Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum

Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!
Forum Catholique de la Résistance à la néo-FSSPX et à la Rome moderniste

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Infideliter N° 234: réponse à Mr l'abbé Bouchacourt

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2014
Messages: 338
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Mer 4 Jan - 15:56 (2017)    Sujet du message: Infideliter N° 234: réponse à Mr l'abbé Bouchacourt Répondre en citant

Axel Thienpont 4 janvier 2017


IN-FIDELITER N° 234: REPONSE A MR L'ABBE BOUCHACOURT




Monsieur le Supérieur de District de France de la néo-FSSPX,




Je viens de lire votre éditorial du Fideliter N°234, « Nécessité de l'autorité ». Les bras m'en tombent de par le nombre de contre-vérités que vous y accumulez.


D'abord manque le seul mot qui est nécessaire en la matière, celui de VERITE. Il n'apparaît nulle part! Vous me rappelez mon père (RIP) qui s'écriait du temps de Jean Paul 2: « Il n'y a plus d'autorité parce que plus personne n'obéit! ». Par suite, ayant entendu une conférence de Mgr Lefebvre, et fortement surpris par sa « douce autorité », il se garda bien de désobéir... à « Rome »! Mes parents sont morts en bons conciliaires, malheureusement « idiots inutiles » sauf leur respect.


Votre premier paragraphe est du pur rousseauisme: l'unité sociale est le fait d'avoir une action commune. C'est faire de toute société une armée, de tout citoyen un soldat, de tout fidèle un enrôlé par Rome, de tout prêtre de la FSSPX un esclave de Menzingen.


Dans Mystici corporis, Pie XII insiste sur les deux principes d'unité (et non point un seul selon vous!) de l'Église: le pape, principe d'unité du corps social, et le Saint-Esprit, principe d'unité de l'âme de ce corps social. Or l'âme est toujours la « forme vivante » du corps. Sans le Saint-Esprit, c'est-à-dire sans la Vérité, le pape n'est qu'un principe de « corps social mort », d'obéissants aux papes certes, mais plus à l'Esprit de vérité, âme de l'Église. Le Père Calmel appelle l'Eglise une milice, et non une armée. Tous les bons papes ont soupiré pour des miliciens du Ciel, et les ont encouragé. Les mauvais chefs de l'Eglise n'y ont vu qu'une « atteinte » à leur « autorité »...


« Faire société » comme vous dites n'a aucun sens si vous ne précisez jamais s'il s'agit de « faire corps », ou de faire une unité d'âmes, en « union d'âme » pour une « action commune » à laquelle chacun participera, selon vos propres termes. La première de toutes les unités dans l'Église est une unité des intelligences de la foi. Le point d'infidélité à Mgr Lefebvre apparaît donc ici en pleine lumière: celle de la non-intelligence de la néo-FSSPX sur sa perception de ce que le concept de « Rome » signifie pour Mgr Lefebvre. Les papes conciliaires ont inauguré une troisième Rome inacceptable pour tout catholique véritable. Cette Rome est une « autorité » comme vous dites, une personne morale au principe d'une nouvelle « unité sociale », pour toujours comme vous dites « faire société », faire au moins corps, à défaut de faire une seule âme. Mais même Mgr Tissier en conclut une « dissociété ». Peut-elle seulement faire encore l'objet de notre Credo ?!


Votre second paragraphe fait état de déliquescence et d'éclipse de l'autorité. Mais là encore vous ne remontez pas à leur cause commune, l'erreur ou le mensonge. A croire que vous n'avez ni bien lu l'Evangile, ni bien connu Mgr Lefebvre! Pourquoi NSJC « faisait autorité »? Parce qu'il avait pris le fouet contre les marchands du temple? Ou pour avoir même traité le Pierre pas encore assez fidèle de: « Satanas, vade retro »? L'autorité de Mgr Lefebvre lui est-elle subitement venue du seul fait d'avoir exclus les sédévacantistes de sa Fraternité sacerdotale? C'est se moquer du monde, si pas de Dieu. Non. L'autorité de NSJC n'est jamais venue de son « autoritarisme », mais de sa Vérité : « Nul homme n'a parlé comme cet homme là ». Et l'Apôtre d'en conclure: « Nous n'avons d'autorité que pour la Vérité ». Et Mgr Lefebvre à leur suite de dire: « Si je suis dans l'erreur, alors surtout quittez-moi! ». Voilà la seule « autorité » dont tout homme a besoin, pour tous les temps, surtout à contre-temps.


Vous parlez ensuite des chefs qui « ouvrent le parapluie », qui suivent leurs ouailles. Votre parole est d'or, car que fait Mgr Fellay vis-à-vis non seulement de « Rome », mais aussi des ouailles du GREC dans la FSSPX? Que faites-vous vous-même vis-à-vis de Bergoglio en Argentine, et en France vis-à-vis de Menzingen?


Vous rappelez ensuite le « Qui suis-je pour juger? » de la Rome actuelle. Mais à aucun moment vous n'évoquez la Rome jugeant et condamnant la Tradition, Mgr Lefebvre et de Castro-Mayer toujours « excommuniés », alors que vous avalisez officiellement le mensonge conciliaire de ne plus être « excommunié » de cette « néo-église ». Pire, vous en acceptez une juridiction ordinaire qui en fait n'est plus une juridiction ordinaire objectivement (materialiter) catholique, mais néo-luthérienne, prophétie de Mgr Lefebvre dès Novembre 1974, que s'est empressé de confirmer le pape François. Il n'est pire aveugle que ceux qui ne veulent pas voir.


« Les conséquences de cette destruction de l'autorité sont terribles ». Faux, puisque d'une part il ne s'agit que de la destruction de toute vérité, et d'autre part les conséquences sont celles d'une « autorité totalitaire, apocalyptique »: NSJC règne soit par sa Vérité, soit par Son absence, qu'Il laisse combler par une autre « autorité », celle du Prince de ce monde. Rien ne vous sert donc de faire appel à l'autorité, si votre « autorité » sert le mensonge et non la vérité. « Chacun fait ses petites affaires dans son coin »: vous n'avez donc pas lu le Père Calmel, parlant de la nécessité de refaire des ilôts de chrétienté. Ou alors c'est pire: vous parlez comme Urs von Baltazar, voulant détruire ce qui restait d'institutions catholiques appelées méprisemment des « bastions ». Exactement ce que pense l'abbé Pfluger de nos paroisses, qui doivent « s'ouvrir à l'Autre » n'est-ce pas, comme Rome a ouvert nos églises à l'Autre...


Le fidèle s'attendait à de bons exemples d'autorité de votre part, St Pie X par exemple? Non. Il n'a droit qu'à un rappel historique (par le petit bout de la lorgnette) de... Louis-Napoléon Bonaparte! Vous n'en profitez même pas pour citer son grand rival en « autorité » catholique, le cardinal Pie, et rappeler donc comment « faire autorité véritable »! Rien sur ce qui causa la perte d'autorité de l'autoritaire Empereur des français. Minable. Vous souhaitez un « pape empereur », là où il nous faut des cardinaux Pie...


« L'inertie (symptome de mort) gagne progressivement ». Exact: le chapitre 2012 a choisi l'inertie de ne plus combattre la seule giga-erreur pontificale, celle d'avoir institué une contre-façon maçonnique de l'Église, dûment canonisée en 1983. On attaque un homme, le pape. Mais on avalise la Rome maçonnique, dont le pape est le prisonnier des plus consentants. Toutes les démarches de Mgr Lefebvre avaient pour but un pape hors de cette Rome-là. Le pape oui, cette « Rome » non! Nullam partem. Telle a toujours été le principe doctrinal d'action pastorale de Mgrs Lefebvre et de Castro-Mayer. A défaut d'un tel pape materialiter (dans ses oeuvres), alors Ecclesia supplet par une juridiction de suppléance universelle, puisque suppléance des œuvres du pape lui-même. Le seul des quatre évêques de 1988 à ne pas être resté « inerte », est le bouc-émissaire de tous les « ouvreurs de parapluie »...


Vous citez St Thomas d'Aquin: « parlant de désobéissance, le précepte de l'autorité est un grand obstacle au péché ». Semper idem, ce précepte n'a d'autorité que pour la vérité. Contre la vertu de foi, le précepte perd toute autorité. Dites-nous l'abbé comment Mgrs Lefebvre et de Castro-Mayer ont appliqué ce précepte face à Rome même. Vous auriez oublié? Ou alors pire: c'est du passé, ils ne le feraient plus aujourd'hui, comme l'avait dit Benelli à Mgr Lefebvre des papes St PieV à Pie XII? Pardon, j'oubliais: Rome change! Oui, Rome change, elle continue d'ailleurs de changer tous les jours... Je vous laisse la rattrapper, et vous réclamer de son « autorité »!


« Je leur donnerai des enfants pour princes ». Vous ne croyez pas si bien dire: quand je vois les grands enfants régner sur Menzingen, qui les installe aux postes de commandes tels que le vôtre, je partage votre opinion. Mais quand NSJC dit d'être comme des « parvuli », St Paul précise qu'il ne s'agit plus de raisonner en enfant « obéissant aux seuls préceptes de la loi paternelle écrite », et St Pie X précise de ne pas réduire la foi à celle du charbonnier, prêt à suivre le dernier gourou de passage. Ici, Benoit XVI par exemple et sa « continuité dans la rupture »... « Malheur à toi néo-FSSPX dont les rois sont des enfants » (Ec 10, 16).


J'en arrive à votre unique bon paragraphe, l'esprit catholique! Oui à l'obéissance aux pasteurs légitimes agissant légitimement! Mais:
  • le pasteur légitime agit-il légitimement lorsqu'il conditionne l'obéissance à l'Église et au Christ, par une non absolution en cas de désaccord avec la néo-FSSPX? N'est-ce pas là « faire Eglise » parallèle dans un « corps social » de suppléance de l'Église? Un tel pasteur ne prend-il pas sa suppléance pour une ordinaire, de sa propre « autorité »?
  • l'Eglise n'a-t-elle pas interdit d'aller de sa propre volonté au martyre suicidaire, sans en être poussé par le Saint-Esprit? L'immitation du Christ obéissant jusqu'à la mort va-t-elle jusqu'au suicide, là où précisément le Christ avait bien dit que là où Il allait, nul ne pouvait aller? Et que Lui seul savait qu'Il n'y laisserait perdre aucun des confiés à Lui par Son Père?
  • L'immitation du Christ obéissant jusqu'à la mort va-t-elle jusqu'au simulacre de martyre, à savoir celui d'aller à Rome en jetant aux oubliettes le seul témoignage de Mgrs Lefebvre et de Castro-Mayer: « Nullam partem avec la néo-Rome! »? NSJC est-il monté à Jerusalem pour y rendre ses hommages au Sanhédrin?
  • Lequel des évêques et des prêtres de la FSSPX se prend pour David, ou Ste Jeanne d'Arc? En a-t-il reçu la grâce ou les « voix »? Y va-t-il avec le caillou de la doctrine, le Verbe, ou avec des grains d'encens aux « autorités » reconnaissantes et reconnues? Agit-il en Athanase, ou en néo-Arius réduisant l'Église à un « corps social humain » comme les autres? Recherche-t-il la foi, ou « les murs » de nos églises profanées par d'autres rites, ceux de Caïn?



Aujourd'hui, le seul fait d'affirmer son nullam partem avec la Rome conciliaire est déjà un martyre, un témoignage véritable de la vraie foi! C'est de ce seul témoignage martyrisant que toute la FSSPX tire son aura de fidélité et de solidité, osons le mot, d'indéfectibilité! Taire ce nullam partem est un contre-témoignage de foi! On ne peut se mettre sous des « autorités » comme vous dites, qui conduisent leurs institutions encore catholiques, familles, écoles, séminaires, vers le « solve et coagula » conciliaire.


« Ce sont les supérieurs qui font les inférieurs » (Mgr Lefebvre) découle des quatre mutuellement causes de toute société, mais Dieu a voulu que Lucifer lui-même garde au moins un tiers de son « autorité »! Lors donc que vous souhaitez de vrais « chefs », commencez donc par en définir le premier de tous les principes: la vérité ou le mensonge, le vrai chef ou le faux chef. Ici certes on ne choisit pas toujours ses « chefs ». Soumission n'est pas synonyme d'obéissance. Les catholiques sont soumis à des papes conciliaires, mais ne peuvent pas leur obéir! Semper idem: la Tradition doit faire le choix des « autorités » auxquelles elle doit « obéissance » active:
  • cause efficiente immédiate: le Saint-Esprit dont le « verbe » s'appelle Tradition, ou le pape dont le « verbe » actuel s'appelle Révolution,
  • cause finale: celle du St Esprit, salus animarum, ou celle du pape conciliaire, la pax diabolica,
  • cause formelle: obéissance à la juridiction objective de la Tradition, verbe d'une juridiction de suppléance, ou obéissance à une juridiction « ordinaire », dont le « verbe » est Liberté (un mensonge bien sûr!),
  • cause matérielle: des baptisés certains, unis par une juridiction objective, la Tradition apostolique, de suppléance à défaut d'ordinaire, ou des baptisés douteux, pseudo-unis sous une « autorité », une « juridiction ordinaire » naturaliste (base de toutes les déviances ultérieures, libéralisme, rationalisme, subjectivisme, modernisme, etc...).



In fine, auriez-vous oublié ce que dit le philosophe? L'argument d'autorité est le plus faible qui soit, car déconnecté de son objet. Seule la vérité fait autorité. Simon le chef de pêche nomma d'abord: « Magister », un homme sur la plage qui osa lui conseiller de jeter ses filets à droite (tiens, déjà pas à gauche?). Ici, il est déjà stupéfiant qu'un spécialiste ayant échoué toute la nuit, face montre d'une reconnaissance de « science » d'un inconnu. Le coup suivant, ce n'est plus seulement magister (prof), mais « Domine », et allongé à terre.


Ce qui chez nous a fait « autorité » pour quitter en 1986 notre paroisse « ordinaire », ce sont nos enfants dont la nécessité vitale était une première communion hors du grand Circus conciliaire, mais surtout le catéchisme. Ce fut l'autorité de la protection due aux innocents, par ceux qui ont autorité. Le souci de Mgr Lefebvre était là, pas à « Rome », du moins en priorité. En lui, nous avons reconnu un père qui faisait vraiment autorité, et non un mercenaire qui allait à Rome pour n'y obtenir que des privilèges d'un moment, puisque d'autorités qui ont en horreur tout privilège, surtout celui de la vraie foi...


Recevez, Monsieur l'abbé, l'expression de ma considération de votre autorité légitime, mais bien amoindrie par une forme subtile d'apostasie silencieuse sur les fondements de cette même « autorité ». Puisse Mgr Lefebvre vous donner son horreur de l'erreur, surtout par omission, et vous redonner par suite une réelle autorité, celle de la doctrine immuable,


In Christo Rege per Mariam,
Axel Thienpont 
_________________
credidimus veritati


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 4 Jan - 15:56 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2015
Messages: 313

MessagePosté le: Jeu 5 Jan - 20:32 (2017)    Sujet du message: Infideliter N° 234: réponse à Mr l'abbé Bouchacourt Répondre en citant

M. l'abbé Bouchacourt ignore manifestement que Mgr Lefebvre fut d'abord un confesseur de la Foi (*), et que c'est principalement pour cela qu'il a eu un peu d'autorité.


(*) dès le début du Concile déjà, puisqu'il a critiqué le "message à tous les hommes"


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:33 (2017)    Sujet du message: Infideliter N° 234: réponse à Mr l'abbé Bouchacourt

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat! Index du Forum -> La Résistance -> Tout ce qui concerne la crise dans l'Église et dans la FSSPX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com