refuse d’être au diapason de l’Église répandue à travers le monde…
Voilà. C’est tout à fait son esprit évolutif, n’est-ce pas. C’est toujours la même chose : la Tradition, c’est ce qui se fait aujourd’hui. Alors le passé, c’est le passé. Il n’est plus question, comme il l’a dit, plus question de revenir au Syllabus. Pas question, il l’a écrit cela. Alors c’est ça, c’est son esprit : maintenant il faut être de notre temps. Et donc il faut être Vatican II, il faut être suite de Vatican II. Voilà. Il est inadmissible qu’il y ait des groupes qui s’opposent à cela. C’est donc bien dans sa tête, voyez, il veut absolument nous faire arriver à ceux de Dom Augustin, ceux de Fontgombault, Una Voce en général, pas partout, mais c’est cela… Alors ça, nous n’en voulons…
Alors je pense que devant ce danger… pourquoi j’ai réuni à Notre-Dame du Pointet les responsables de différentes œuvres traditionnelles. Je leur ai dit :
– Je ne veux pas vous mettre dans les mains du Cardinal Ratzinger sans vous avertir… Et puis il faut que vous me donniez un peu vos impressions… Est-ce que, oui ou non, vous êtes d’accord ?
Alors évidemment, dans l’ensemble, je peux dire, ils ont été contre, et surtout les religieuses. Elles ont dit : – Non, devant des gens qui vont venir de Rome nous endoctriner et puis nous poser des tas de questions, vouloir nous ramener dans notre ancienne congrégation, nous ne voulons pas de ces gens-là, absolument pas… On les comprend. Elles ont dit : – Vous, vous êtes prêtres, vous avez votre vie, vous avez votre messe, etc. … Mais nous, pauvres religieuses, qu’est-ce qu’on va devenir ?… Ça a été un peu un cri d’angoisse. Je les comprends bien. Alors, je pense, devant le Bon Dieu, je pense qu’il nous faut continuer comme nous avons été. »4

« Je vous invite à lire le gros article de fonds de Si si No no qui a paru aujourd’hui, c’est sur le Cardinal Ratzinger. L’auteur de l’article, je ne sais pas qui parce c’est toujours des prête-noms, alors on ne sait pas, mais enfin, en tout cas l’article est très documenté, il en conclut : le Cardinal Ratzinger est hérétique ! Parce qu’il s’attaque, pas seulement aux décrets, comme il l’a dit, et aux décisions dogmatiques où on peut même discuter, décision infaillible, pas infaillible, Quanta Cura, le décret Lamentabili, etc. On peut discuter. Ce n’est pas ça qui est grave chez le Cardinal Ratzinger, c’est qu’il met en doute la réalité même du Magistère de l’Église. Il met en doute qu’il y ait un Magistère qui soit permanent et définitif dans l’Église. Ce n’est pas possible. Il s’attaque à la racine même de l’enseignement de l’Église, de l’enseignement du Magistère de l’Église. Il n’y a plus de vérités permanentes dans l’Église, de vérités de foi, par conséquent plus de dogmes dans l’Église. Ça c’est radical, évidemment que c’est hérétique ! C’est affreux, mais c’est comme ça !
Alors on voit la foi s’en aller, s’en aller, disparaître, et ils le disent d’une manière toujours plus évidente, toujours plus claire. Alors bien sûr que c’est nous qui ne sommes pas des catholiques, ce sont eux qui sont des catholiques ! Pourquoi ? Parce qu’ils sont sur les sièges des évêques… ce n’est pas une raison ! Comme disait Saint Athanase : – Vous avez les églises, nous on a la foi !… Eux ils ont les sièges épiscopaux, nous on a la foi ! C’est nous qui sommes catholiques, mais c’est évident ! »5



À la lecture de ces extraits des conférences spirituelles qu’il donnait dans son séminaire d’Écône, il est donc très clair que Mgr Lefebvre n’avait absolument aucune confiance dans le Cardinal Ratzinger.

Il nous faut maintenant répondre à une objection que l’on trouve souvent exprimée par ceux qui sont favorables au ralliement de la FSSPX aux modernistes romains : « Les propos de Mgr Lefebvre ont plus de 25 ans. Le Cardinal Ratzinger est depuis devenu Benoît XVI. Sa pensée est devenue beaucoup plus traditionnaliste ».


_______________________
1 Mgr Lefebvre. Conférence spirituelle du 28 octobre 1985
2 Mgr Lefebvre. Conférence spirituelle du 28 octobre 1985
3 Mgr Lefebvre. Conférence spirituelle du 20 mai 1986
4 Mgr Lefebvre. Conférence spirituelle du 9 mai 1988
5 Mgr Lefebvre. Conférence spirituelle du 8 février 1991

Source : Internet :-)

_________________
+Christus vincit!+Christus regnat!+Christus imperat!+


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:29 (2016)    Sujet du message: Le problème moral de la reconnaissance unilatérale de la fsspx

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com