Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Conférence Mgr Fellay

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Moreno


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 152

MessagePosté le: Dim 28 Aoû - 12:46 (2016)    Sujet du message: Conférence Mgr Fellay Répondre en citant

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=811170
Quelqu'un peut-il traduire?


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 28 Aoû - 12:46 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Moreno


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 152

MessagePosté le: Sam 3 Sep - 07:14 (2016)    Sujet du message: résumé de la conférence de Mgr Fellay Répondre en citant

Pour amplifier la croisade du Rosaire
Le blog de l'Homme Nouveau relaie l'initiative suivante :
Citation:
"Un groupe de prêtres et de fidèles français, qui ne sont pas affiliés à la Fraternité Saint Pie X, souhaitent s'associer et répondre positivement à l'appel lancé par Monseigneur Bernard Fellay, supérieur de la Fraternité Saint-Pie X
.
Ces prêtres, diocésains pour l'essentiels, sont originaires de Rhône-Alpes, de l'Ouest, d'Auvergne, du Sud-Ouest. Quant aux fidèles, ils sont membres des AFC, chevaliers du Saint-Sépulcre, pèlerins de Chartres, de Compostelle, engagés dans leur paroisse, ... Certains sont malades du cancer, d'autres font face à des difficultés professionnelles...
Ils veulent amplifier cette heureuse initiative en lui offrant une nouvelle résonance au sein même des paroisses, communautés religieuses, familles,... et ainsi contribuer au renouvellement intérieur de l'Eglise Catholique. Entrer dans une croisade spirituelle c'est rejoindre le Christ qui nous invite : "Qui ne prend pas sa croix et ne suit pas derrière moi n'est pas digne de moi." (Mt 10, 38).
Ces catholiques font leur ces paroles de Benoît XVI : "Vénérer la Croix attire aussi parfois la raillerie et même la persécution. La Croix compromet en quelque sorte la sécurité humaine, mais elle affermit, aussi et surtout, la grâce de Dieu et confirme notre salut. Ce soir, je vous confie la Croix du Christ." (Aux jeunes de France sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris en 2008)
Voici le lien pour s'associer de manière plus explicite à la croisade du Rosaire :
Une bonne nouvelle : dans le monde anglophone, une telle démarche vient d'être lancée par des catholiques qui ne fréquentent pas les prieurés de la Fraternité Saint-Pie X. Elle rejoint déjà les aspirations d'un grand nombre.
Notre-Dame de Fatima, intercédez pour l'Eglise et priez pour nous !"



Revenir en haut
Moreno


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 152

MessagePosté le: Sam 3 Sep - 07:16 (2016)    Sujet du message: traduction et extrait de la onférence de Mgr Fellay Répondre en citant

Traduction d’un extrait de la conférence donnée en anglais par Mgr Fellay le 24 août 2016

(Début du passage : 3:00)

[…] Rome nous offre une nouvelle structure. A sa tête, un évêque. Cet évêque, choisi par le pape, parmi trois noms proposés par la Fraternité et issus de ses membres. Cet évêque aura autorité sur les prêtres, sur les religieux qui veulent être membre (de cette structure) et sur les fidèles. Tous les sacrements ; les fidèles qui appartiendront à cette structure auront le droit absolu de recevoir tous les sacrements des prêtres de la Fraternité. Tous les sacrements, y compris le mariage.

L’évêque aura le droit d’avoir des écoles, des séminaires, d’ordonner, même d’établir de nouvelles congrégations religieuses et d’accepter en son sein celles qui le souhaiteraient.

C’est quelque chose comme un super diocèse, indépendant à l'égard des évêques locaux. Autrement dit, pour vous, aucun changement par rapport à ce dont vous bénéficiez actuellement. La seule différence sera que vous serez reconnus officiellement comme catholiques.

Vous pouvez imaginer que cela créera beaucoup de conflits avec les évêques locaux, vous pouvez facilement l’imaginer. Donc nous devons demeurer prudents, mais en soi, vous ne pouvez pas imaginer quelque chose de mieux que ce qui nous est offert là. Et l’offre est telle que vous ne pouvez pas penser que c’est un piège.

Ce n’est pas un piège et si quelqu’un nous offre quelque chose comme cela, ce ne peut être que parce qu’il veut notre bien. Il veut le bien de la Tradition, il veut que la Tradition se développe dans l’Eglise.

Il est impossible qu’une telle offre puisse provenir d’ennemis. Les ennemis ont beaucoup d’autres manières de nous écraser, mais pas de cette manière.

Maintenant, vous pourriez dire : si c’est le cas, pourquoi n’acceptez-vous pas ?

Parce que je veux être sûr que cela est vrai. Je n’ai pas le droit de vous entraîner dans un rêve et donc je dois en vérifier chaque aspect. [...]


Revenir en haut
Antoinette


Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2015
Messages: 4

MessagePosté le: Sam 3 Sep - 12:39 (2016)    Sujet du message: Conférence Mgr Fellay Répondre en citant

"Ce n’est pas un piège..." mais "... je dois en vérifier chaque aspect. " Exclamation [...]

Revenir en haut
Marguerite


Hors ligne

Inscrit le: 04 Mai 2014
Messages: 285

MessagePosté le: Sam 3 Sep - 16:49 (2016)    Sujet du message: Conférence Mgr Fellay Répondre en citant

Voici la traduction de la partie 5 de cette même conférence.  On remarquera le glissement de la doctrine à la morale; Mgr Fellay n'affirme pas (ou plus ?) que la solution des problèmes de morale suivra un redressement doctrinal : on est clairement passer à la pratique (sans résoudre les problèmes doctrinaux) ... 






Citation:
PART 5 :

J’en suis toujours à essayer de vérifier que tout cela est vrai. Quand j’ai entendu pour la première fois Mgr Pozzo : « Vous pouvez maintenir votre position sur tous ces points », je lui ai dit : « Bien, il n’est pas impossible
que je vous demande de dire ces choses directement à nos fidèles, à nos prêtres. » C’est tellement surprenant : pendant 15 ans, ils ont dit que nous devions accepter tous ces points. Ils nous ont condamnés à cause de cela. Et maintenant, ils disent : « Vous êtes libres. » Que se passe-t-il ? (…) Dans l’Eglise, toutes ces personnes continuent de s’appuyer sur Vatican II. Et précisément sur ces points au sujet desquels ils disent maintenant « Vous êtes libres. »

Avec les éléments dont je dispose, je dirais que ce changement de position n’est pas directement positif, mais négatif. Qu’est-ce que je veux dire ? Cela signifie qu’ils ont, maintenant, dans l’Eglise, de si sérieux problèmes, des problèmes si compliqués pour l’existence de l’Eglise, que la Congrégation de la Foi est obligée de revoir sa position vis-à-vis de nous. Ils sont obligés de réviser leur position avec nous et de reconnaître que ces problèmes, qui pour nous sont majeurs, semblent mineurs par rapport à la négation des obligations de la morale. Vous savez que la communion aux dits « divorcés remariés » va directement contre les paroles de Notre-Seigneur, contre les mots de Saint Paul qui sont dans la Sainte Ecriture. C’est une hérésie, c’est vraiment enterré la doctrine catholique. Et ainsi les membres de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, ceux qui luttent contre ces dérives, nous donnent l’impression de mettre de côté nos problèmes.

En fait, il y a déjà deux ans, le Cardinal Müller nous a dit dans une rencontre : « Vous êtes en train d’occuper la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, vous nous obligez à vous consacrer un temps si précieux alors qu’il y a des problèmes énormes dans l’Eglise. » Donc il était affligé de devoir s’occuper de nous alors qu’il y a tant de problèmes dans l’Eglise. A l’époque, je n’étais pas content de cette situation, mais avec le temps, en réfléchissant : « Oui, ils doivent faire face à d’énormes problèmes. Et tout à coup, nous, qui paraissions être le problème, nous paraissons être peut-être la solution. »

Et vous devez comprendre quelque chose qui est vraiment très intéressant : c’est l’existence du Pape actuel qui a ouvert ce début de réaction. C’est public maintenant. Ce n’est plus caché ; non, vous avez des cardinaux, des évêques qui critiquent publiquement cette nouvelle tendance s’en prenant à la morale, mais aussi à la doctrine. (…) Ils disent que nous avons perdu le monopole de la contestation ; jusqu’il y a quelques années, nous étions les seuls à dire publiquement « ceci est faux », maintenant nous avons perdu le monopole de ces attaques. Il y a une grande variété parmi ces évêques, ce n’est pas uniforme. Vous en avez certains qui sont plus fermes, d’autres plus faibles, d’autres plus larges ; mais cela existe et c’est très intéressant parce que c’est nouveau. C’est bon pour l’Eglise car, enfin, il y a une réaction. Il est grand temps. Et cette réaction croît.

Et maintenant, nous devons nous poser une question : Comment quelqu’un peut-il s’opposer au Pape ? Pour nous, dans la Tradition, ce n’est pas nouveau ; il y a longtemps que nous expliquons pourquoi nous agissons ainsi. Mais pour les évêques et cardinaux qui agissent ainsi maintenant, ils doivent aussi réfléchir et avoir la bonne réponse : Comment et de quel droit peuvent-ils s’opposer au Pape, le Saint-Père, celui qui a l’inspiration du Saint-Esprit ? C’étaient tous les arguments qu’ils nous donnaient pour nous dire que nous devions obéir. Donc, maintenant, sous quel motif peuvent-ils agir en ce sens ? Il n’y a qu’une seule réponse : c’est parce que dans le passé, l’Eglise a déjà parlé de ces sujets et a donné les réponses. C’est ce que nous appelons le Tradition, précisément ça. En d’autres mots, la seule raison de pouvoir s’opposer, c’est l’attitude que nous avons. (…)
Lors de la dernière réunion complète de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, la Plenaria, un seul Cardinal a demandé d’exiger que la FSSPX accepte tout le Concile, les autres ont dit : « Ces personnes font ce que l’Eglise a toujours enseigné. »

(…)

Et nous n’avons encore rien signé, nous demandons encore plus de clarifications.

Récemment, Mgr Pozzo a donné au moins quatre interviews dans lesquelles il établit publiquement dans lesquelles il précise justement ces points : «Il n’est pas nécessaire d’accepter Nostra Aetate ni l’œcuménisme, il n’y a pas besoin d’accepter la liberté religieuse pour être catholique. » Ces éléments ne sont pas le critère pour être catholique. Il y a trois ans ils disaient le contraire. Souvenez-vous-en. C’est donc bien une évolution.

Mais maintenant, si vous regardez toutes les autorités de l’Eglise pour lesquelles Vatican II est le fondement de tout, croyez-vous qu’ils vont être contents ? C’est la démolition de leur monde. Et donc, j’espère que ces modernistes vont se lever et impressionner Rome, et ainsi nous verrons comment Rome réagit. (Déjà des réactions : un professeur en Autriche dit que la FSSPX est un cheval de Troie dans l’Eglise ; si vous les laissez entrer, ils vont occuper l’Eglise. D’autres, les Juifs avec certaines organisations : laisser entrer la FSSPX sans les obliger à accepter Nostra Aetate est absolument inacceptable. Un article du Conseil juif américain dit la même chose un peu plus gentiment : ce serait un problème si Rome nous acceptait ainsi )

Il y a ainsi différentes réactions et nous voulons voir si Rome s’en tient à sa parole. Si Rome cède et dit que la FSSPX doit accepter ces points, nous restons où nous sommes. Si Rome dit « Non, non, c’est la bonne position, ce ne sont pas des points obligatoires », j’ai quelques doutes qu’ils feront ça, mais attendons de voir. Attendons, c’est la situation actuelle qui est très intéressante, qui peut être le début d’un changement d’attitude de l’Eglise envers le Concile. Si tout ce que je viens de vous expliquer est vrai, c’est le début de la fin de Vatican II. Nous verrons. (…)

L’époque où ils pouvaient nous obliger à nous taire est passé ; on peut leur dire : « Regardez autour de vous ; nous ne sommes pas les seuls à parler. » Donc ce temps est passé ! Des évêques, des cardinaux, des prêtres commencent à parler. Et cette situation n’est pas le résultat d’une heureuse situation mais de la situation dramatique de l’Eglise qui oblige à une réaction. (Exemple d’un cardinal)

Je vais vous lire un extrait d’une lettre reçue ces jours-ci : « L’Eglise catholique a désespérément besoin de votre témoignage et de votre adhésion à la vérité de la Tradition (… SVP aidez-nous, aidez les prêtres…)

PART 6 :

Je suis un évêque diocésain. » Il ne donne pas son nom mais il veut que l’on sache ce qui se passe dans l’Eglise. Un évêque a dit : « Nous sommes de nombreux évêques qui mettons en questions Vatican II. »



Revenir en haut
Ana


Hors ligne

Inscrit le: 08 Sep 2014
Messages: 266
Localisation: Alpes

MessagePosté le: Sam 3 Sep - 21:01 (2016)    Sujet du message: Conférence Mgr Fellay Répondre en citant

Je connais une cartomancienne très appréciée d'hommes politiques, je pourrais donner son adresse au supérieur de la FSSPX! 

Revenir en haut
gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2015
Messages: 270

MessagePosté le: Dim 4 Sep - 12:26 (2016)    Sujet du message: Conférence Mgr Fellay Répondre en citant

En un sens Mgr Fellay a raison : la tentation de la prélature personnelle ne vient pas de l'ennemi extérieur, ce n'est pas l'effet d'un anti-cléricalisme brutal, et il est vrai que ce n'est pas le voeu des progressistes les plus excités.

Néanmoins : c'est une tentation concoctée par des prêtres pour d'autres prêtres (de même qu'il fallait que Vatican II soit effectué par une masse de catholiques qui ont alors fait une petite moitié du chemin qui les séparait des ennemis du Christ), et il demeure une certaine violence dans la manière d'imposer l'idée (minoration des discours les plus clairs et les plus forts de Mgr Lefebvre, et divers comportements arbitraires pour punir toute manifestation de réticence aux actuelles idées du Supérieur Général).

Pour ceux qui ont eu le courage d'écouter en entier (je n'ai pu supporter que 2 minutes pour l'instant), aborde-t-il le problème gênant du nouveau code de 1983 ?...


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:31 (2016)    Sujet du message: Conférence Mgr Fellay

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com