Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Interview de Mgr Fellay au journal La Liberté en 2001, il n'a pas changé!

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Louis


Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2013
Messages: 302

MessagePosté le: Lun 20 Jan - 00:02 (2014)    Sujet du message: Interview de Mgr Fellay au journal La Liberté en 2001, il n'a pas changé! Répondre en citant

http://www.fsspx.org/fr/organisation/supgen/entretiens-mgr-fellay/a_une-int…



La Liberté, 11 mai 2001


Cette interview a été publiée dans le quotidien suisse valaisan La Liberté, le vendredi 11 mai, sous le titre « Ecône veut l’unité sans rien céder ».
Discussions de couloir ou véritables négociations? Depuis la fin de l’année dernière, le Vatican et les traditionalistes d’Ecône se reparlent. Point de départ de cette ébauche de rapprochement: le pèlerinage de la Fraternité Saint-Pie X à Rome à l’occasion de l’Année sainte. Depuis, plusieurs rencontres ont eu lieu; la dernière daterait de la semaine dernière, glisse-t-on du côté d’Ecône. De quoi les parties parlent-elles? Quels sont les enjeux de ce dialogue, si dialogue il y a toujours? Le Vatican se tait: le cardinal Dario Castrillon Hoyos, président de la commission Ecclesia Dei (en charge des mouvements traditionalistes) ne s’exprimera que quand il aura des résultats à présenter, fait-on savoir à la salle de presse. Du côté d’Ecône, on se montre plus bavard. Successeur de Mgr Marcel Lefebvre à la tête de la Fraternité, Mgr Bernard Fellay, un des quatre évêques dont la consécration provoqua le ‘schisme’ de 1988, s’explique dans un entretien accordé à «La Liberté», au «St. Galler Tagblatt» et à la «Basler Zeitung».


La Liberté: Vous attendiez-vous à ce que Rome saisisse l’occasion de votre pèlerinage pour renouer le dialogue? Bernard Fellay: – Il y avait des signes avant-coureurs. Il y a une année, Mgr Perl, secrétaire de la commission Ecclesia Dei avait déclaré que le moment était venu de s’occuper de la Fraternité. Notre surprise est venue de l’ampleur et de la rapidité avec lesquelles Rome a dépassé une position presque radicalement contraire.
Pourquoi cette urgence du côté de Rome?


– Le pape arrive à la fin de son pontificat. Lui qui s’est voulu le champion de l’unité essaie de supprimer cette tache sur son pontificat. Pourquoi n’y a-t-il pas eu de rapprochement avant? Je pense que Rome avait besoin de constater que nous ne sommes pas aussi carrés que ce qui se dit.


Pour qui la discussion est-elle la plus compliquée, pour vous ou pour Rome?


– Pour nous, il y a un problème de confiance. Rome s’est conduite de manière destructrice pendant des années à notre égard. Cette attitude est inadmissible et doit disparaître. Le mouvement actuel de Rome envers nous est totalement différent. On est certainement en droit de se demander pourquoi. Sur ce point, nous attendons des réponses tangibles.


Et quels sont les points sensibles du côté du Vatican?


– Difficile de répondre alors que ces éléments sont encore sur la table. Je dirais simplement que Rome cherche une solution extrêmement pratique sans aborder les questions de fond.


Qu’attendez-vous concrètement de ces discussions?


Que Rome dise que les prêtres peuvent toujours célébrer l’ancienne messe. L’autre élément, c’est le retrait de la déclaration des sanctions (excommunication des évêques consacrés en 1988 par Mgr Lefebvre, ndlr.)


Quelles sont les concessions que la Fraternité est prête à faire pour permettre ce rapprochement?


– Nous sommes prêts à discuter, nous demandons même la discussion. Nous disons à Rome: voyez vous-mêmes, notre mouvement est une réponse valable à la situation dans laquelle se trouve l’Eglise. On demande que Rome veuille bien considérer les raisons qui sont derrière notre attitude, ce qui jusqu’à aujourd’hui ne s’est jamais fait.


Plus concrètement?


Nous sommes prêts à vivre avec ce monde qui s’est davantage séparé de nous que nous de lui. Cela veut dire reconnaissance de l’autorité de l’évêque, déjà effective en principe. Nous nous sentons catholiques, en effet. Notre problème est de savoir quelle est la référence.




Certains au sein de l’Eglise posent comme condition préalable la reconnaissance de tous les conciles. 


Accepter le concile ne nous fait pas problème. Il y a un critère de discernement quand même. Et ce critère, c’est ce qui a toujours été enseigné et cru: la Tradition. D’où un besoin de clarifications.


Vous en parlez déjà concrètement avec Rome?


– Non, et c’est pourquoi les discussions sont au point mort. Rome nous dit que cela prendrait trop de temps de discuter dans le détail des divergences, mais si nous n’en discutons pas, elles resteront entières.


Y a-t-il pour vous urgence?


– Pas autant que pour Rome.


Mais ne craignez-vous pas que le temps ne vous éloigne l’un de l’autre?


Au contraire.


La Fraternité Saint-Pie X parle-t-elle d’une seule voix?


Fondamentalement, oui, contrairement à ce que certains voudraient faire croire.


Qui décide d’avoir des contacts avec Rome, qui en jauge les résultats?


– Dès le moment où Mgr Lefebvre a décidé la consécration des évêques, il était clair que les relations avec Rome étaient du ressort du supérieur de la Fraternité. Donc du mien.


Rome propose-t-elle à la Fraternité une prélature personnelle du style de celle de l’Opus Dei?


– Disons que cela va dans cette direction. L’idée serait d’accorder aux évêques une véritable juridiction sur les fidèles.


Et la Fraternité Saint-Pie X, à quel statut aspire-t-elle?


Il nous faut une liberté d'action. Il faut que les fidèles qui désirent suivre l’ancienne messe puissent le faire sans brimade. La solution qui a été accordée à la Fraternité Saint-Pierre (mouvement traditionaliste resté fidèle au Vatican, n.d.l.r.) est invivable: on laisse les évêques locaux tout décider, eux qui sont pour la plupart radicalement opposés à la tradition. La raison qui est invoquée le plus souvent, fausse à mon avis, est que le biritualisme serait ingérable. Mais des évêques perçoivent très justement dans la liberté accordée à l’ancienne messe une remise en question des réformes post-conciliaires.


Remise en question que vous continuez de souhaiter?


Cela donne l’impression que nous rejetons tout de Vatican II. Or, nous en gardons 95%. C’est plus à un esprit que nous nous opposons, à une attitude devant le changement porté comme postulat: tout change dans le monde, donc l’Eglise doit changer. Il y a là un sujet de discussion, car il est indéniable que l’Eglise a perdu ce dernier demi-siècle une influence formidable. Elle a encore une influence, mais en tant qu’institution; l’influence réelle, celle des évêques par exemple, est très faible. L’Eglise en prend conscience, mais elle fait comme si elle n’avait plus la solution. Sa parole n’est plus claire. Regardez la réaction au moment de Dominus Jesus!


C’était une «parole claire», pourtant, non?


– Non. Il y a dans le texte des choses claires, et c’est contre elles que les «progressistes» ont réagi. Mais les formulations extrêmement fortes, auxquelles on n’était plus habitué et qui m’ont fait plaisir, sont modérées presque à chaque phrase par des apports du concile.


Ces formulations sont-elles pour vous un signe que Rome se rapproche progressivement de vos positions?


– Je n’en suis pas sûr, précisément à cause du mélange. On a vraiment l’impression que Rome, pour maintenir l’unité dans l’Eglise, est obligée de ménager la chèvre et le chou.


En vous mettant dans la peau de Jean-Paul II, comment géreriez-vous la diversité, bien réelle, de l’Eglise?


– Je pense qu’il faut revenir aux principes. A la nature de l’Eglise, sa mission, son être. Les solutions apportées à un problème réel sont trop humaines, même s’il y a certainement un côté humain dans l’Eglise. On cherche actuellement à tout prix l’unité, qui est certes un grand bien, mais pas une fin. C’est la foi qui cause l’unité. Si pour le bien de l’unité on met de côté une partie de la Révélation dont l’Eglise est dépositaire, on touche l’unité. Au contraire, si on affirme fortement ces vérités, forcément il va y avoir des divisions. Elles existent déjà. C’est d’ailleurs pourquoi nous demandons à Rome de réfléchir à deux fois avant de nous reprendre.


Que changerait pour vous une réconciliation avec Rome?


Rome reconnaîtrait cette position au moins fondamentalement comme valable.


Une valable parmi d’autres ou «la» valable?


– La position de Rome, diplomatiquement et politiquement parlant, sera certainement celle du pluralisme – même si elle pensait le contraire. Nous sommes nous-mêmes très prudents: pour nous, dans l’Eglise, il y a d’autres options valables et d’autres qui ne le sont pas.


Souffrez-vous des divisions à l’intérieur de l’Eglise?


Quand dans sa famille ça va mal, ça fait mal. Je ne souffre pas directement de l’excommunication. Mais l’état de l’Eglise me touche, ça oui.


Des fidèles d’Ecône ont récemment fait parler: affiches anti-avortement, page publicitaire contre la Gay Pride à Sion. Que pensez-vous de leur action?


– Je remarque qu’ils ne sont pas les seuls à ne pas être d’accord avec la tenue de la Gay Pride à Sion. L’évêque lui-même a dit clairement ce qu’il en pensait. Quant à la manière, il est tout à fait normal que ceux qui sont contre puissent le faire savoir, et que la liberté d’expression ne soit pas unilatérale.


Mais sur la manière?


– Je n’ai pas vu grand-chose d’offensant sur cette page.


Même pas «Tantes à Sion, tentation diabolique»?


– «Diabolique», c’est l’évêque qui le dit. Quand on essaie de faire passer une pensée, on essaie de trouver quelque chose qui accroche, même si ça choque. De ce côté-là, je pense que c’était réussi (rires). Je trouve qu’il y a beaucoup d’hypocrisie derrière les réactions à cette publicité. Faire une Gay Pride à Sion, ça, c’est de la provocation, et c’est tout à fait normal qu’on réagisse. Ce n’est pas juste que l’on donne toujours raison à ceux qui démolissent les valeurs chrétiennes.


A Fribourg, ville catholique, il n’y a pas eu de réaction semblable à la Gay Pride de 1999.


– Quand on est à moitié mort, on ne réagit plus.


Dernière édition par Louis le Ven 24 Jan - 03:37 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 20 Jan - 00:02 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Louis


Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2013
Messages: 302

MessagePosté le: Lun 20 Jan - 00:40 (2014)    Sujet du message: Interview de Mgr Fellay au journal La Liberté en 2001, il n'a pas changé! Répondre en citant

http://lacontrerevolution.wordpress.com/2014/01/17/pie-xii-et-veuillot-cont…

(C'est de Pie IX et non de Pie XII comme mentionné sur le lien)

« Bien que les fils du siècle soient plus habiles que ceux de la lumière, leurs ruses et leurs violences auraient sans doute moins de succès, si un grand nombre de ceux qui se disent catholiques ne leur tendaient pas une main amie. Ils ne sont pas rares, hélas ! Ceux qui, comme pour marcher d’accord avec nos ennemis, s’efforcent d’établir une alliance entre la lumière et les ténèbres, un accord entre la justice et l’iniquité, au moyen de ces doctrines qu’on appelle catholiques libérales. Or, ceux-ci sont plus dangereux et plus funestes que les ennemis déclarés… parce que, se tenant pour ainsi dire sur la limite des opinions condamnées, ils gardent l’apparence d’une véritable probité et d’une doctrine sans tache qui allèche les imprudents amateurs de conciliation, et qui trompent les gens honnêtes disposés à rejeter une erreur prononcée. De la sorte, ils divisent les esprits, déchirent l’unité et affaiblissent les forces qu’il faudrait réunir toutes ensembles contre l’ennemi. » 
 
Pie IX


 
 

 
 
"Deux puissances vivent et sont en lutte dans le monde moderne : la Révélation, ou la révolution qui veut ôter la Croix à la couronne et la couronne à la Croix. Nos Catholiques libéraux sentent le danger de la doctrine de 1789 ; de là, ces distinctions par lesquelles ils s’efforcent d’en détourner la conséquence pratique, et de composer un 89 particulier qui les fasse suffisamment révolutionnaires, et qui les laisse pourtant Catholiques. Mais l’entreprise est de concilier le mal et le bien, elle dépasse donc les forces humaines. Il est temps de dénoncer le point où la foi Catholique libérale devra cesser ou d’être libérale, ou d’être Catholique." 
 
Louis Veuillot dans "L’illusion libérale" 
 


Revenir en haut
Avila


Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2013
Messages: 168
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 20 Jan - 18:41 (2014)    Sujet du message: Interview de Mgr Fellay au journal La Liberté en 2001, il n'a pas changé! Répondre en citant

Merci Louis d'avoir ressorti cette interview des placards.

Je sais que les Dominicains, à l'époque, étaient déjà inquiets et qu'il y avait eu des froideurs entre eux et certains membres de la Fraternité. Ils voyaient bien le danger de Mgr Fellay déjà à l'époque semble-t-il.


Revenir en haut
Louis


Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2013
Messages: 302

MessagePosté le: Sam 25 Jan - 04:49 (2014)    Sujet du message: Interview de Mgr Fellay au journal La Liberté en 2001, il n'a pas changé! Répondre en citant

Tiens, tiens... trouvé sur DICI...


http://www.dici.org/documents/a-propos-dune-declaration-de-mgr-muller-sur-l…



 "Le cardinal Dario Castrillón Hoyos, préfet de la Congrégation du Clergé et président de la commission Ecclesia Dei, expliquait (...)  dans le Süddeutsche Zeitung du 25 septembre 2009, il précisait : « De 1988 jusqu’à l’an 2000 tous les dialogues ont été interrompus. Ils n’ont repris qu’en l’an 2000 et un nouveau processus a débuté, suivi de très près par le cardinal Ratzinger, alors membre de la Commission Ecclesia Dei. En 2001, dans un consistoire présidé par le Saint-Père, tous les cardinaux présents ont accepté le processus pour l’entrée en communion des Lefebvristes. Dans la présentation au consistoire, en se basant sur une Note de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, on a dit que les frères excommuniés n’avaient pas un caractère hérétique ou schismatique. Ils étaient certes le produit d’une action schismatique. En ce qui concerne leur position face au Concile Vatican II, les difficultés se sont exprimées sur le texte de certains documents et surtout de certaines interprétations du Concile. Les plus grandes difficultés se rapportaient au décret sur la liberté religieuse et l’œcuménisme. »






Tout avait déjà été négocié dans le Grec... il fallait juste prendre le temps de faire passer la pilule et de désarmer l'opposition sans créer trop de remous... je dois l'avouer, c'est tout un travail! ( Twisted Evil   Evil or Very Mad )




Groupe de réflexion entre catholiques


http://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_de_r%C3%A9flexion_entre_catholiques#mw-…http://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_de_r%C3%A9flexion_entre_catholiques#p-s…
Le Groupe de réflexion entre catholiques (GREC) est un cercle de « rencontres et de discussions entre catholiques1 » qui a pour but de favoriser les relations et les échanges entre la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X et l’Église catholique en France2.


Histoire
Le GREC est né en 1997 à l’initiative de Madame Huguette Pérol, veuve de l’ambassadeur de France à Rome Gilbert Pérol.
Pendant 12 ans, le groupe s'est réuni chaque mois, invitant divers intervenants et organisant notamment, en 2003, un colloque très remarqué sur le thème « tradition et modernité2 ».
Après avoir organisé de discrètes conférences entre la FSSPX et le Saint-Siège à la nonciature de Paris, il a décidé de se mettre en retrait en 2009, lorsqu'ont commencé les discussions doctrinales.
Membres
  • L'abbé Alain Lorans, de la FSSPX, directeur de DICI.
  • L’abbé Claude Barthe, né en 1947, prêtre du diocèse d’Auch.
  • Le père Michel Lelong, né en 1925, père blanc, très actif jadis dans le dialogue avec les musulmans.
  • Le père Olivier de la Brosse, né en 1931, longtemps en poste à Rome.
Notes et références
  1.  Communiqué du GREC lors de la levée des excommunications des évêques de la FSSPX [archive], sur www.laportelatine.org,‎ janvier 2009 (consulté le 21 juillet 2012)
  2. ↑ a et b « Le rôle cardinal du G.R.E.C. », Golias,‎ 19 janvier 2007 (lire en ligne [archive])



http://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_de_réflexion_entre_catholiques


Plus de détails sur le GREC dans cet article de La Sapinière


http://www.lasapiniere.info/archives/12

 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:06 (2016)    Sujet du message: Interview de Mgr Fellay au journal La Liberté en 2001, il n'a pas changé!

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com