Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La Tradition, ou la tour de Babel, il faut choisir...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2014
Messages: 319
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Sam 12 Nov - 19:35 (2016)    Sujet du message: La Tradition, ou la tour de Babel, il faut choisir... Répondre en citant

Axel Thienpont Dimanche 13 Novembre 2016




La Tradition, bientôt une Tour de Babel?


Soeur Lucie de Fatima a prévenu d'une désorientation diabolique non des fidèles laïcs, mais bien du clergé. Comment donc les fidèles ne seraient-ils pas désorientés, si leur clergé l'est en premier?


Mgr Williamson le reconnaît, le clergé est divisé, même dans la « résistance ». Comment pourrait-il en être autrement, si même les évêques fils et petit-fils de Mgr Lefebvre, malgré toutes leurs bonnes « volontés », sont divisés d'intelligence? Car la crise dans la Tradition, comme d'ailleurs dans l'Église est d'abord plus une question de visibilité, de lumière, d'intelligence doctrinale, dogmatique, que de volonté. On ne peut aimer Mgrs Lefebvre et de Castro-Mayer et à leur suite l'Église, qu'en ne se trompant pas sur leur doctrine, en penchant intellectuellement soit à « droite », soit à « gauche ».


Deux sophismes sur l'Église et les papes divisent la Tradition, et donc l'Église de NSJC, illustrés par deux évêques: Mgr Donald Sanborn d'une part, Mgr Bernard Fellay d'autre part.


1- Mgr Donald Sanborn vient d'être ré-exhumé récemment sur le site Tradinews, dont le mérite est de ne taire ni les uns ni les autres, même si son appartenance « de corps » à la Rome conciliaire est (au moins) « officielle » (laissons à Dieu seul l'appartenance des âmes).


Cet évêque écrivait en 1991 en substance: « Mgr Lefebvre est dans l'incohérence absolue: comment les papes conciliaires peuvent-ils être papes, si l'église conciliaire est une contre-façon de l'Église? ».


2- Dans un mémorable sermon à Saint Pré en 2012, Mgr Bernard Fellay s'écarte à 180°, diamétralement, de la thèse de Mgr Lefebvre, en s'écriant: « Mais c'est Notre Église humaine, visible, concrète! ». Ici, Mgr Fellay désigne clairement la Rome actuelle. Pour lui, comment l'église conciliaire dont le chef est pape, pourrait-elle ne pas être l'Église? Sophisme symétrique de Mgr Sanborn.


3- La thèse de Mgrs Lefebvre et de Castro-Mayer est fort claire: « La Rome conciliaire est la tête d'une contre-façon de l'Église. Le doute sur les papes n'est pas un péché, mais affirmer sans preuves formelles que les papes ne le sont pas, est un péché grave ».


Cette dernière thèse se sub-divise ensuite en deux questions hiérarchisées:
  • celle de la visibilité de l'âme de l'Église selon ses quatre notes, est primordiale, car elle est le seul objet du 9e article du Credo avec la communion des saints, et concerne d'abord la vertu théologale de foi, et son pouvoir d'ordre, surnaturel, transmis par l'épiscopat,
  • celle de la visibilité du corps de l'Église, hiérarchie instituée par le Christ, est secondaire, car ne concerne que son pouvoir de juridiction, naturel. C'est pourquoi le Credo de St Athanase ne dit ni credo in papam, ni credo in Romam, bien que Rome soit en principe « soumise » au pouvoir d'un pape, et que tous soient en principe « soumis » au pouvoir de Rome...



Mystici corporis de Pie XII confirme que le principe de l'unité du corps social qu'est la personne physique des papes, et donc l'obéissance qui leur est due en principe, est infiniment inférieur au principe d'unité spirituelle qu'est l'Esprit de Vérité, âme de l'Église, qui a parlé par les Prophètes, puis en NSJC dont Il procède comme 3ème personne divine, enfin comme âme de la Tradition apostolique, Tradition qui est à son tour un « verbe du St Esprit » par la bouche de l'apôtre, fides ex auditu. D'où il résulte que tout Souverain Pontife n'a d'autorité sur le Corps mystique, que si lui-même est soumis à la Tradition, verbe du Saint-Esprit par la bouche des pontifes ayant exercé infailliblement cette même autorité.


Quant à la « désobéissance caractérisée » de tout Souverain Pontife à la Tradition entendue comme « verbe du St Esprit » (dogme et canons de droit), l'histoire de l'Église en est suffisamment remplie pour y appliquer les deux formes de jugement de l'Eglise:
  • materialiter: comme pour Luther par exemple, la Rome de Tradition a d'abord jugé la « matérialité » de l'erreur, des écrits, des affirmations publiques avérées, pour déclarer leurs auteurs « anathèmes ». Cf. les sermons de Mr l'abbé O. Rioult sur la Sapinière.
  • formaliter: un tel auteur est en état de péché mortel s'il persite dans l'erreur, hors de l'âme de l'Église. Mais il n'est pas forcément (hélas!?) hors du corps de l'Église tant que Rome ne l'a pas décrété formaliter.



C'est là d'ailleurs tout le problème des papes de Pie XI à Pie XII, ne pas avoir « décrété formaliter » hors de l'Église les néo-modernistes, mais seulement les avoir interdit de chaire tout en les laissant dans l'Église « enseignée » (prêtres et laïcs, dont certains cardinaux), voire parfois dans l'Église enseignante (évêques).


A Mgr Sanborn comme à Mgr Fellay, Mgr Lefebvre a déjà maintes fois répondu qu'il faut distinguer entre les personnes, y compris les papes, et leurs œuvres: la Rome néo-protestante .


Materialiter, au for externe avéré, il y a eu:
  • défaillances et aveuglement majoritaire dans la foi des pères conciliaires,
  • révolution au sein du Corps mystique, corps social de l'Église,
  • défaillance du pouvoir de juridiction, naturel, des papes « conciliaires », en ce qu'ils apportent la caution de leur autorité à cette révolution: par papes conciliaires, il faut donc entendre vicaires du Concile, et douteusement vicaires du Christ.,
  • abandon du pouvoir de juridiction ordinaire de l'Église (Mgr Lefebvre: « Ils ont quitté l'Église. Ils occupent les sièges, mais ne continuent plus leurs prédécesseurs »),
  • institution canonique d'une nouvelle église romaine en 1983, prophétisée par Mgr Lefebvre dès 1974 sous la dénomination d'une Rome néo-protestante, ce que François confirme dans les faits à Rome même (Luther exposé au culte des fidèles), mais non sans que Benoit XVI l'est aussi « justifiée théologiquement » auparavant.



Formaliter, papes, cardinaux, évêques et prêtres par délégation, y compris ralliés, conciliaires de corps, sont à considérer de deux façons:
  • pris isolément, chacun responsable devant Dieu et les hommes, ils « sont » dans leurs personnes physiques les sujets de juridiction ordinaire de l'Église, tant que Rome ne les a pas déposés. Toutefois, leur appartenance simultanée au for externe, « materialiter », à une Rome ou une église formaliter néo-protestante, invalide leur juridiction ordinaire sur le Corps mystique,
  • pris « in solidum », collectivement et organiquement, ils forment la « tête » d'un corps social distinct, étranger au Corps mystique, étranger à l'Église.



A la sédévacance canonique, aussi pratique que théorique selon Mgr Sanborn, Mgrs Lefebvre et de Castro-Mayer opposent une sédévacance uniquement pratique des papes, c'est-à-dire non l'absence de la personne, mais l'abandon de la fonction par la personne, et pire, la révolution de la fonction! A l'abbé Schmidberger qui écrit récemment: « la fonction demeure », ils répondraient également: « Non. C'est la personne qui demeure, mais elle a d'elle-même changé sa propre fonction, qui donc ne demeure pas inchangée ».


Ici aussi, attention aux excès d'interprétation de l'Apocalypse. La première Bête n'est pas une personne, mais un appareil, un système, une administration, un monstre au pouvoir anonyme. Pensons par exemple à l'ONU, dont le codex est la Convention des droits de l'homme. En France, la République maçonnique, Bercy ou l'Education nationale, etc... De même pour la seconde: laisser entendre que François serait la seconde Bête de l'Apocalypse est complètement disproportionné. Pourquoi lui et pas avant lui Benoit XVI qui justifia Luther, Jean Paul 2 qui justifia Assise, encore pire? Non, la seconde Bête de l'Apocalypse est très certainement la Rome conciliaire, une nouvelle et pseudo-papauté, « administration » d'une nouvelle « église universelle » en lieu et place de l'administration de droit divin qu'est la papauté vicaire du Christ, et non du Concile Vatican 2.


A la logique apparente de Mgr Sanborn, s'oppose par contre l'illogisme théorique et pratique, véritable déconnection du réel, de Mgr Bernard Fellay. A croire que l'esprit surnaturel doive contredire le simple naturel:
  • le pape François falsifie tout le catholicisme? Peu importe: le pape doit nous délivrer un brevet de catholicisme!
  • La Rome actuelle est celle du codex 1983? Nulle importance: incorporons-nous à elle pour la convertir de l'intérieur, là où les ralliés ne réussissent qu'à la cautionner, et finalement se convertir à elle...



Mgr Fellay opère une véritable mystification.
D'abord la conversion de Rome est objet d'espérance, pas de foi certaine.
Ensuite elle passe par la conversion de prélats, voire de papes à la Tradition, mais ne peut être qu'une « aversio » à la Rome conciliaire, institution humaine, visible, concrète, sortie de l'hérésie et qui mène à l'hérésie. Enfin, comment peut-on convertir quelqu'un tout en lui disant qu'il « est l'Eglise », au lieu de lui dire de quitter sa fausse église? Si être conciliaire est être catholique, que diable faisons-nous « ici », hors juridiction conciliaire?


Mgr Fellay accepte le codex 1983 d'une église « administrée » pour être néo-protestante, collégiale, oecuméniste façon Stockholm, siège du Conseil oecuménique des églises. Il met toute son espérance dans un pape tel que Benoît XVI, mais toujours dans la Rome Conciliaire qu'il accepte à 95%. Mais installer un pape traditionnel à la tête d'une Rome canonisée par le codex 1983, c'est comme si Ste Jeanne d'Arc avait installé Louis VII vassal du Roi d'Angleterre. Car la Rome néo-protestante est au Royaume d'Angleterre, ce que la Rome de toujours est au Royaume de France.


Conclusion? Mgr Fellay n'apporte que deux solutions au problème de la crise de l'Église:
  • soit devenir conciliaire,
  • soit devenir sédévacantiste.

C'est n'avoir rien compris ou tout oublié de Mgrs Lefebvre et de Castro-Mayer.


Kyrie eleison, Axel Thienpont
_________________
credidimus veritati


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 12 Nov - 19:35 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
DYSMAS 2015


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2015
Messages: 478
Localisation: france

MessagePosté le: Dim 13 Nov - 03:27 (2016)    Sujet du message: La Tradition, ou la tour de Babel, il faut choisir... Répondre en citant

A soumettre au jugement de l'Eglise! Embarassed


Mais en accord avec le catéchisme:
- le Corps mystique ne comprend pas des pécheurs publics tels que formaliter apostats, schismatiques, hérétiques. 
- les comprend-il materialiter apostats, schismatiques, hérétiques? 


Si je comprends bien:
- oui selon Mgr Lefebvre, au profit de la patience des saints qui en supportent les iniquités, même "au sommet, à la tête", comme NSJC face à "Ponce Pilate, Hérode, Caïphe, redevenus amis contre Lui"...  
- non, selon les sédévacs, qui ne peuvent en supporter les iniquités?


Bref: les prélats conciliaires sont notre croix?
_________________
onlr de Mgr Lefebvre


Revenir en haut
DYSMAS 2015


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2015
Messages: 478
Localisation: france

MessagePosté le: Dim 13 Nov - 03:30 (2016)    Sujet du message: La Tradition, ou la tour de Babel, il faut choisir... Répondre en citant

Et pour les prêtres de la FSSPX, Mgr Fellay est-il devenu leur croix? Embarassed
_________________
onlr de Mgr Lefebvre


Revenir en haut
Defender


Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 2

MessagePosté le: Mar 15 Nov - 02:05 (2016)    Sujet du message: La Tradition, ou la tour de Babel, il faut choisir... Répondre en citant

Axel Thienpont Dimanche 13 Novembre 2016

La Tradition, bientôt une Tour de Babel?

3- La thèse de Mgrs Lefebvre et de Castro-Mayer est fort claire: « La Rome conciliaire est la tête d'une contre-façon de l'Église. Le doute sur les papes n'est pas un péché, mais affirmer sans preuves formelles que les papes ne le sont pas, est un péché grave ». 


Est-ce une citation exacte et si oui, avez vous la référence?  Merci .


Revenir en haut
ZDRAVA MARIA


Hors ligne

Inscrit le: 14 Sep 2016
Messages: 3

MessagePosté le: Sam 19 Nov - 13:01 (2016)    Sujet du message: La Tradition, ou la tour de Babel, il faut choisir... Répondre en citant

Bonne question!  Question  j'aimerai aussi une réponse Exclamation

Revenir en haut
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2014
Messages: 319
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Sam 26 Nov - 15:16 (2016)    Sujet du message: La Tradition, ou la tour de Babel, il faut choisir... Répondre en citant

Defender, zdrava Maria,


Excuses ^pour le retard de la réponse. Je ne suis pas "scotché" à Christus vincit....


Non, ce n'est pas une citation, puisque c'st une thèse, comme précisé.


Mais cette thèse s'appuie sur ces déclarations et sermons de ces deux évêques , aussi multiples que convergentes! Il faut être ignorant ou malhonnête pour ne pas en tirer les conclusions logiques, philosophiques, et théologiques:
- "Il s'agit d'une nouvelle religion, une nouvelle Eglise" (Mgr de Castro-Mayer),
- "A quelle église avons-nous affaire? A l'Eglise catholiqe ? Je crois que nous avons affaire à une contre-façon de l'Eglise catholique!" (Mgr Lefebvre)


Cela c'est pour le concept "Eglise", bien moins "mytérieux" qu'il n'y parait! Quand l'abbé Schmidbeger écrit que "l'Eglise est un mystère", il ne fait que couvrir dans l'ombre d'un faux mystère, une réalité "fulgurante" qui n'échappe ni aux uns (les tradis), ni aux autres (les conciliaires): l'Eglise de la Tradition et celle du Concile Vatican 2 sont irréconciliables à vie, puisque la "conciliaire" est une "église" qui veut la mort et la mise au tombeau de la Tradition "vivante dans ses oeuvres", et non pas "évolutive dans sa substance" (ce que les modernistes entendent sous le vocable de "Tradition vivante", un gros  mensonge deplus du malin...).


Quant à la personne physique des papes "conciliaires", le refus pratique d'en juger par Mgr Lefebvre et de Castro-Mayer a plusieurs motifs d'ordre prudentiel:
- jugement "materialiter"? Il est le même que celui des sédévacantistes! Tout les "actes de juridiction ordinaire" de ces papes sont objectivement ceux d'une "sortie" de l'Eglise, en opposition évidente, au for externe, à des actes d'enseignement et de maintien de la foi. 


- jugement "formaliter"? Pour ces deux évêques consécrateurs de 1988, les sédévacantistes "affirmatifs" commettent le même abus de pouvoir (mais comme en symétrie!) dans l'Eglise, que les papes qui en font une contre-façon: ni les uns, ni les autres n'ont suffisamment d'autorité pour "défaire ou refaire l'Eglise, à leur façon, leur "église"! 


Les papes restent donc les chefs "formaliter" de l'Eglise, même si ils sont "materialiter faevens l'égout collecteur des hérésies", et même si cette situation dure  plus de 50 ans! 
Prétendre que parce que cette "papauté alternative, conciliaire" dure et perdure plus que de "coutume historique",  elle "devient la volonté de Dieu" qui ne "pourrait pas le permettre", c'est déjà lâcher la vertu théologale de foi, pour y substituer une crédulité de compromission, de pactisation avec une très mauvaise, fausse bonne idée: le remplacement du culte du Christ, par celui de l'antéchrist à venir... à Rome même!


L'Eglise a donc bien des papes qui en sont des "pères indignes", qui ne peuvent être ni suivis ni même écoutés, puisqu'ils se situent d'eux-mêms dans une "église recomposée", tout comme ne peuvent jamais être suivis ou écoutés des pères de famille qui l'ont "recomposée" hors des limites que Dieu y a mises!


Ici , l'adultère et l'impureté sont à la religion (dimension verticale de l'homme religieux), ce que la "recomposition" de la famille est à la société civile (dimension horizontale de l'homme social).


Enfin derniers arguments des deux évêques: 
- le salut exige d'abord le pouvoir d'ordre, surnaturel, transmis directement à tous les apôtres à égalité. Le pouvoir de juridiction de Pierre n'augmente en rien son pouvoir d'ordre, égal à celui de tout évêque.  
- le pouvoir de juridiction par contre est à son sommet celui de Pierre, mais il s'agit d'un vicariat, d'un ministère naturel à toute société humaine, dont l'unité sociale relève d'un chef humain (aucune société, même seulement animale, n'échappe à cet ordre naturel que le Christ n'est absolument pas venu "contredire": toute société est déterminée par un chef!).
- Mais rien n'empêche un chef de l'être de plusieurs sociétés! Les papes conciliaires sont donc chefs de deux églises qui se contredisent, s'excommunient l'une l'autre. D'ailleurs, le codex 1983 est bien la constitution d'une nouvlle "église romaine", mais dont la "papauté apparente" n'a plus rien à voir avec la mission confiée à Pierre par le Christ. 


Normal! La nouvelle "mission" des papes conciliaires leur est imposée par... le Concile Vatican 2, première causse efficiente (paternité) de l'église dite conciliaire. C'est un soviet suprême qui élit maintenant les papes de l'église conciliaire.


S'ensuit-il que les élus papes de l'église conciliaire (le temps qu'elle chapeautera juridiquement et iniquement l'Eglise du Christ!) ne sont pas aussi papes de l'Eglise du Christ?
Réponse "substantielle" des deux évêques consécrateurs: c'est là la patience des saints, subir l'opprobre même de ceux qui ont la charge de gouverner, comme le Christ l'a lui-même reconnu, subi.
Mais cette "sou-mission" s'arrête là où la vraie charité commande de sauver les âmes y compris contre les ordres contraires!
A défaillance universelle, car romaine, nécessité universelle: transmettre le seul pouvoir qui sauve, surnaturel, le pouvoir d'ordre, pour non pas "sauver l'Eglise" (idée humaine mais pas du tout divine, car déjà "subversive": comme si ce n'était plus l'Eglise qui sauvait l'homme!), mais la "continuer" sur ses "fondements naturels et divins", les évêques catholiques, vaccinés contre naturalisme, rationalisme, libéralisme, modernisme.


Le veto "juridique" de Rome au sacre d'évêques sans mandat écrit ne date que de Pie XII, au seul motif de l'église nationaliste chinoise, schismatique. Ce "veto" utilisé par des papes indignes se retourne contre l'Eglise, mais sa valeur de droit "écrit" est subordonnée, et donc devient invalide en droit en cas de nécessité, majeure en tout lieu en tout temps, celle de l'esprit du salut des âmes, dont la lettre ne peut être que la traduction honnête, pour ne pas qu'elle en tue l'esprit.


Ici, on ne peut qu'être estomaqué et angoissé, pour ne pas dire épouvanté par l'inconscience des élites menzigradiennes: 
se remettre sous juridiction conciliaire, c'est tout simplement tuer dans l'oeuf tout sacre d'évêque authentiquement catholique, en en remettant le "mandat exclusif" sous le "veto"  de ceux qui ne peuvent même plus transmettre autre chose que des "évêques" libéraux et/ou modernistes...


C'est, comme dirait Sean Johnson, un arrêt de mort au "Tradidi quod et accepi"...
La fin du véritable pouvoir d'ordre catholique, et sa substitution par un "pouvoir d'ordre" néo-protestant, charismatique (prodiges), oecuméniste, antéchristique  ...


Ubi Petrus, ibi Ecclesia? 
Toujours vrai, à condition que "Petrus" soit entendu comme le Pierre de la foi, et non un Simon Bar Jonas seulement...


Les papes soumis au Concile Vatican 2 ne sont que des "Simon Bar Jonas", sans la foi catholique qu'ils "ignorent" au seul for externe.
Mais pour qu'ils ne soient plus "chefs de l'Eglise" (déjà materialiter partis dans une autre!), il faut que Rome les dépose formaliter, après jugement dans les règles de l'Eglise, et non selon les règles de la Rome conciliaire....   


Tout catholique peut "juger" papes et évêques à la lumière de la Tradition, verbe de l'Esprit-Saint par la bouche (et les écrits) ayant reçu garantie de l'infaillibilité des papes de St Pierre à Pie XII.


Mais aucun catholique n'a le droit de s'ériger seul pour affirmer "Pape, tu ne l'es pas!".
Il a seulement le droit de dire: "Pape, tu contredis mon catéchisme, et même tu "démolis pour la contrefaire" maintenant l'Eglise de mon Maître et Seigneur, mon Roi".
_________________
credidimus veritati


Revenir en haut
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2014
Messages: 319
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Sam 26 Nov - 18:14 (2016)    Sujet du message: La Tradition, ou la tour de Babel, il faut choisir... Répondre en citant

Erratum Axel Thienpont:


au lieu de Louis VII, il faut évidemment lire Charles VII.
L'analogie avec Ste Jeanne d'Arc est d'autant plus facile, qu'elle a répondu à ses juges : "De l'Eglise et de NSJC, c'est tout un ce me semble", et non pas de l'Eglise et du pape c'est tout un...


De même, elle n'a pas dit à Cauchon qu'il n'était pas évêque, mais au contraire: "Evêque, c'est par toi que je meurs".


La Rome conciliaire est donc bien à la Rome de toujours, ce que le royaume d'Angleterre fut pour le Royaume de France à l'époque de Jeanne...
Mgr Fellay ne voit pas que s'il se prend pour Jeanne remettant le pape en "selle", il le fait sur une "selle anglaise", et non "française"...
Comme si Jeanne avait fait un accord avec le royaume d'Angleterre pour réinstaller Charles VII... nécessairement sous vassalité du Roi d'Angleterre!
_________________
credidimus veritati


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:15 (2016)    Sujet du message: La Tradition, ou la tour de Babel, il faut choisir...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com