Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'Eglise et l'Apostasie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2014
Messages: 319
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Sam 4 Juin - 11:55 (2016)    Sujet du message: L'Eglise et l'Apostasie Répondre en citant

Axel Thienpont
le 3 juin 2016
Ste Clotilde


Cher Monsieur l'abbé,


Je n'ai pu vous donner la PJ ci-jointe au Puy en Velay, avant votre départ. J'espère que vos déboires automobiles s'arrangent au mieux.


J'ai lu votre livre l'Église et l'Apostasie, et trouvé remarquable de par la quasi-exhaustivité des citations. Je ne partage pas l'ecclésiologie de Mgr Tissier du N° 85 du Sel de la Terre, que je trouve « décalée » déjà de celle de Mgr Lefebvre. Mais je partage la note 549 qu'il cite en vos pages 304, 305.


Je ne partage pas entièrement vos pages 306, 307, car je pense plutôt que les citations ne se contredisent qu'en apparence! Au contraire, je les vois se compléter les unes les autres! Tout est affaire de sémantique, les mots Église, Rome, pape, pontife romain, Petrus, papauté (réelle catholique), pseudo-papauté (conciliaire), et même soumission ou obéissance, etc..., restant à préciser!


NSJC a-t-il « obéi » à Ponce Pilate? Non. NSJC n'obéit qu'à Son Père.
S'est-il « soumis » à son jugement? Oui. Car Son Père est l'auteur de l'autorité naturelle de Ponce Pilate sur la chair du Verbe, mais pas sur le Verbe.
Mgr Lefebvre a-t-il désobéi aux papes ? Oui. A-t-il désobéi à l'Eglise ? Non. Est-il « soumis » aux papes ? Hé bien oui ! Il accepte pleinement d'être « excommunié d'une contre-façon de l'Eglise, et c'est tant mieux ! « Telle est la patience des saints », malgré que « il fut donné à la Bête de vaincre les saints » (dans leur chair, pas dans leurs âmes). Apocalypse.


Les seules certitudes qui nous restent dans la grande tribulation qui est la nôtre sont bien celles de Mgr Lefebvre et de Castro-Mayer:
  • l'église conciliaire n'est pas l'Église, et c'est l'unique argument qui sauvera la Tradition, y compris dans la « résistance »,
  • tous les papes depuis Jean XXIII (élection blanche-noir-blanche) sont douteux, pour chacun une raison différente, avec un point d'orgue maximal pour Jean-Paul 2. Ce qui autorise l'opinion de doute sur tous les successeurs de JP2, du fait des cardinaux et conclaves mis en place,
  • toutefois, faute de preuve formaliter, et non seulement materialiter, le pape est une personne physique existante sur terre, même « hors de l'Eglise » au for externe, toujours convertissable par Dieu qui peut le remettre dans l'Église au for externe.



Je suis d'accord avec Mgr Guérard des Lauriers sur le concept du pape qui ne remplit pas sa fonction, mais pas sur la façon de l'exprimer, sa sémantique.


Un chef materialiter ne peut l'être que formaliter, tant qu'une juridiction au moins égale ne l'a pas déposé formaliter. On pourrait en effet affirmer le contraire: les papes conciliaires sont materialiter hors de l'Église, et donc non papes materialiter, du fait que c'est leur juridiction objective, leurs enseignements et droits canons, qui sont matériellement autre chose que ceux de l'Église, tout comme l'Église condamna materialiter d'abord les écrits de Luther, et ensuite seulement formaliter sa personne.


D'où il suit que les papes conciliaires ne sont que materialiter condamnés par la Tradition, hors de laquelle ils se situent eux-mêmes materialiter. Mais pour qu'ils soient condamnés formaliter, il faut une autorité de juridiction ordinaire au moins égale à celle d'un pape pour le sanctionner: c'est bien là notre tribulation, celle d'être « soumis » aux jugements de papes qui au lieu de se condamner eux-mêmes formaliter, condamnent au contraire la Tradition, « pseudo-formaliter » car ils le font au nom d'une autorité qui n'est pas celle de la Rome de toujours, qu'ils ont quittée. D'où le mot de Mgr Lefebvre: « Leurs sanctions sont nulles », sanctions étant autant leurs excommunications que leurs canonisations, inversions subversives de celles de l'Eglise.


Vous avez tort d'écrire (page 304 au milieu) que « personne n'a pu faire la preuve sans contredire les promesses du Christ que l'autorité suprême de l'Église pourrait répandre etc... ». Car c'est en faisant une bonne synthèse cohérente de vos propres citations apparemment contradictoires que:
  • Petrus ou Pierre signifie plus la papauté comme institution divine et fonction pontificale, que la personne physique du pape, toujours a priori faillible, quand ses dispositions ne correspondent pas aux grâces d'état,
  • Mgr Guérard des Lauriers a tort de ne pas envisager des papes hors de l'Église, ce que Mgr Lefebvre envisage sans détour, et que j'appelle sédé-absentéisme,
  • sédé-absentéisme qui distingue entre l'absence du pape sur le siège apostolique, et absence du pape sur terre, seul cas de sédavacance canonique,
  • sédé-absentéisme permanent, car le Concile a renversé le siège apostolique pour le remplacer par un siège pseudo-apostolique, la Rome conciliaire.



Tant que même dans la résistance, on ne fonde pas notre irréconciliation absolue sur l'existence d'une nouvelle Rome comme tête de l'église conciliaire, aspirant tous les catholiques hors de l'Église, à commencer par les papes eux-mêmes, alors les catholiques que nous voulons rester risqueront de se méprendre soit sur l'Église, soit sur les papes.


Vous avouerai-je que je ne partage pas entièrement la perception de Mr l'abbé Pivert? Celui-ci refuse « les modernistes » qui ont piraté l'Église. Mais il me paraît plus moraliste que canoniste. Certes les papes tout comme Mgr Fellay sont moralement condamnables, mais ils le sont d'abord doctrinalement et canoniquement. L'abbé Coache dit du droit canon 1917 qu'il est NSJC au for externe. De même, Mgr Lefebvre ne l'a pas dit explicitement, mais « ce code est pire que le novus ordo », veut dire qu'il est le Concile au for externe. Or l'Église juge et se juge uniquement au for externe (abbé Coache).


Nous n'avons donc pas seulement affaire à « des modernistes » dans l'Église (abbé Pivert), mais bien plus à l'Église captive d'une pseudo-papauté, pseudo-Rome, pseudo-canonisée en 1983, réalisant ce que disait St Pie X « ils paraissent divisés mais forment un système cohérent », et ce que le Père Calmel appelle l'appareil des modernistes, le pandemonium de l'antéchrist. La prélature personnelle n'est qu'une cage que Fellay et Cie voit dorée, mais la remise en tôle sous juridiction de la Contr-église conciliaire, des enfants adoptifs de Dieu libérés par une juridiction de suppléance, qu'il faut à tout prix neutraliser et éliminer pour faire disparaître la foi de la surface de la terre...


Relisez toutes les citations en considérant que les mots Pierre, Petrus, papauté, Rome, Église, etc..., ne peuvent en rien s'appliquer ni à l'église conciliaire humaine non divine, ni à aucun de ses membres, fut-il le pape, car les faits percus par la perspicacité surnaturelle de Mgr Lefebvre étaient tout simplement « inimaginables » par des auteurs antérieurs au Concile. Et vous verrez ô combien Mgr Lefebvre a toujours la réponse précise et totale à Mgr Guérard des Lauriers:
  • l'église conciliaire n'est pas l'Église,
  • les papes conciliaires le sont de l'Eglise, au titre de l'indéfectibilité de la papauté, mais hors de l'Église ils sont illégitimés ipso facto et n'ont plus d'autorité sur Elle,
  • l'Église a une nouvelle maladie, avoir « ses » papes malades qui, partis dans une autre, la persécutent. Et par suite Ecclesia suplet par une juridiction universelle de suppléance des papes , tant que ceux-ci n'auront pas au minimum quitté formaliter l'église conciliaire.



« N'abandonnez pas l'Eglise » a dit Mgr Lefebvre. Mais on oublie ce qu'il a ajouté immédiatement: « n'abandonnez pas les fidèles! ». Il ne s'est jamais agi pour lui de ne pas abandonner « l'église conciliaire » ou la « Rome conciliaire », bien au contraire, et encore moins de « voler à son secours »!


Que dire de la seconde Bête de l'Apocalypse ?
Je n'hésite pas à dire qu'elle est la Rome conciliaire, refusée par Mgr Lefebvre dès novembre 1974.
Je ne partage pas votre « hypertrophie » de l'Etat d'Israël pour plusieurs raisons philosophiques.


L'homme a deux dimensions : horizontale, il est social, verticale, il est religieux. La croix en est le symbole, et NSJC n'a pas voulu être seulement décapité, comme beaucoup de martyres à sa suite, même si nombreux furent aussi les martyres crucifiés de diverses manières. Sa mort physique est la conséquence d'une mort spirituelle (« Tu mourras de mort »). L'ordre selon Dieu est la subordination des pouvoirs temporels aux pouvoirs spirituels. Dieu n'ayant créé que des paternités, autorités, juridictions subjectives dans des sujets intelligents et libres, l'homme libre n'a qu'un choix à faire : paternité divine ou paternité diabolique. La Révolution réalise d'abord la première Bête, temporelle, sortie des eaux du mensonge et de la mort. Mais la tête guérie par prodige représente plus le judaïsme des B'nai Brith et des médias, que l'état d'Israel tout nationaliste et raciste qu'il soit, mais qui pourrait connaître un second holocauste programmé par les premiers, pour les besoins de leur cause, devoir d'une mémoire qui s'effrite...


La Révolution conciliaire réalise la seconde Bête, à Rome, la terre des vivants à la grâce, mais aussi la subversion totale : une pseudo-papauté, de substitution à la papauté catholique qui ainsi se soumet au pouvoir mondial luciférien. D'où l'Agneau (Rome, papauté apparente) qui parle comme le dragon.


Mais habemus papam cependant: habemus papam sédé-absent de l'Eglise, parti dans la Contr-église, because malade d'Alzheimer spirituel...
On ne se met pas sous juridiction de malades d'Alzheimer, proposant une prélature personnelle rédigée par des malades d'Alzheimer...


Question de bon sens autant que de foi...


In Christo per Mariam, bien à vous,


Axel Thienpont
_________________
credidimus veritati


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 4 Juin - 11:55 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com