Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

De l'authentique thomisme

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2015
Messages: 270

MessagePosté le: Lun 1 Aoû - 18:57 (2016)    Sujet du message: De l'authentique thomisme Répondre en citant

Thomisme Véritable
30 julliet, 2016

Numéro CDLXXII (472)
 
La vérité qui est telle exclut toute contradiction.
La « vérité » qui admet l’erreur est une vérité-fiction.




La manière dont le modernisme mélange l’apparente sincérité et la bonne foi avec la dissolution de la vérité est si dangereuse pour la véritable foi des Catholiques qu’elle ne peut jamais être trop souvent décrite ou analysée. La question récente d’un laïc traditionnel nous donne encore une occasion de le faire. Il demandait s’il est prudent pour un prêtre de la Fraternité Saint Pie-X de lire régulièrement une revue thomiste Conciliaire, étant donné que la FSSPX n’a fourni jusqu’ici rien de régulier à lire au sujet de la pensée et de la doctrine du plus grand philosophe et théologien de l’Église, Saint Thomas d’Aquin. Il faut répondre que ce prêtre aurait avantage à faire très attention pour tout le moins, car le thomisme Conciliaire est une contradiction dans les termes, alors qu’en des termes modernistes – et c’est là le problème –, on peut facilement faire semblant que ce n’est pas contradictoire.
Le thomisme Conciliaire est une contradiction dans les termes réels, car les enseignements de Saint Thomas s’efforcent, et en grande mesure y réussissent, de se conformer au seul ordre implanté dans les choses réelles à l’extérieur de nos esprits par le seul vrai Dieu. Au contraire, Vatican II présuppose que l’homme moderne a déstabilisé cet ordre statique qui est dans les choses et centré sur Dieu (voyez le commencement de Gaudium et Spes ), et donc pour que la religion de Dieu ait un sens encore pour l’homme moderne, elle doit être reconfigurée dans des termes dynamiques et anthropocentriques, ce qui fait que le vrai thomisme n’est plus fidèle à la réalité d’aujourd’hui, mais plutôt dépassé.
En termes modernistes, le thomisme demeure un monument historique de la pensée humaine, un superbe système intellectuel dont la logique et la consistance sont tout à fait admirables. Ainsi, les séminaristes de la FSSPX, par exemple, peuvent l’apprendre comme un bottin téléphonique, mais si ces séminaristes se laissent ramener sous le charme de Vatican II, ils ne verront plus le thomisme comme la seule voie pour combattre les erreurs modernes, et pour interpréter le monde ils seront facilement séduits par bien d’autres façons de penser « au goût du jour ». Bref, les modernistes n’iront pas défier le thomisme sur son propre terrain, ils affirmeront même qu’ils sont entièrement d’accord avec lui sur son terrain. Ils diront simplement qu’aujourd’hui le terrain a changé et que le thomisme n’est plus uniquement valide, ou n’est plus la seule voie pour accéder à la vérité. Voilà comment les partisans de Vatican II peuvent bien penser qu’ils sont en accord avec le thomisme, alors qu’ ils ne le sont pas du tout.
Que l’arithmétique élémentaire illustre ce point. Deux et deux font quatre, et dans la vie réelle, en réalité, ils ne peuvent rien faire d’autre, ni trois ni cinq. Mais un arithméticien moderne peut dire : « Affirmer que deux et deux font uniquement et exclusivement quatre montre une trop grande étroitesse d’esprit. C’est plus créatif et progressif de dire qu’ils peuvent aussi faire cinq ou six – soyons ouverts d’esprit – Six Millions ! » Et puisque cet arithméticien moderne n’exclut pas que deux et deux fassent quatre, mais inclut volontiers cette addition aussi dans son ouverture d’esprit, il peut sincèrement croire que son arithmétique n’est pas en contradiction avec l’ancienne arithmétique. Mais qui ne voit qu’en réalité il discrédite totalement la « vieille » et véritable arithmétique ? L’arithmétique qui correspond à la seule réalité à l’extérieur de nos esprits pas seulement inclut que deux et deux font quatre, mais aussi elle exclut absolument toute autre addition. Et cette arithmétique seule correspond à l’unique réalité, ou, est véritable. Ainsi, la croyance et la pensée qui seules correspondent à l’unique ordre naturel et surnaturel de Dieu existaient bien sûr des siècles avant Saint Thomas (1225–1274). Il n’a fait que mettre tout ensemble dans un système incomparable. Mais ce n’est pas le fait du système qui le rend véridique. Ce qui le rend singulièrement véridique en tant que système, c’est sa correspondance unique à la réalité.
Par conséquent, si les auteurs de cette revue thomiste sont aussi des partisans avérés de Vatican II, ils ne croiront sûrement pas que le thomisme, dans le sens évoqué ci-dessus, soit unique ; et dans ce cas-là on pourra les appeler des « thomistes de bottin téléphonique », mais ils ne sont certainement pas de vrais thomistes. Alors le prêtre mentionné plus haut, sera-t-il toujours en mesure de faire la distinction ? C’est peu probable s’il se laisse entraîner en ce moment même vers Vatican II.


Kyrie eleison.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 1 Aoû - 18:57 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2015
Messages: 270

MessagePosté le: Lun 1 Aoû - 19:12 (2016)    Sujet du message: De l'authentique thomisme Répondre en citant

Merci à Mgr Williamson pour ce commentaire qui est une nouvelle réplique à ce discours du fatidique Jean-Paul II :
https://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/fr/speeches/1979/november/docume…
"Faudrait-il craindre qu’en adoptant la philosophie de saint Thomas on compromette la juste pluralité des cultures et le progrès de la pensée humaine ? Une telle crainte serait manifestement vaine parce que la « philosophia perennis », en vertu du principe méthodologique mentionné plus haut selon lequel toute la richesse contenue dans la réalité a sa source dans l’ « actus essendi », a, pour ainsi dire d’avance le droit à tout ce qui est vrai par rapport à la réalité. Réciproquement, toute compréhension de la réalité — qui reflète effectivement cette réalité — a pleinement droit de cité dans « la philosophie de l’être », indépendamment de celui qui a le mérite d’avoir permis ce progrès dans la compréhension et indépendamment de l’école philosophique à laquelle il appartient. Les autres courants philosophiques si on les considère de ce point de vue, peuvent donc, et même doivent être considérés comme des alliés naturels de la philosophie de saint Thomas, comme des partenaires dignes d’attention et de respect dans le dialogue qui s’effectue face à la réalité et au nom d’une vérité non tronquée de cette réalité." - sans commentaire !


Par ailleurs plusieurs sites internet mettent en ligne beaucoup de textes de saint Thomas et autres grands auteurs thomistes, de bonne qualité, notamment :
http://docteurangelique.free.fr/saint_thomas_d_aquin.html
qui comporte sur sa page d'accueil : "Cet Institut vise à proposer une formation solide et complète à la lumière du saint concile Vatican II et de saint Thomas d’Aquin". Donc prendre les fichiers de bonne qualité et se tenir à distance des commentaires qu'ils proposent !
(ou alors si avez le temps de vous divertir : http://docteurangelique.free.fr/cours/10_le_saint_concile_vatican_ii.html )


Dernière édition par gillou47 le Lun 1 Aoû - 19:23 (2016); édité 4 fois
Revenir en haut
gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2015
Messages: 270

MessagePosté le: Lun 1 Aoû - 19:19 (2016)    Sujet du message: De l'authentique thomisme Répondre en citant

Dans la IIa IIae (question 115) il y un article qui m'intéresse beaucoup car saint Thomas dit qu'il vaut mieux risquer d'attribuer trop de vertu à une personne que de risquer de lui attribuer trop de fautes.

article 2 : Comparaison entre la contestation et l'adulation

Objections:
1. Il apparaît que la contestation est un péché moindre que le vice contraire, qui est la complaisance ou l'adulation. Car plus un péché est nuisible, plus il est grave. Or l'adulation est plus nuisible que la contestation, car on lit en Isaïe (3, 12): « Ô mon peuple, ceux qui te disent bienheureux te trompent, et ils effacent les chemins que tu dois suivre. » Donc l'adulation est un péché plus grave que la contestation.
2. Dans l'adulation il y a une certaine tromperie, car l'adulateur dit une chose, et son coeur pense autrement. Or le contestataire est sans tromperie, car il contredit ouvertement. Or celui qui pèche en trompant est plus vil, d'après Aristote d. Donc l'adulation est un péché plus grave que la contestation.
3. La honte consiste à redouter le déshonneur, comme le montre Aristote. Mais l'homme éprouve plus de honte à être adulateur que contestataire. Donc la contestation est un péché moins grave que l'adulation.

Cependant, c'est un fait qu'un péché apparaît d'autant plus grave qu'il s'oppose davantage à une situation spirituelle. Or la contestation paraît s'opposer davantage à un office spirituel il est dit en effet (1 Tm 3, 2): « L'évêque ne doit pas être contestataire » et (2 Tm 2, 24): « Il ne faut pas que le serviteur de Dieu soit contestataire. » Donc la contestation semble être un péché plus grave.

Conclusion:
Nous pouvons parler de ces deux péchés à un double point de vue. D'abord en considérant l'espèce de ces deux péchés. Et à ce point de vue un péché est d'autant plus grave qu'il s'oppose davantage à la vertu contraire. Or la vertu d'amitié tend plus fondamentalement à faire plaisir qu'à contrister. Et c'est pourquoi le contestataire qui cherche à contrister sans aucune limite pèche plus gravement que le complaisant ou le flatteur qui cherche surabondamment à faire plaisir.
D'autre part on peut considérer ces deux péchés selon leurs motifs extérieurs. Et à ce point de vue l'adulation est parfois plus grave, par exemple quand elle cherche à obtenir de l'honneur ou un profit par une tromperie injustifiable. Mais parfois la contestation est plus grave, par exemple si l'on veut combattre la vérité, ou attirer le mépris sur celui que l'on contredit.

Solutions:
1. De même que le flatteur peut faire du mal en trompant secrètement, le contestataire peut parfois nuire en attaquant ouvertement. Or il est plus grave, toutes choses égales d'ailleurs, de nuire ouvertement à quelqu'un, comme par violence, que de façon cachée; c'est pourquoi la rapine est un péché plus grave que le vol, nous l'avons dit précédemment.
2. Dans les actes humains ce qui est le plus grave n'est pas toujours le plus laid. La beauté de l'homme lui vient de la raison, et c'est pourquoi les péchés les plus laids sont ceux où la chair l'emporte sur la raison. Pourtant les péchés spirituels sont les plus graves, parce qu'ils procèdent d'un plus grand mépris. De même les péchés comportant une tromperie sont plus laids, en tant qu'ils paraissent découler d'une certaine faiblesse et fausseté de la raison, alors que les péchés manifestes viennent parfois d'un plus grand mépris. Et c'est pourquoi l'adulation, comme liée à la tromperie, semble plus laide, mais la contestation venant d'un plus grand mépris, apparaît plus grave.
3. Comme nous l'avons dit, la honte considère la laideur du péché. Aussi n'a-t-on pas toujours plus de honte du péché le plus grave, mais du péché le plus laid. De là vient que l'homme éprouve plus de honte de l'adulation que de la contestation, bien que celle-ci soit plus grave.

-----------

ça fait longtemps que je l'avais repéré et j'aurais aimé en discuter pour la justesse du propos - et non par pur esprit de conciliation


Revenir en haut
Moreno


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 152

MessagePosté le: Lun 15 Aoû - 16:58 (2016)    Sujet du message: De l'authentique thomisme Répondre en citant

- Mgr Williamson - Initiative St Marcel - 13 aout 2016
tr_bq a écrit:

Soyons forts d’esprit, de manières douces. La mollesse d’esprit rend bête, sentimental.

Une erreur n’est jamais convenablement réfutée tant qu’elle n’est pas déracinée. En d’autres mots, pour vaincre une erreur il faut montrer non seulement qu’il s’agit d’une erreur mais encore la raison pour laquelle c’est une erreur. Supposons, avec le Commentaire de la semaine dernière, que le Communiqué du Supérieur Général de la Fraternité Saint Pie-X du 28 juin dernier, en regardant vers les prêtres pieux de la Fraternité pour résoudre la crise de la Foi dans l’Église, commet l’erreur de mettre la charrette de la prêtrise avant le cheval de la Foi. Montrons alors ici que cette erreur a sa racine dans la dévaluation de l’esprit presque universelle aujourd’hui, ainsi que dans la surévaluation de la volonté, ayant pour résultat même inconscient le mépris de la doctrine (à l’exception de la doctrine des Beatles, « All you need is luv »).


Déjà vers le début du Communiqué s’esquisse cette erreur lorsqu’il affirme que le principe central qui est condamné dans Pascendi, condamnation magistrale du modernisme par Pie-X, est celui de « l’indépendance ». Non. Le principe qu’il condamne constamment comme étant à la racine du modernisme est plutôt l’agnosticisme, la doctrine qui nie que l’esprit puisse savoir quoi que ce soit au-delà de ce qui apparaît aux sens. Cette impuissance est suivie par l’indépendance de l’esprit par rapport à son objet, laquelle est suivie à son tour par la déclaration d’indépendance de la volonté envers tout ce dont elle ne veut pas dépendre. C’est dans la nature des choses que l’esprit doit d’abord être ainsi suicidé avant que la volonté ne puisse déclarer son indépendance. Ainsi, lorsque le Communiqué met l’indépendance avant l’agnosticisme au cœur de Pascendi, cela indique que le Communiqué fait plutôt parti du problème de l’Église que de sa solution.


Et d’où vient à son tour cette dégradation de l’esprit et de la doctrine ? En premier de Luther qui qualifia la raison humaine de « prostituée », et qui plus que quiconque mit la chrétienté sur le chemin sentimental qui a mené à son autodestruction d’aujourd’hui. Mais cela prit plus de 500 ans ? Oui, car il y a eu de la résistance naturelle et catholique en chemin. Mais Luther avait raison lorsqu’il a dit au Pape qu’il finirait par le détruire – « Pestis eram vivus, functus tua mors ero, Papa » – Une plaie pour Vous j’ai été lorsque j’étais en vie, Mais une fois mort, ô Pape, je serai Votre mort.


À cette radicale et gigantesque erreur de la dégradation de l’esprit et de la doctrine, on peut attribuer deux sous-erreurs dans le cas de l’auteur du Communiqué du 28 juin : premièrement, son incompréhension de Mgr Lefebvre et, deuxièmement, sa trop grande compréhension de Madame Cornaz (nom de plume Rossinière).


Comme beaucoup d’entre nous autres séminaristes à Écône lorsque Mgr Lefebvre y présidait, Bernard Fellay était à juste titre enchanté et émerveillé par l’exemple extraordinaire sous nos yeux de ce que peut et doit être un prêtre catholique. Mais la colonne vertébrale de la prêtrise de Monseigneur et de son combat héroïque pour la Foi n’était pas sa piété – nombre de modernistes sont « pieux » – mais sa doctrine, doctrine de la prêtrise éternelle, profondément allergique au libéralisme et au modernisme. Et ce n’est pas Monseigneur qui disait que sa Fraternité sauverait l’Église. Ses prêtres devaient plutôt sauvegarder les trésors sans prix de l’Église pour des jours meilleurs.


La personne qui dit que les prêtres de la Fraternité sauveraient l’Église, comme l’Abbé Ortiz nous l’a rappelé, fut Madame Cornaz, une mère de famille de Lausanne en Suisse, dont la vie recouvrit presque tout le XXe siècle, et qui, entre 1928 et 1969, reçut des communications supposément du Ciel sur la façon dont les couples mariés devaient sanctifier la prêtrise ( !). Les communications recommencèrent en 1995 ( !) lorsqu’elle rencontra un prêtre de la Fraternité qu’elle persuada, et par lui Mgr Fellay, que c’étaient les prêtres de la Fraternité qui étaient destinés par la Providence à sauver l’Église en propageant ses « Foyers du Christ Prêtre ». De toute son autorité, le Supérieur Général soutint le projet, mais la réaction négative de bon nombre de prêtres de la Fraternité le fit rapidement y renoncer en public. Toutefois, en son for interne, les visions mystiques de Madame Cornaz de l’avenir exalté de la Fraternité sont-elles restées avec lui ? Cela semble possible. Tel Martin Luther King, le Supérieur Général «a un rêve».


Kyrie eleison.


Revenir en haut
Moreno


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 152

MessagePosté le: Sam 20 Aoû - 08:05 (2016)    Sujet du message: De l'authentique thomisme Répondre en citant

CE 471: l'académisme nul (23 juillet 2016)

Source: St Marcel Initiative


Si le monde universitaire manque de toute raison
C’est que des hommes d’Église ont trahi ses intérêts.



Lorsque Votre Excellence m’avait demandé, en tant qu’étudiant en histoire, si je partageais votre opinion selon laquelle le phénoménalisme agnostique condamné dans Pascendi est la clef la plus utile pour comprendre la scène moderne, j’ai été d’accord sur le champ. Je me suis alors demandé comment des hommes, surtout des hommes instruits, pouvaient prendre au sérieux une telle ineptie que cette doctrine qui affirme que l’esprit ne connaît rien au-delà des phénomènes ou des apparences. Et je me suis rappelé comment, après avoir écouté avec attention pendant plus de trois ans et demi sur les bancs des salles de cours de brillants professeurs qui semblaient avoir un sens de la réalité et beaucoup qui n’en avaient pas, je me suis mis à me demander pourquoi certains raisonnaient très bien alors que d’autres, munis des mêmes ou semblables doctorats, adoptaient des idées aussi déraisonnables et insensées. Voici la réponse de cet étudiant plongé depuis belle lurette dans la scène académique . . .
Après avoir réfléchi un peu, il m’est venu à l’esprit que les professeurs les plus logiques étaient des Catholiques, car même s’ils ne sont que des conservateurs, ils possèdent néanmoins une vision réaliste du monde. D’autre part, les instructions du grand nombre de professeurs sont embrouillées, confuses et insensées. Ils enseignent des idées bizarres et excentriques et les soutiennent avec des demi-vérités. Ils adoptent pratiquement toutes les notions à la mode, telles le réchauffement global ou le changement climatique (la nouvelle « évolution »), et ils les présentent comme des vérités absolues. Leur raisonnement est un pur non-sens et ne peut résister à un examen attentif. J’ai commencé à me demander comment des hommes si savants pouvaient être si ignorants. Et après avoir réfléchi encore beaucoup, je suis arrivé à ce que je crois être la véritable réponse.
Puisque les professeurs qui sont les plus sensés sont des hommes qui essaient au moins d’être catholiques, il s’ensuivrait qu’ils possèdent quelque chose que les païens n’ont pas. Avant la révolte de Martin Luther, la plupart des érudits ou des hommes instruits étaient des Catholiques qui mettaient en œuvre leur raison et avaient du bon sens, en sorte que la plupart d’entre eux enseignaient et croyaient la même vérité. Lorsque Luther ravagea l’Église, il ravagea aussi bon nombre de clercs instruits et de professeurs d’Université. En particulier, sa nouvelle religion élimina le Sacrement de Confirmation, par lequel nous savons que les Catholiques reçoivent les sept Dons du Saint-Esprit, dont quatre pour l’esprit : la Science, l’Intelligence, la Sagesse et le Conseil. Tous les quatre font défaut aux professeurs agnostiques d’aujourd’hui. Certes, ces derniers peuvent être fort bien éduqués, des gens instruits, mais ils ne savent utiliser leur science de manière raisonnable, ni comment l’appliquer à la réalité. Comme le disait Saint Pie X, ils développent des fantaisies pour les présenter comme des vérités, et pire, ils se persuadent qu’ils sont brillants alors qu’en réalité ils se vautrent dans leur ignorance. Ils pratiquent le culte du 2 + 2 = 5, tout en étant fiers.
Selon cette théorie, la destruction du monde universitaire d’aujourd’hui remonte au rejet par Luther du Sacrement de la Confirmation, et au rejet progressif de la Foi catholique par les Universités d’Europe. Finalement des milliers de professeurs ont été lâchés dans le monde universitaire, lesquels avaient reçu une éducation au-delà de leur capacité de raisonner. Manquant de Science, d’Intelligence, de Sagesse et de Conseil au plus haut sens des mots en tant que Dons de Dieu, ils ont profité de l’Université pour développer la panoplie des erreurs modernes, ou des « ismes ». Par exemple, affirmer que le réchauffement global va détruire l’homme et le monde est un pur non-sens, pourtant il est enseigné et cru dans les Universités modernes, comme s’il était aussi sûr que 2 + 2 = 4. Et dans les Universités ces idées empoisonnées sont gobées par les jeunes ingénus et candides, tels des biscuits à l’heure du thé, surtout la subjectivité de la Vérité, à savoir, tel sujet, telle vérité. Et au Diable avec la Raison.
Il s’ensuivrait que lorsque Vatican II choisit de suivre les traces de Luther en abandonnant la Tradition et en « renouvelant » par là le sacrement de la Confirmation de manière à mettre en doute sa validité, les Catholiques eux-mêmes ont mis en danger les Dons de Dieu et de l’Esprit Saint, et dans cette mesure ils ont perdu la capacité de raisonner, car la Confirmation dans la Néo-église n’a plus pour but que de faire de « meilleurs Chrétiens ».
Kyrie eleison.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:39 (2016)    Sujet du message: De l'authentique thomisme

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com