Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'ambiguïté et L'équivoque sur le Jubilé

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sean Johnson


Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2015
Messages: 86
Localisation: USA

MessagePosté le: Sam 12 Mar - 00:44 (2016)    Sujet du message: L'ambiguïté et L'équivoque sur le Jubilé Répondre en citant

SSPX Still Struggling to Speak Straight: The Jubilee 
 
 
 

 
 
 
 
by Br. Athanasius, T.O.P. 
 
 
 

 
 
 
 
3/11/16 
 
 
 


It would appear the SSPX is having more trouble speaking plainly:

The evening of March 9, a friend emailed me to inform me that the SSPX had resurrected it's earlier article regarding SSPX participation in the Jubilee of Mercy(cited below), under a new title ("Our Participation in the Jubilee..."), and placed it back at the top of the page.

His astute observation was: "They put the Jubilee year article back to the top and gave it a new title. Notice how it's in the positive "our participation ". Most people will only skim the headlines and see just that."

In other words, viewers will just glean the title, and conclude the SSPX is participating in the Jubilee of Mercy.

The District House must have fielded some complaints in this regard, because they scratched the article from the site (but not before my friend captured a screen shot, which I will post when I can get back in touch with him).

Now the article reappears again, but this time with a more neutral title: "Will the SSPX Participate in the Jubilee..."

Will the SSPX participate in the Jubilee of Mercy? - District of the USA

So, is the SSPX participating, or abstaining, from participating in the Jubilee?


Both!

On the one hand, the article contains this statement:

"This is the reason why, although we can benefit from the extraordinary jubilee of Pope Francis to gain the indulgence and to sanctify ourselves as Roman Catholics, we cannot participate in the official ceremonies which, anyway, will be organized around the New Mass."

But then so too does the article contain (only two sentences further on) this statement of Bishop Fellay:

"When the floodgates of grace are opened wide, we must receive abundantly! A Holy Year is a great grace for all the members of the Church. We live, after all, by true mercy, as all the pages of the Gospel and of the traditional liturgy teach us."
The SSPX's participation in the Jubilee of Mercy - District of the USA

Anyone who takes the time to read this article will notice that in fact, 99.9% of the lengthy article runs in this latter direction; so much so, that the first quote claiming that the SSPX cannot participate in the Jubilee strikes the reader as a non-sequiter (i.e., A statement which seems not to follow logically from what has been said).

And the article then goes on to declare:

"Every district of the Society will inform you of the particular works to be performed in order to benefit from all the graces that Divine Mercy will grant us during this Holy Year. And in this way we will offer as well as possible our collaboration with the merciful will of God to save all people of good will."

In other words, while it would be much too flagrant a departure from the path of Archbishop Lefebvre for Menzingen to participate with the Romans in the formal activities planned (centered around the new Mass), nevertheless, the SSPX is offering Rome a moral unity in going as far as they can to participate in scheduling their own Jubilee activities, and requiring the various Districts to schedule such, and inform the laity of how they will participate!

It would seem Menzingen has lost the ability to speak plainly and honestly to the world.

It is as afraid to tell the truth as it is to lie, and is equally far from both!

Here is what Fr. Alphonsus Rodriguez, S.J. says on the subject of ambiguous speech in his 19th century masterpiece, "Practice of Perfection and Christian Virtues (Vol. II):"

Hopefully Menzingen will take a note and reflect on these words:

Tenth Treatise on Silence and Modesty (Chapter XI: That we must beware of all manner of lies):

"St. Bonaventure says further, you must not only always speak the truth, but speak it plainly and simply, without double-meaning and without equivocal words that may bear more than one sense, because that is a thing very foreign to religious straightforwardness and simplicity; and St. Augustine adds that such a manner of speaking is lying."

"There are people that do not want to lie and do not want to speak the truth either, but use circumlocutions and equivocations that you may understand one thing while they understand another."

"...in ordinary conversation it is not lawful, but is a vicious habit of men who are double-dealers and insincere..."

"And so experience teaches us that, when we know if any persons that they are addicted to this vice, though in other respects they be virtuous men, their acquaintances do not dare to trust them, but treat them with reserve and fear of being deceived."

"Then let that not be said of you which we hear said of some people: 'John is far from telling a lie and equally far from speaking the truth.'"

PS: A friend sent me screen shots of of both titles on the SSPX.org article, but I can't figure out how to load them here.



 
 
 
 
    
    
    

_________________
"I have passed on that which I have received." -Archbishop Lefebvre


Dernière édition par Sean Johnson le Sam 12 Mar - 03:11 (2016); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 12 Mar - 00:44 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Sean Johnson


Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2015
Messages: 86
Localisation: USA

MessagePosté le: Sam 12 Mar - 01:42 (2016)    Sujet du message: L'ambiguïté et L'équivoque sur le Jubilé Répondre en citant

Delete
_________________
"I have passed on that which I have received." -Archbishop Lefebvre


Revenir en haut
Dies Iræ


Hors ligne

Inscrit le: 14 Déc 2013
Messages: 109

MessagePosté le: Sam 12 Mar - 11:56 (2016)    Sujet du message: L'ambiguïté et L'équivoque sur le Jubilé Répondre en citant

Ma traduction







La FSSPX a toujours du mal à être sincère : Le Jubilé 
 
 
 
 
 
   
par le frère Athanase, T.O.P., 11 mars 2016
 
 
  
 
 
 
 
 
Il semble bien que la FSSPX ait de plus en plus de mal à s’exprimer sans détours : Au soir du 9 mars un ami m’écrit par voie électronique pour me signaler que la FSSPX a ressorti un ancien article à propos de sa participation au jubilé de la miséricorde (cité plus loin), sous un nouveau titre (« Notre participation au jubilé… ») et l’a remonté en haut de page. Il observe avec finesse que : « Ils mettent l’article sur l’année jubilaire en haut de page tout en lui donnant un nouveau titre. Remarque combien ce titre est positif « Notre participation ». La plupart des gens se limiteront à lire les titres en diagonale et n’y verront que cela. »


En d’autres termes, les visiteurs vont seulement attraper le titre et en conclure que la FSSPX participe au jubilé de la miséricorde.
Le siège du district (des USA NdT) doit avoir reçu quelques plaintes à ce sujet, après avoir éliminé l’article de leur site (mais pas avant que mon ami en ait fait une capture d’écran, que je mettrai en ligne dès que j’aurai pu le joindre).
Voilà donc que l’article réapparaît, mais cette fois-ci avec un titre plus neutre : « La FSSPX va-t-elle participer au jubilé… »

Will the SSPX participate in the Jubilee of Mercy? - District of the USA

Bon! La FSSPX participe-t-elle au jubilé ou non?


Le deux !


D’une part, l’article précise :
« C’est la raison pour laquelle, bien que nous puissions bénéficier du jubilé extraordinaire du pape François pour gagner une indulgence et pour nous sanctifier comme catholiques romains, nous ne pouvons pas participer aux cérémonies officielles qui, de toute manière, seront organisées sur la base de la nouvelle messe. »


Mais, d’autre part, l’article contient-il également (et seulement deux phrases plus loin) cette déclaration de Mgr Fellay :
« Quand les écluses de la grâce sont largement ouvertes, nous nous devons de la recevoir en abondance ! Une année sainte est une grande grâce pour tous les membres de l’Église. Après tout nous ne sommes en vie que par la grâce de la véritable miséricorde, comme nous l’enseignent toutes les pages de l’Évangile et de la liturgie traditionnelle. »
 

http://sspx.org/en/sspxs-participation-jubilee-mercy
The SSPX's participation in the Jubilee of Mercy - District of the USA

Quiconque prend le temps de lire cet article notera qu’en fait 99,9% de son contenu fort long va dans ce dernier sens ; tellement que le premier passage prétendant que la FSSPX ne peut pas participer au jubilé frappe le lecteur pour son incohérence (non-sequitur = on ne peut pas en déduire [en latin], marque de l’absence de logique en scolastique qui est utilisée comme adjectif qualificatif en anglais pour signifier « illogique » dans un cadre démonstratif — NdT) (c’est-à-dire une affirmation qui ne semble pas être la conséquence logique de ce qui a été dit précédemment).
Puis l’article se poursuit sur la déclaration suivante :
« Chaque district de la Fraternité vous informera des œuvres particulières à accomplir pour bénéficier des grâces que la Divine Miséricorde nous accordera durant cette Année Sainte. Et ainsi nous offrirons aussi bien que nous le pourrons notre collaboration avec la volonté miséricordieuse de Dieu pour sauver tous les gens de bonne volonté. »


En d’autres termes, alors que la participation de Menzingen aux activités officielles organisées par Rome (centrées sur la nouvelle messe) eût été une violation trop flagrante des voies de Mgr Lefebvre, néanmoins, la FSSPX offre aux Romains une unité morale en allant aussi loin qu’elle le peut dans la coopération, en organisant ses propres activités jubilaires, et en exigeant des divers districts qu’ils fassent de même, et en informant les laïcs du comment participer !


Il semble bien que Menzingen ait perdu la capacité de parler au monde avec honnêteté et sans détour.


La FSSPX est aussi apeurée de dire la vérité que de mentir, et est également éloignée des deux !


Voici ce que disait le père Alphonse Rodriguez, S.J. (saint Alphonse Rodriguez — NdT) à propos des paroles ambiguës dans son chef d’œuvre « Pratique de la Perfection et Vertus Chrétiennes » (vol. II) XIXème siècle (en fait cet ouvrage est du tout début du XVIIème siècle, l'édition de référence étant celle de Séville en 1615), espérons que Menzingen en prendra note et réfléchira sur ces mots :


Dixième traité sur le Silence et la Modestie (chapitre XI : Que nous devons prendre garde à toutes les manières de mentir)


« Saint Bonaventure dit plus loin, vous ne devez pas seulement toujours dire la vérité, mais la dire sans détour et simplement, sans double-sens, sans mot équivoque qui pourrait être chargé de plus d’un sens, parce que cela est tout à fait étranger à la franchise et à la simplicité religieuse ; et saint Augustin ajoute qu’une telle manière de s’exprimer c’est mentir. »
« Il y a des gens qui ne veulent pas mentir mais qui ne veulent pas dire la vérité non plus, ainsi usent-ils de circonvolutions et d’équivoques de manière à ce vous compreniez une chose alors qu’ils en entendent une autre. »
« … dans la conversation ordinaire la fourberie et l’insincérité est contraire à la règle (religieuse NdT) et est une habitude vicieuse… »
« Ainsi, l’expérience nous enseigne-t-elle que, si quelqu’un est soumis à ce vice, même si, par ailleurs, c’est un homme vertueux, ses relations n’osent pas lui faire confiance, mais le traitent avec réserve et dans la peur d’être trompées. »
« Aussi ne laissez pas dire de vous ce que nous entendons dire de certains ‘Jean, bien loin de mentir, est également loin de dire la vérité’ »




P.S. : Un ami m’a envoyé les captures d’écran des deux titres de l’article sur SSPX.org, mais je n’ai pas la moindre idée de comment les charger ici.
_________________
justitia Dei est ab æterno, Sum. Theol. 2a-2ae, qu. 58, art.2


Dernière édition par Dies Iræ le Sam 12 Mar - 15:27 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
Catharina T.O.P.


Hors ligne

Inscrit le: 29 Oct 2014
Messages: 262
Localisation: République Tchèque

MessagePosté le: Sam 12 Mar - 14:26 (2016)    Sujet du message: errata pour Dies Irae Répondre en citant

Dies Irae, vous avez omit un "T" en l'abbréviation de l'Ordre des Prêcheurs de l'auteur. Selon l'original anglais il ne s'agit pas de Frère Dominicain c'est O.P., mais de Frère du Tiers-Ordre de Saint Dominique c'est T.O.P.

Proprement :

La FSSPX a toujours du mal à être sincère : Le Jubilé





par le frère Athanase, T.O.P., 11 mars 2016

_________________
+Christus vincit!+Christus regnat!+Christus imperat!+


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dies Iræ


Hors ligne

Inscrit le: 14 Déc 2013
Messages: 109

MessagePosté le: Sam 12 Mar - 15:29 (2016)    Sujet du message: L'ambiguïté et L'équivoque sur le Jubilé Répondre en citant

En effet, avec mes excuses, corrigé.


En complément de cet exposé, et de cette médiocre traduction, je propose ici l'intégralité du chapitre XI de la Modestie et du Silence de saint Alphonse Rodriguez.


Pratique de la perfection chrétienne et religieuse, du R.P. Alphonse Rodriguez, de la Compagnie de Jésus, Traduite de l’espagnol, par l’Abbé Régnier-Desmarais, de l’Académie française. Édition de 1855. Livre « De la Modestie et du Silence »


Chapitre XI


Que nous devons éviter toute sorte de mensonge.


Sur toutes choses, dit le Sage, que la vérité marche toujours devant vous. Il semble qu’il ne soit pas nécessaire de recommander extrêmement ceci à des religieux, parce que c’est une chose assez recommandée d’elle-même. Dans le monde même, le mensonge passe pour un vice si honteux, que c’est faire un affront signalé à un homme, et de le déshonorer, que de lui dire qu’il ment. Que sera-ce par conséquent dans la religion, où la réputation d’un religieux est bien plus ternie par un vice de cette nature, que celle d’un séculier ne le serait dans le monde. On voit donc assez combien le mensonge est une chose honteuse et indigne d’un religieux : ainsi un religieux doit bien se garder de s’y laisser jamais aller, pour quoi que ce soit, ni pour excuser ses fautes, ni pour les cacher. Celui qui ment, de peur qu’on sache qu’il a failli, et qu’on l’estime moins, est bien éloigné d’avoir l’esprit de mortification et d’humilité. Vous devriez chercher les occasions de vous humilier et de vous mortifier ; et vous fuyez celles qui se présentent, et que vous ne sauriez éviter sans péché ; cela est très éloigné de la perfection que vous avez embrassée. Les théologiens et les saints disent qu’il n’est pas permis de mentir, quand il s’agirait du salut de tout le monde : voyez s’il n’est pas étrange que vous mentiez, pour n’être pas surpris en faute de rien, et pour vous épargner un peu de confusion. De sept choses que le Sage dit que Dieu hait, le mensonge est la seconde.


Il y a une autre façon de mentir, dans laquelle il ne se rencontre pas une volonté si déterminée ; c’est lorsqu’en racontant quelque chose, nous y ajoutons du nôtre. La vérité est une et indivisible ; elle ne reçoit ni augmentation ni diminution : ainsi quoi que ce soit qu’on ajoute au-delà de ce qui est ou de ce que l’on sait, on fait un mensonge. Cependant c’est une faute dans laquelle l’on tombe très souvent, parce que naturellement on aime à grossir et à faire valoir les choses qu’on dit, de sorte qu’on se laisse aller aisément à les exagérer, et que c’est de quoi on ne peut trop se donner garde.


Saint Bonaventure ajoute que l’on doit encore éviter les exagérations, parce que cela n’est pas convenable à la gravité et à la modestie religieuse. C’est votre sincérité et votre gravité qui doivent donner de l’autorité à ce que vous dites, et non pas ces termes d’exagération, qui non-seulement ne donnent aucune autorité à vos paroles, mais même vous font perdre celle que vous aviez auparavant. La raison en est, que par ces hyperboles, on exagère souvent les choses, non-seulement au-delà de ce qu’elles sont en effet, mais même au-delà de ce qu’elles peuvent être ; de sorte que tout le monde en reconnaît aisément la fausseté : ainsi les personnes qui ont coutume d’exagérer perdent bientôt toute sorte de créance. On dit que saint Ignace se servait très rarement des noms que les Latins appellent superlatifs, parce qu’il trouvait qu’ils exagéraient quelquefois les choses au-delà de ce qu’il faut, et qu’il ne voulait que les raconter simplement, sans les amplifier en aucune sorte : enfin il était si éloigné de toute exagération, que même il n’affirmait jamais celles qu’il savait le mieux.
Cette pratique est très bonne et plusieurs saints nous l’enseignent. N’affirmez ou ne niez jamais rien avec opiniâtreté, dit saint Bernard ; mais que toutes vos affirmations ou vos négations soient mêlées de quelque sorte de doute. Dites que cela est ainsi ; que vous êtes trompé si cela n’est pas ; qu’il vous semble l’avoir ouï dire. Si vous savez vous servir de ces manières avec discrétion, ce sera une façon de parler humble, modeste et pleine de retenue, et telle qu’elle convient à un religieux et à un chrétien qui n’a pas trop de confiance en lui-même, ni trop bonne opinion de son sentiment. Les saints, parce qu’ils étaient humbles, et qu’ils se défiaient toujours d’eux-mêmes, se servaient de ces manières de parler ; jusque-là que l’on rapporte d’un grand saint, que quand on lui demandait quelle heure il était, il ne répondait jamais précisément : Il est huit heures, ou, il est neuf heures ; mais seulement : il est à peu près huit heures, ou : il est à peu près neuf heures. Et quand on l’interrogeait pourquoi il répondait de cette façon : C’est, disait-il, que de cette sorte je suis du moins assuré de ne pas mentir, soit que l’heure soit sonnée, soit qu’elle ne le soit pas. C’est encore ici une autre raison pour laquelle il est de la prudence et de la modestie religieuse de dire toujours les choses avec un espèce de doute, sans beaucoup les affirmer ; parce que par ce moyen on se met hors de danger de faire un mensonge, de quelque manière que la chose soit. Mais quand on affirme absolument ce qu’on dit, et qu’on en répond, si ensuite, comme il arrive quelquefois, cela ne se trouve pas vrai, non-seulement on demeure honteux d’avoir dit une chose qui n’est pas vraie, et de l’avoir appuyée si fortement, mais on est cause aussi de la mauvaise édification que reçoit celui à qui on l’a dite, quand il vient à en découvrir la fausseté. Je dis ceci pour les choses que nous croyons certaines : car pour celles dont nous ne sommes pas entièrement assurés, et dont il nous reste quelque doute, quand même elles seraient comme nous les disons, c’est toujours mentir de les affirmer absolument, puisque c’est assurer ce qu’on ne sait pas ; du moins c’est se mettre en danger manifeste de mentir, ce qui est à peu près la même chose.


Saint Bonaventure passe plus loin. Que vos paroles, dit-il soient véritables et simples. Non-seulement vous devez toujours dire la vérité, mais vous devez aussi parler toujours simplement, sans vous servir d’équivoques, ni de mots à double sens : car cela est très-éloigné de la candeur et de la simplicité religieuse. Saint Augustin di même que cette façon de parler est un mensonge. Toute sorte de déguisement, dit-il, et toute espèce de duplicité est un mensonge. Il y a quelques personnes, qui d’un côté voudraient bien ne pas mentir, mais qui, d’un autre côté aussi, ne veulent pas dire la vérité ; et dans cette vue ils se servent de détours et d’équivoques, pour faire entendre une chose, lorsqu’ils en entendent une autre. Dans un cas important il est permis de se servir de ces équivoques, pour cacher ce qu’il est nécessaire de tenir secret ; mais dans les discours ordinaires cela n’est nullement permis : c’est le caractère d’un esprit double et déguisé, et par conséquent très-contraire à la candeur et à la simplicité non-seulement de la vie religieuse, mais aussi de le vie chrétienne, et même de la vie civile. Car il est certain que la fidélité du commerce que les hommes ont ensemble, ne reçoit pas moins d’atteinte par cette sorte de langage, que par un mensonge évident. Que s’il était permis de parler de cette façon, on ne pourrait plus se fier les uns aux autres. Aussi, quand un homme est sujet à ce défaut, nous voyons que quelque honnête homme il puisse être ailleurs, on ne veut point se fier à lui, et qu’on ne le pratique qu’avec défiance et avec crainte d’en être trompé. C’est pourquoi le Sage dit, que celui-là est haïssable, qui parle sophistiquement ; c’est-à-dire, qui parle avec dissimulation, et qui se sert d’équivoques et de termes ambigus, parce qu’on le regarde comme un homme double et de mauvaise foi. Évitez donc avec soin un langage si suspect ; et ne faites pas dire de vous ce qu’on dit ordinairement de quelques-uns, qu’ils ne mentent pas, mais qu’ils ne savent aussi ce que c’est que dire la vérité.
_________________
justitia Dei est ab æterno, Sum. Theol. 2a-2ae, qu. 58, art.2


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:26 (2016)    Sujet du message: L'ambiguïté et L'équivoque sur le Jubilé

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com