Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

un aspect de la crise

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Maunoir


Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2014
Messages: 427
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 22 Aoû - 21:13 (2016)    Sujet du message: un aspect de la crise Répondre en citant

Un aspect de la crise de la fsspx paru sur france fidèle

 
Note de France Fidèle :  le dernier numéro du Rocher ( organe officiel de la fsspx en Suisse) a heurté beaucoup de catholiques.  A juste titre.  Pour éclairer la gravité des propos du supérieur de district, FF vous propose deux textes : le premier, celui de Mgr Lefebvre, rappelle quelle doit être la charge d'un évêque de la tradition et le second nous donne quelques indications précieuses sur la notion de secte ...
 
Mgr Lefebvre à Lille le 29 août 1976 (à partir 2 : 52)
 
« Je voudrais également dissiper un autre malentendu, et là je suis désolé, mais je suis obligé de le dire, ce n’est pas moi qui me suis appelé le chef des traditionalistes. Vous savez qui l’a fait il y a peu de temps, dans des circonstances tout à fait solennelles et mémorables à Rome. On a dit que Mgr Lefebvre était le chef des traditionalistes. Je ne veux point être le chef des traditionalistes, et je ne le suis point. Pourquoi ? Parce que je suis moi aussi, un simple catholique, certes prêtre, certes évêque, mais qui suis dans les mêmes conditions dans lesquelles vous vous trouvez et qui ai les mêmes réactions devant la destruction de l’Église, devant la destruction de notre Foi, devant les ruines qui s’accumulent devant nos yeux. »
 
Qu’est-ce qu’une secte (du latin : suivre) ?
 
Le mot secte a d'abord désigné soit un ensemble d'individus partageant une même règle de conduite, une même doctrine philosophiquereligieuse, etc., soit un groupe plus ou moins important de fidèles détachés d'un enseignement officiel et ayant créé leur propre doctrine. Le mot secte peut aussi désigner une branche d'une religion, une école particulière (voir aussi coteriecénacle). En ce sens, il ne possède pas de dénotation péjorative.
 
Le terme a pris une dimension polémique, et désigne de nos jours un groupe ou une organisation, souvent à connotation religieuse, dont les croyances ou le comportement sont jugés obscurs ou malveillants par le reste de la société.
 
Les responsables de ces groupes sont souvent suspectés d'une part de brimer des libertés individuelles au sein du groupe ou de manipuler mentalement leurs disciples, s'appropriant parfois leurs biens et les maintenant sous contrôle entre autres par la fatigue, et d'autre part de menacer l'ordre social.
 
 
 
Dans le dernier « Rocher », revue du district de Suisse :
 
24 au 27 juin 2016
 
Afin de réfléchir avec sérénité aux bouleversements actuels, Mgr Fellay a convoqué la trentaine de supérieurs sur les hauts de Sion, à Anzère précisément. Les faits se suivent dans l’Église mais ne se ressemblent pas : de la louange de la fidélité des concubins, on passe à l’autorisation de confesser pour la Fraternité ! Comme si vous preniez une direction avec votre voiture mais que vous ne cessiez de changer de sens. Est-ce pour brouiller les pistes ? Est-ce une forme de folie qui inspire un tel agir ?
Personne n’a trop envie de monter dans un tel véhicule, cela provoque une véritable crainte. La perspective d’accords avec les autorités romaines fait naître une réelle angoisse. Pourtant il est possible que la question se pose autrement, puisque Rome se montre disposée à nous fournir un autre véhicule pour tracer la route par nous-mêmes. Et là il est moins facile de refuser absolument. La grande et peut-être unique difficulté est de savoir si le Saint-Esprit veut que nous prenions ce moyen ou pas ! Car, c’est sûr, on peut continuer à pied, et si c’est plus lent c’est également moins dangereux. Mais tous ne peuvent pas utiliser leurs savates : tous ceux que la vie a rendus plus ou moins impotents.
Le but est clair pour tous : à tout prix nous voulons rester aux trésors de l’Église, mais on hésite donc à aller à pied ou à prendre le bus. Là, il est capital de saisir que c’est au chef qu’il revient de décider, car c’est lui qui pilote. S’il décide d’aller tranquillement à travers des bocages et des paysages, nous irons avec lui. S’il prend les commandes du bus, nous montons derrière lui.
Il me semble que cela peut être affirmé avec force, que le Saint-Esprit attend cela de nous tous : nous voir comme un seul homme derrière celui qu’Il a choisi pour conduire le combat de la Tradition. Si on ne croit plus en cela, je ne sais vraiment comment on va pouvoir s’en sortir.
Nous nous sommes resserrés derrière Mgr Fellay et avons écouté ses volontés de fixer la route sur le sacerdoce, tel que voulu par notre vénéré fondateur. La foi est notre étoile polaire, mais le sacerdoce reste ce qui donne la stabilité à notre marche en avant.
D’ailleurs vous avez pu entendre cela sur le pré d’Ecône dans le communiqué du Supérieur de la Fraternité le jour des ordinations.
 
Abbé Henry Wuilloud
 
http://www.piusx.ch/suisse/generelle-neuigkeiten/journal-de-route-du-distri…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 22 Aoû - 21:13 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Archet de Jeanne


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2014
Messages: 147

MessagePosté le: Sam 3 Sep - 21:23 (2016)    Sujet du message: un aspect de la crise Répondre en citant

 Admirons:
Citation:
 Le but est clair pour tous : à tout prix nous voulons rester aux trésors de l’Église, mais on hésite donc à aller à pied ou à prendre le bus.



Avec une pléthore de métaphores véhiculesques, un accident est si vite arrivé! Nous voulons rester, mais on hésite à aller à pied ou en bus!
Même avec des vieilles savates, si c'est pour rester, tout va bien!



Peut-être s'agit-il d'un remaniement malheureux de la phrase. N'aurait-il pas écrit de prime abord: nous voulons aller aux trésors de l'Eglise? Mais on imagine le tollé... En tout cas, on ne "reste" pas "au" trésor comme "au" grenier ou "à" la cave ou "à" la maison. On garde les trésors ou bien on va aux trésors comme on va à Jésus.



Au reste, "ceux que la vie a rendus impotents", qui est-ce? ceux qui sont fatigués du combat ou incapables! Et c'est Mgr Fellay qui le conduit! un impotent menant des impotents aux paralympiques de la Tradition. Le bus du combat conduit les impotents au dispensaire ... conciliaire.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:57 (2016)    Sujet du message: un aspect de la crise

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com